Helsinki prépare la ville sans voiture, grâce au téléphone

Durée de lecture : 2 minutes

21 octobre 2014 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

Les villes sont de plus en plus congestionnées par les voitures, et il est clair qu’il faut repenser la mobilité urbaine, mais comment ? Helsinki a peut-être la solution.


La capitale finlandaise veut créer un réseau de transport global et flexible, contrôlé par smartphone, qui pourrait être en ligne d’ici 2025. Une idée qui devrait plaire à la nouvelle génération pour qui posséder une voiture est plus une corvée qu’un besoin et qui, en Finlande possède majoritairement des smartphones.

Le système combinera des petits autobus, des voitures auto-conduites, des vélos et des ferries. Les utilisateurs pourront tout simplement entrer leur destination dans une application et le système leur proposera où trouver une voiture, et où passer de la voiture au vélo, tout cela en un seul paiement facile et peu coûteux.

Un mélange de Uber, Googlemap et de service public

Les abonnés devront spécifier un lieu de départ et une destination, avec peut-être quelques préférences. L’application devrait alors fonctionner à la fois comme planificateur de voyage et comme plate-forme de paiement universel, analysant tout, la disponibilité des voitures sans conducteur, des petits autobus agiles, des vélos et des ferries réunis en un seul maillage souple. Une sorte de fusion entre Googlemap et Uber, avec un seul paiement, le tout fonctionnant comme un service public.

L’Autorité de transport régional d’Helsinki a déjà mis en service l’an dernier un réseau de minibus remarquablement innovant appelé Kutsuplus, qui permet aux utilisateurs de spécifier leurs propres points de départ et leurs destinations par smartphone. Ces demandes sont enregistrées, et l’application calcule et propose un itinéraire optimal. Pour l’instant, Kutsuplus coûte plus cher qu’un voyage classique en bus, mais moins qu’un trajet en taxi.

Reste à voir si le régime peut fonctionner efficacement, non seulement pour le centre d’Helsinki relativement compact, mais aussi dans les communes à faible densité de Espoo et Vantaa.

Petit bémol, ce système, en tous cas, sera très pratique pour vraiment tout savoir des allées et venues des citoyens !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Elisabeth Schneiter pour Reporterre à partir des articles du Guardian et du Helsinski Times.

Photo : Flickr (CC BY-SA 2.0/Bart van Poll)

Lire aussi : Hambourg veut devenir la première grande ville sans voiture


Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Transports

14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie


Dans les mêmes dossiers       Transports





Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)