Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefClimat

L’activiste du climat a été libéré, deux autres portraits de Macron ont été décrochés

Communiqué de l’association ANV-CO21 :

Samedi 2 mars - Deux nouveaux portraits présidentiels ont été réquisitionnés ce matin à Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret) et à Jassans-Riottier (Ain). Depuis le 21 février, 13 murs de mairie ont ainsi été laissés vides, à l’image de l’absence de politique du gouvernement face à l’urgence sociale et climatique. Michaël Horn, activiste du groupe ANV-COP21 Mulhouse, vient de se sortir de 26 heures de garde à vue. La répression n’a jamais été si forte pour le mouvement, tandis que l’État poursuit en toute impunité une politique qui menace les conditions de vie civilisée sur Terre.

Malgré les intimidations, 3 gardes à vue, 5 perquisitions depuis le 21 février, la détermination des activistes climat ne fléchit pas. Ce matin, treize activistes d’Action Non-Violente COP21 Orléans ont réquisitionné le portrait présidentiel à Saint-Jean-de-la-Ruelle (photo de tête).

Une heure plus tard, c’était au tour de treize activistes d’ANV-COP21 Beaujolais de se rendre à Jassans-Riottier où le treizième portrait d’Emmanuel Macron a été sorti afin de le mettre face à la réalité du dérèglement climatique, l’extinction de la biodiversité qui s’accélère, la clameur des gens en colère face aux injustices et à l’inaction !

À Jassans-Riottier (Ain).

Après 26 heures de garde à vue, Michaël Horn est sorti du commissariat peu avant 19 h. Cet activiste y avait été placé vendredi 1 mars à 16 h 45, à la suite d’une action de décrochage du portrait du président Emmanuel Macron. Il a été arrêté et menotté à son domicile, emmené à son lieu de travail puis au commissariat de Wittelsheim. Les deux perquisitions de la police, au domicile et au lieu de travail de Michaël visaient à retrouver le portrait qui a disparu de la mairie de Wittelsheim vendredi matin.

Michel Horn, de Mulhouse.

Un comité de soutien était rassemblé depuis vendredi devant la gendarmerie pour demander sa libération immédiate. « Depuis les premières actions, nous voyons la répression se renforcer, mais nous ne nous laisserons pas intimider. Le soutien massif que nous recevons et la détermination des activistes à poursuivre les actions montrent à quel point l’urgence climatique et sociale est un enjeu majeur, pour lequel nous sommes prêts à encourir les risques nécessaires », affirme Sylvine Bouffaron, membre d’ANV-COP21.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende