Des militants du climat retirent d’une mairie de Paris le portrait de M. Macron

Durée de lecture : 2 minutes

28 février 2019 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)

  • Paris, reportage

Ce jeudi 28 février, vers 9 h, huit militants de l’association ANV-COP21 se sont introduits dans la salle des mariages de la mairie du IVe arrondissement de Paris. lls y ont enlevé le portrait du président de la République, Emmanuel Macron. L’action symbolique visait à dénoncer « l’inaction du gouvernement en matière climatique ».

« Nous appelons à la réquisition générale et citoyenne des portraits d’Emmanuel Macron dans les mairies, dans un cadre non violent et déterminé », indique la porte-parole, Cécile, à notre reporter. « L’idée est que le président comprenne qu’on n’est pas du tout satisfait de sa politique sociale et écologique. Sa réponse à L’Affaire du siècle est dans cette veine : on reste dans la politique des petits pas que dénonçait Hulot au moment de sa démission. Derrière les grands slogans, les réponses radicales à la hauteur de l’enjeu ne sont pas là. »

« Le mur vide symbolise le vide de la politique climatique et sociale de M. Macron », poursuit la porte-parole.

Les activistes ont aussi affiché leur soutien à la militante gardée à vue à Lyon durant neuf heures pour le même type d’action et à l’AlternatiBar de Lyon, dont les locaux ont été perquisitionnés par la police. La militante sera jugée en septembre pour « vol en réunion avec préméditation ».

L’action de ce matin à la mairie du IVe s’est déroulée de manière discrète. Les militants n’ont pas été repérés et sont partis ailleurs, à 9h30, transportant le portrait dans un sac.

Le portrait de M. Macron a été décroché dans la salle des mariages de la mairie du IIIe arrondissement.

Ils se sont ensuite rendus à la mairie du IIIe arrondissement. Dans la salle de mariage, un agent de la mairie a tenté de les empêcher de mener leur action, mais les activistes sont toutefois parvenus à décrocher le portrait du président de la République. Le groupe est parvenu à prendre la poudre d’escampette par la force du nombre, bien que deux autres agents de la mairie aient essayé de les bloquer à l’entrée de la mairie. Un dialogue s’est engagé entre eux, dans la rue.

« Nous, on gagne comme vous, on est dans la m… », a dit l’un des employés de la mairie. « Je suis Gilet jaune aussi, on est au ras des pâquerettes. Mais on va se faire taper sur les doigts si on vous laisse faire. » « On est désolés pour eux, explique Cécile, la porte-parole, à Reporterre, mais les enjeux sont trop importants pour qu’on laisse tomber. »

La sirène de la police a retenti et le groupe de militants du climat est parvenu à s’en aller avec, sous le bras, le portrait du président.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Fanny, militante du climat, a été libérée après 9 h de garde à vue. Son crime : avoir décroché un portrait de Macron

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photos : Alexandre-Reza Kokabi/Reporterre

THEMATIQUE    Climat
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie


Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)