Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Politique

L’écologie, la grande oubliée de l’interview d’Emmanuel Macron

Capture d'écran du débat télévisé du 15 décembre 2021 sur TF1.

C’est une absence très symbolique. Pendant deux heures de débat télévisé, mercredi 15 décembre, Emmanuel Macron n’a pas abordé les enjeux liés au réchauffement climatique et à la crise écologique. Au cours de sa longue interview sur TF1 et LCI, le chef de l’État est revenu sur le bilan de son quinquennat. Il a vanté sa révolution en matière économique et a consacré beaucoup de temps à parler du déficit, de l’insécurité, de l’islam et de l’immigration.

En revanche, il n’a pas dit un mot sur la politique énergétique — alors même que la France s’apprête à faire des choix décisifs sur la relance ou non du nucléaire. Rien n’a été dit non plus sur la crise de la biodiversité et la disparition des espèces, la transition agricole ou la transformation des mobilités.

L’entretien s’intitulait pourtant « Où va la France » et devait donner un horizon aux Français et aux Françaises. Le fait que l’écologie ait été évacuée du débat a été soulignée par de nombreuses personnalités opposées au chef de l’État. Jean-Luc Mélenchon, candidat La France insoumise à la présidentielle, a évoqué « des bavardages hors-sol » tandis que l’équipe de Yannick Jadot, candidat écologiste, s’est désespérée de cet oubli.

Greenpeace a également dénoncé « un déni démocratique ». « Parler deux heures de son quinquennat sans trouver une seule minute pour parler de l’urgence climatique, à quelque mois de l’élection présidentielle, il fallait oser, s’insurge Jean-François Julliard, le directeur général de l’association. Certes, le quinquennat d’Emmanuel Macron a plus été marqué par son inaction climatique que par des actes ambitieux, mais jusqu’à présent, il faisait au moins semblant d’agir à coups de beaux discours. Exit le “Make our planet great again”, Emmanuel Macron ne s’encombre même plus de fausses promesses, comme si la crise climatique n’existait pas ou que le problème était réglé. C’est un signal particulièrement inquiétant pour le débat présidentiel qui approche. »

D’autant plus inquiétant que dans un avis publié aujourd’hui jeudi 16 décembre, le Haut Conseil pour le climat appelle la France à rehausser ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende