L’Union européenne encourage le pillage des océans

Durée de lecture : 3 minutes

6 octobre 2011 / Greenpeace

« Depuis 2004, les subventions européennes augmentent la puissance des bateaux et donc leur capacité à pêcher. La flotte européenne est aujourd’hui en mesure de pêcher deux à trois fois le niveau qui serait durable pour préserver les ressources. »


Dans un dossier d’investigation intitulé « Immersion », Greenpeace dénonce les dysfonctionnements qui rongent la Politique commune des pêches (PCP) ainsi que le silence de l’Espagne, poids-lourd européen de la pêche, face aux activités de pêche illicites auxquelles sa flotte se livre depuis des années aux quatre coins du globe. Greenpeace décortique notamment le réseau et les agissements de la famille Vidal, originaire de Galice.

« Les spécialistes estiment que, dans le monde, jusqu’à 49 % des captures de poisson sont illégales, non réglementées ou non déclarées (1) : cela explique en partie le déclin rapide de nos pêcheries », explique François Chartier, chargé de campagne Océans pour Greenpeace France. « En Europe, la mise à sac des océans est financée par l’argent du contribuable. Entre 2002 et 2009, par exemple, les différentes entreprises qui gravitent dans la nébuleuse Vidal ont reçu plus de 16 millions d’Euros de subventions européennes… pour financer leurs activités illégales. La PCP est rongée par la gangrène. »

L’Espagne finance les activités de la famille Vidal avec l’argent public européen

Depuis plusieurs dizaines d’années, les nombreux navires du réseau Vidal collectionnent les condamnations pour pêche illégale, non déclarée et non réglementée. Ils ont été poursuivis en justice aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans le Pacifique. Le gouvernement espagnol s’est engagé, à plusieurs reprises, à enquêter sur ces infractions et à y mettre un terme. Mais Madrid continue de verser des subventions aux entreprises Vidal. L’argent du contribuable européen sert donc à financer des activités illicites et le pillage des océans. La plus grande flotte de pêche européenne, l’armada espagnole, est maintenue à flot grâce à l’aide communautaire. Si l’Espagne et l’Europe continuent de persévérer dans leur laxisme, moins de 10 % de nos stocks de poisson conserveraient un niveau durable d’ici à 2022, d’après les prévisions de l’Union Européenne elle-même.

L’Europe a financé deux à trois fois trop de bateaux pour la santé des océans

Au-delà des activités illégales, les subventions européennes servent notamment à financer la mise à l’eau de nouveaux bateaux, contre tout bon sens. La France est elle aussi parmi les plus grands pays pêcheurs d’Europe, et a reçu de nombreux fonds publics pour développer sa flotte de pêche, bien trop grande et bien trop puissante par rapport à ce que les océans peuvent fournir. Depuis 2004, les subventions européennes sont utilisées pour accroître la puissance des bateaux et donc leur capacité à pêcher. La flotte européenne est aujourd’hui en mesure de pêcher deux à trois fois le niveau qui serait durable pour préserver les ressources en poissons !

Greenpeace a mené l’enquête, l’Europe doit prendre ses responsabilités

Greenpeace a demandé l’ouverture d’une enquête européenne exhaustive sur les subventions accordées au secteur espagnol de la pêche industrielle, et exige qu’à l’avenir, l’aide communautaire serve exclusivement à financer des activités de pêche légales, transparentes et durables. Les subventions doivent être un moyen de lutter contre la surpêche et non de la maintenir le plus longtemps possible.

...............................................

Note :

(1) Agnew DJ, Pearce J, Pramod G, Peatman T, Watson R, et al., 2009. Estimating the Worldwide Extent of Illegal Fishing.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de Greenpeace.

Lire aussi : Les pêcheurs sénégalais dénoncent les avantages des chalutiers étrangers

DOSSIER    Europe Pêche

THEMATIQUE    Nature
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Europe Pêche



Sur les mêmes thèmes       Nature





Du même auteur       Greenpeace