L’humanité pèse trente mille milliards de tonnes

Durée de lecture : 2 minutes

11 mai 2017 / Élisabeth Schneiter (Reporterre)

Si l’humanité disparaissait demain, elle laisserait derrière elle trente mille milliards de tonnes d’objets et constructions. La « technosphère » pèse ainsi environ 50 kg par mètre carré de la planète, selon le calcul étonnant réalisé par des scientifiques.

L’information est passée il y a quelques mois, mais sans attirer l’attention. Elle nous paraît si lourde de sens qu’on a voulu y revenir. Une équipe internationale réunie autour de trois géologues de l’université de Leicester, en Grande-Bretagne, a évalué fin 2016 la masse de la « technosphère », c’est-à-dire de toutes les structures que les humains ont construites pour se maintenir en vie : maisons, usines et centres commerciaux, ports et aéroports, routes, systèmes informatiques, monuments divers, décharges…

« Mesurer la technosphère est une façon d’appréhender les extraordinaires changements réalisés par l’homme, qui affectent la planète Terre. Contrairement à la biosphère, la technosphère a très peu de capacités à recycler ses propres matériaux, facteur qui pourrait affecter son évolution future, ou l’arrêter complètement », explique le professeur Zalasiewicz, l’un des trois principaux auteurs de l’étude, qui a consacré une grande partie de sa carrière à l’étude de l’anthropocène, et à l’influence sur la planète de substances créées par l’homme, par exemple les isotopes plastiques et radioactifs provenant des essais d’armes nucléaires.

« Une empreinte profonde laissée sur notre planète »

« Il n’y a pas que sa masse, observe le professeur Colin Waters, un autre chercheur, la technosphère comprend une énorme gamme d’objets matériels, de simples outils, pièces de monnaie, stylos à bille, livres et CD, ordinateurs et smartphones sophistiqués… Déposés dans des strates, ils deviendront les “technofossiles” qui aideront nos successeurs sur Terre à caractériser et à décrire l’anthropocène. »

L’étude suggère que si les technofossiles étaient classés comme des fossiles normaux par des paléontologues en fonction de leur forme et de leur texture, le nombre de types individuels actuellement sur la planète atteindrait probablement un milliard ou plus, dépassant ainsi largement le nombre d’espèces biologiques actuellement vivantes.

Le professeur Zalasiewicz ajoute : « La technosphère est peut-être géologiquement jeune, mais elle évolue avec une vitesse folle, et a déjà laissé une empreinte profonde sur notre planète. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Nous sommes entrés dans l’anthropocène, affirment des minéralogistes

Source : Élisabeth Schneiter pour Reporterre

Photo :
. chapô : À Dubaï, aux Émirats arabes unis. Unsplash.

DOSSIER    Déchets

16 novembre 2019
Au Brésil, la marée noire dévaste les côtes et le gouvernement ne fait rien
16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ont forcé la mue sociale du mouvement écologiste
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence


Dans les mêmes dossiers       Déchets





Du même auteur       Élisabeth Schneiter (Reporterre)