Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Politique

Insoumis et Verts s’unissent pour les législatives

Jean-Luc Mélenchon lors des résultats du premier tour de la présidentielle, le 10 avril 2022.

« La nouvelle Union populaire est là. Quel bonheur », réagit Grégoire Verrière, conseiller régional écologiste d’Auvergne-Rhône-Alpes ; « C’est historique ! » estime Éric Piolle, maire écologiste de Grenoble ; « C’est fait ! [...] Donc tout le monde en campagne pour Mélenchon Premier ministre », se réjouit Karima Delli, eurodéputée écologiste ; « Moment d’histoire », pour Adrien Quatennens, député La France insoumise du Nord. Dimanche 1er mai dans la nuit, les membres d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) et de La France insoumise (LFI) rivalisaient de superlatifs pour saluer l’accord trouvé entre les deux partis pour les élections législatives des 12 et 19 juin.

Après plusieurs jours de discussion, l’accord, conclu dans la nuit de dimanche à lundi, porte sur la création d’une « Nouvelle union populaire écologiste et sociale ». Objectif, « faire élire des députés dans une majorité de circonscriptions, pour empêcher Emmanuel Macron de poursuivre sa politique injuste et brutale et battre l’extrême droite », indique le communiqué d’EELV. Adopté à plus de 82 % [1] par le conseil fédéral d’EELV, il réserve une centaine de circonscriptions (sur 577 au total) aux écologistes, dont une trentaine parmi les plus gagnables.

Le projet d’accord adopté par le conseil fédéral d’EELV

L’accord met l’accent sur de nombreux points de convergence : l’inscription dans la Constitution d’une République écologique et d’une règle verte, la sortie du nucléaire et l’évolution vers un mix énergétique 100 % renouvelables, la réduction de 65 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2035, la création d’un impôt sur la fortune (ISF) climatique, la gratuité des quantités d’eau et d’électricité « indispensables à la vie digne », etc.

Sur la question européenne, qui a longtemps été au cœur des divergences entre les deux partis, le texte insiste sur « les garanties de respect de l’État de droit et de la poursuite de la construction européenne chère aux écologistes ». Ainsi, « une France gouvernée par cette coalition ne peut avoir pour politique ni la sortie de l’Union, ni sa désagrégation, ni la fin de la monnaie unique », est-il précisé. Quant à la stratégie de désobéissance prônée par Jean-Luc Mélenchon lorsqu’il était candidat à l’élection présidentielle, elle « se concentrerait sur les aspects budgétaires et économiques ».

Lire aussi : Législatives : Insoumis et socialistes se jaugent, les Verts hésitent

Prochaines étapes pour La France insoumise, nouer le même type d’accord avec le Parti socialiste (PS) et le Parti communiste (PC). Les négociations avec le PS se sont poursuivies toute la journée de dimanche malgré l’opposition de plusieurs personnalités du parti, parmi lesquelles des proches de François Hollande, indique Franceinfo. Une délégation du PS est attendue ce lundi à 10 heures au siège de La France insoumise. Quant au PC, qui aurait réclamé plus de circonscriptions à LFI ce week-end selon Contexte, il reprendra les discussions ce lundi à 14 heures.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende