Faire un don
48581 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
61 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Il faut redonner au panier bio sa vraie valeur

Durée de lecture : 2 minutes

13 octobre 2014 / Michel Bernard (Silence)

Les paniers bio sont en difficulté du fait de la multiplication d’offres, aux méthodes de plus en plus commerciales. « L’achat d’un panier bio, militant au début, ne l’est plus autant aujourd’hui. Comme pour la bio en général, il serait temps d’inclure des critères sociaux pour contrer le glissement marchand. »

Aujourd’hui, la multiplicité de l’offre de paniers bios semble avoir dépassé la demande et certaines initiatives connaissent des difficultés à réunir le nombre de paniers nécessaires pour assurer leur viabilité.

Depuis le début des jardins collectifs bio avec distribution de paniers (Côté Jardins à Lyon existe depuis 1988), on a assisté à une multiplication des Jardins de Cocagne, jardins d’insertion (le premier près de Besançon en 1991) puis des AMAP (la première près de Toulon en 2001).

Toutes ces initiatives fonctionnent en diffusant des paniers bios payés à l’avance par le consommateur. Pendant des années, les listes d’attente de consommateurs se sont multipliées. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Imitations et détournements

Les Jardins de Cocagne ont connu une affluence maximale en 2009 avec une moyenne de 199 adhérents par jardin (1). Cette moyenne a alors commencé à baisser pour descendre autour de 180 aujourd’hui. La cause ? La crise partiellement, mais surtout la multiplication des offres… avec des méthodes de moins en moins engagées :

• vente par internet par des intermédiaires et non par des paysans à des prix pourtant plus élevés, mais livrés à domicile,

• distribution par les grandes chaines de distribution (avec des produits bios venant d’exploitations agricoles lointaines et aux conditions sociales détestables),

• proposition de paniers de légumes non bio avec des appellations trompeuses jouant sur la confusion (agriculture « raisonnée », « naturelle », « paysanne »…),

• achats de paniers sans engagement financier par anticipation et sans engagement du consommateur…

Innover pour se renouveler

Il est important de rappeler que les Jardins de Cocagne utilisent les paniers pour financer un travail social de réinsertion de personnes en grande difficulté ; que les AMAP mettent en place un lien entre les consommateurs et le producteur… ce qui n’est évidemment pas le but de la grande distribution.

Certains Jardins de Cocagne innovent. Ceux de Blois, Magny-les-Hameaux et Sens ont ouvert une boutique de vente directe sur leur jardin qui assure aujourd’hui jusqu’à 40 % du chiffre d’affaires.

Un Jardin du Bugey dans l’Ain a mis en place un réseau de distribution des paniers en entreprise. Celui de Blois a lancé un panier « bébé » avec des légumes spécifiques et des recettes. A Marcoussis, dans l’Essonne, le Jardin a ouvert en 2013 une conserverie. Celle-ci est ouverte à des agriculteurs locaux voisins et a permis de créer onze emplois dont neuf en réinsertion.

L’achat d’un panier bio, militant au début, ne l’est plus autant aujourd’hui. Comme pour la bio en général, il serait temps d’inclure des critères sociaux pour contrer le glissement marchand (2).


Notes

(1) 110 jardins actuellement.
(2) Voir les dossiers des n°415 et 384 de la revue Silence.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Article transmis amicalement à Reporterre par la revue Silence.

Photo : Réseau Cocagne (Crédits Les potagers du Garon)

Lire aussi : L’Amap qui fait aussi bien que le supermarché

THEMATIQUE    Agriculture
13 décembre 2019
Qu’est-ce que l’opération « Rien de neuf » ?
1 minute, 1 question
13 décembre 2019
Face au changement climatique, des jardiniers et maraîchers cultivent les semences paysannes
Alternative
12 décembre 2019
La bataille pour les retraites est une bataille écologique
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Agriculture





Du même auteur       Michel Bernard (Silence)