L’agroalimentaire précarise les agriculteurs, selon une étude

8 mars 2018

Une étude du Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne (Basic), réalisée en novembre 2017, met en évidence le poids écrasant de la grande distribution dans la chaîne agroalimentaire. Alors que le secteur engrangeait 10 % des dépenses alimentaires des Français en 1960, il en absorbe 60 % aujourd’hui.

L’étude du Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne de novembre 2017.

Les grandes et moyennes surfaces raflent plus de la moitié du chiffre d’affaires global de la distribution alimentaire, soit 135 milliards d’euros par an. Un chiffre d’affaires que se disputent seulement six enseignes : Auchan, Système U, Carrefour, Casino, Leclerc et Intermarché se partagent 90 % du marché. Dans l’industrie agroalimentaire, qui s’est développée en même temps que la grande distribution, le niveau de concentration est moindre mais néanmoins élevé : 353 entreprises se partagent 60 % du marché. En matière d’emplois, la grande distribution se caractérise par un recours aux temps partiels supérieur à la moyenne, et par des salaires inférieurs, et l’industrie agroalimentaire par un recours important à l’intérim, deux fois plus élevé que la moyenne de l’industrie en général.

Le développement de ces deux secteurs hyper-concentrés a permis de généraliser la vente à grande échelle et à moindre coût. La grande distribution s’appuie pour prospérer sur un décalage de trésorerie qui lui permet de générer des bénéfices : les consommateurs payent comptant alors que les fournisseurs sont réglés avec plusieurs mois de décalage. Un modèle qui lui permet d’absorber les hausses de prix agricoles et industriels en compensant par d’autres produits, tout en lissant les prix pour les consommateurs.

À l’inverse, les prix agricoles à la production ont été divisés par deux entre 1980 et 2015. Une fois déduits leurs coûts de production, les agriculteurs ne perçoivent aujourd’hui que 6 % de la valeur totale de l’alimentation. En cause : la volatilité croissante des prix des produits agricoles dû à la mondialisation des filières et au démantèlement progressif des outils de régulation publique, comme les quotas laitiers, supprimés en 2015.

Les supermarchés et les industriels ont en plus tendance à augmenter leurs marges sur un grand nombre de produits. Entre 20 et 30 % en moyenne, mais certains produits connaissent une évolution spécifique. Le lait par exemple, pour lequel la marge des distributeurs a augmenté de 100 % depuis 2001, de 50 % pour les industriels et de… 0 % pour les agriculteurs.

En résulte une situation très précaire des agriculteurs : selon la Mutuelle sociale agricole, 30 % des exploitants ont touché un revenu inférieur à 350 € par mois. Sans les subventions publiques, avance l’étude du Basic, 61 % des exploitations auraient été en déficit en 2014.

S’ajoutent enfin des « coûts cachés ». En matière de pollution de l’air, l’agriculture française représenterait par exemple 19 % des émissions de particules PM10 (diamètre inférieur à 10 μm) et 10 % des particules PM2.5 (diamètre inférieur à 2,5 μm), qui « entraînent des coûts croissants pour la société qui n’apparaissent pas dans les prix des produits agricoles. Cela biaise la création de valeur économique », pointe l’étude. Le Commissariat général au développement durable (CGDD) a estimé en 2011 que les coûts générés par la pollution de l’eau en raison des activités agricoles étaient de l’ordre de 1 à 1,5 milliard d’euros par an.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


Documents disponibles

  L’étude du Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne de novembre 2017.

20 septembre 2018
Narbonne : une détonation et un incendie sur le site nucléaire Orano de Malvési
Lire sur reporterre.net
19 septembre 2018
Hambach : un mort lors de l’évacuation de la forêt
Lire sur reporterre.net
19 septembre 2018
Des multinationales, dont L’Oréal, toujours impliquées dans la déforestation pour l’huile de palme, selon Greenpeace
Lire sur reporterre.net
19 septembre 2018
Opération contre la Société générale : sept militants non violents convoqués au commissariat
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2018
Stocamine : un rapport parlementaire recommande de retirer les déchets toxiques
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2018
Loi Alimentation et agriculture : quasi statu quo après la seconde lecture des députés
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2018
Des membres de l’Acipa lancent une nouvelle association, « NDDL Poursuivre ensemble »
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2018
Près de 9.000 personnes ont manifesté leur soutien à la Zad de Hambach, contre le charbon et pour la forêt
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2018
Le typhon Mangkhut a causé la mort de 65 personnes aux Philippines
Lire sur reporterre.net
15 septembre 2018
Au Mexique, les nervis d’une entreprise blessent 15 paysans opposés à une autoroute
Lire sur reporterre.net
15 septembre 2018
Glyphosate : les députés ne veulent pas des coquelicots
Lire sur reporterre.net
14 septembre 2018
Huit militants d’Attac et d’EELV en garde en vue pour collage de notes en papier sur la vitrine d’une banque
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2018
Six militants condamnés à verser 120.000 euros à la ferme des « mille vaches »
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2018
Philippines : évacuations de milliers de personnes avant l’arrivée d’un violent typhon
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2018
Les pays chasseurs de baleine sabordent à nouveau la création d’un sanctuaire dans l’Atlantique sud
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Agriculture
20 septembre 2018
La France est complice du drame de Hambach et de l’exploitation du charbon allemand
Tribune
6 septembre 2018
Dans les Pyrénées, ces bergers qui ne veulent pas la peau de l’ours
Reportage
19 septembre 2018
Comment faire prospérer une Amap anarchiste
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Agriculture