Hinkley Point : un désastre financier à venir pour EDF

28 juillet 2016 / David Dornbusch



Le conseil d’administration d’EDF doit décider jeudi 28 juillet si elle s’engage dans la construction de deux réacteurs EPR en Angleterre. Mais ce projet n’a séduit aucun investisseur, laissant à EDF seule la charge financière. Cette situation est, pour l’auteur de cette tribune, symptomatique du refus des marchés financiers d’investir dans la filière.

David Dornbusch est président de l’ONG Cleantuesday dédiée aux écotechnologies et ancien chef de projet dans le nucléaire (CEA, Areva).

JPEG - 11.6 ko
David Dornbusch.

Le vrai sujet derrière les convulsions qui agitent EDF et dont la plus visible a été la démission de son directeur financier est simple : aujourd’hui, le nucléaire est « infinançable ». Refuser cet état de fait peut avoir des conséquences dramatiques pour la France à moyen terme.

Rappelons les éléments en jeu à Hinkley Point, lieu supposé de construction de deux réacteurs nucléaires type EPR au Royaume-Uni : le gouvernement britannique a accordé un contrat extrêmement avantageux à EDF avec un « contrat de rachat d’électricité » à plus de 100 € du MWh, trois fois le prix du marché actuel, et ce pour plus de vingt ans. 

Et malgré ce contrat hors de toutes les règles de marché chères à nos amis anglais, aucun investisseur international n’a accepté de participer au projet. La règle générale pour le financement des moyennes et grandes installations dans le monde aujourd’hui est le mécanisme dit de « financement de projet » : les investisseurs ne mettent qu’une partie réduite de fonds propres, de l’ordre de 20 à 30 %, leur garantissant la propriété de l’ouvrage, et les banques acceptent de prêter le reste sous forme de dette remboursable, considérant que les risques sont suffisamment limités et qu’elles ont la garantie d’être remboursées. Aujourd’hui, c’est par exemple comme cela que des milliers de projets solaires et éoliens sont financés dans le monde, sans aucune difficulté.

On parle ici de 30 ou 40 fois 12 milliards d’euros 

Dans le cas d’Hinkley Point, rien de tout cela. Aucune banque n’accepte de prêter vu les risques du projet. Les investisseurs se retrouvent donc à devoir engager 100 % de fonds propres, soit en l’occurrence des montants astronomiques. Et, circonstance aggravante, aucun investisseur privé occidental n’accepte de fournir une partie des fonds propres. EDF se retrouve donc à en fournir l’ensemble et n’obtient qu’un concours d’argent étatique chinois dans des conditions léonines.

Tout ceci ne doit conduire qu’à une seule conclusion : même avec une garantie de l’État, même avec un contrat ultrafavorable, le nucléaire est infinançable sur les marchés internationaux aujourd’hui. Les quelques réacteurs en construction dans le monde — Chine, Russie, Iran — le sont avec de l’argent étatique.

La conséquence doit être tirée rapidement. D’ici quinze ans maximum, la France devrait commencer à renouveler son parc nucléaire actuel qui dépassera les 50 ans. Quinze ans dans le nucléaire, c’est très peu. Le projet d’EPR de Flamanville dépassera cette durée, comme le projet OL3 en Finlande. Vu le contexte réglementaire, la guérilla juridique et sociale (pensons à Notre-Dame-des-Landes) auxquels ces projets seront soumis, c’est dès demain, peut être dès le lendemain de la présidentielle de 2017, que ces projets devraient être lancés.

On parle ici de 30 ou 40 fois 12 milliards d’euros, de 300 à 500 milliards d’euros. L’État français ne les a pas. EDF vacille sous des montants dix fois inférieurs. Et, on vient de le voir, les marchés internationaux ne prêteront pas un centime.

Disons le très directement, si on refuse d’admettre cette vérité, on va à la catastrophe. Il faut très vite changer radicalement de discours et de stratégie et lancer un « EnergieWende » à la française.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Financièrement en crise, EDF veut lancer des réacteurs EPR en Angleterre

Source : Courriel à Reporterre

Cette tribune a été mise en ligne pour la première fois le 12 mai 2016.

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photos :
. chapô : Les aéroréfrigérants et les bâtiments abritant les réacteurs de la centrale nucléaire de Cattenom, en Moselle. © Arnaud Bouissou/Terra
. portrait : DR

DOSSIER    Nucléaire

2 septembre 2016
En France, les émissions de gaz à effet de serre dues au transport sont reparties à la hausse
Info
30 septembre 2016
L’arbre est un génie. Voici son livre
À découvrir
1er octobre 2016
A la Zad, on expérimente la société sans Etat
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Nucléaire





Du même auteur       David Dornbusch