La brutale attaque de Bolloré en justice contre Basta et des sites internet

2 décembre 2016 / Laure Hanggi (Reporterre)



Débouté en première instance de sa plainte en diffamation contre Bastamag et d’autres sites internet, Bolloré a fait appel. L’audience s’est déroulée jeudi 1er décembre, dans un climat tendu. L’enjeu : la liberté de la presse. L’objet : un article sur les activités du groupe Bolloré en Afrique.

L’ambiance était électrique dans la septième chambre de la Cour d’appel du tribunal de Paris, cet après-midi du jeudi 1er décembre. Huit mois après leur première confrontation, les deux parties se sont retrouvées, dans un climat tendu, pour jouer l’acte II de Bolloré S.A contre Bastamag, après que le groupe de l’homme d’affaires ait été débouté dans sa plainte en diffamation le 16 avril dernier. Au cœur du procès, un article paru le 10 octobre 2012 sur le site bastamag.net et intitulé « Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement de terres », traitant de l’implication de certaines grandes entreprises françaises dans l’accaparement de terres en Asie et en Afrique.

Comme lors de la première instance, ils étaient sept à faire face au volubile avocat du groupe Bolloré, Me Olivier Baratelli. Pour bastamag, Nadia Djabali, l’auteure de l’article, Agnès Rousseaux et Ivan du Roy (alors rédacteur en chef) qui ont retravaillé l’article et Julien Lusson (alors directeur de la publication).

Assis avec eux, entre la Cour et l’audience, trois personnes accusées d’avoir relayé l’article : la journaliste Dominique Martin Ferrari, pour l’avoir posté sur le site de revue de presse Scoop-it, Thierry Lamireau et Laurent Ménard, pour avoir partagé sur des blogs personnels l’article. Pierre Haski, directeur de la publication de Rue89, était le huitième accusé, mais absent.

Il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour que le ton soit donné. Si le tribunal de Paris avait reconnu la « bonne foi » des journalistes en première instance, en mettant en avant le caractère d’intérêt général de l’article, le sérieux de l’enquête, l’impératif du processus démocratique et la prudence dans l’expression, Me Baratelli a rapidement dénoncé « une entreprise de sauvetage de la 17e » et un article résultant d’une « somme d’approximations insupportable pour Bolloré S.A. ».

« Qu’est-ce que vous cherchez ? Vous faîtes de l’intimidation ! »

C’est l’auteur de l’article, Nadia Djabali, qui la première s’est levée, presque timidement ou redoutant peut-être déjà l’affrontement. « Il avait déjà été dur lors du premier procès mais cette fois, j’ai vraiment eu l’impression qu’il s’en prenait personnellement à moi », déclarera la journaliste à la fin de l’audience. L’échange est en effet mouvementé. « Combien de temps avez-vous consacré au sujet et à l’enquête ? » - la journaliste réfléchit. « Vous pouvez nous le dire si ce n’est que quelques jours » renchérit l’avocat d’un air entendu. « Non c’est plutôt quelques mois, de juin à fin septembre », rétorque Nadia Djabali.

La journaliste défend son travail et explique avoir fait la synthèse de nombreux rapports et études parus sur le sujet de l’accaparement des terres, avant de les avoir croisés pour s’intéresser précisément aux entreprises françaises. « J’ai fait état de publications qui corroborent des faits et j’en ai fait une synthèse » explique-t-elle. La réponse fuse : « Vous avez recopié, le mot ne va pas vous plaire, servilement, les informations d’autres, en somme ? » Début d’une longue série de soupirs et de sourires crispés sur les visages des prévenus. Le but de l’avocat est assez clair : « La moindre des choses, c’est que l’on admette que vous avez mal fait votre travail », dira-t-il lors de sa conclusion.

Me Baratelli ne ménage pas sa peine. Les questions se succèdent : combien de fois a-t-elle fait appel à des salariés du groupe Bolloré, a-t-elle pris contact avec les autorités judiciaires, où est le siège de la Socfin (la société mise en cause dans l’article), que doit faire un magistrat dans une situation d’exploitation de mineurs ? « C’est un trivial-pursuit ? », lance la journaliste, alors que Me Antoine Comte, l’avocat du site d’information, se lève et fustige des questions hors sujet. La juge elle-même intervient pour calmer le jeu. « Vous faites de l’intimidation, s’énerve la journaliste, qu’est-ce que vous cherchez ? » « A vous intimider », lâche son avocat, le visage fermé.

« C’est un mec bien, il ne ferait jamais ça, il ne vole pas ! »

Les interrogatoires s’enchaînent et se ressemblent. La véhémence de l’avocat du groupe Bolloré semble inépuisable pour montrer que les faits sont faux. « L’article doit être pris comme le commentaire d’un certain nombre de documents tous cités en bas de page. Et comme par hasard, tous les passages qui ne sont pas poursuivis, c’est du contradictoire », s’exclame Me Comte, pour répondre aux accusations de malhonnêteté de son adversaire.

Imperturbable, Me Baratelli continue sa leçon et affirme, sans ciller, que le groupe Bolloré ne détient « aucun hectare d’exploitation en Asie ou en Afrique ». Autrement dit, les accusations visant la holding luxembourgeoise Socfin (exploitations de mineurs, expropriations de paysans), dans laquelle le groupe possède de grandes parts, ne concerneraient pas le groupe de l’homme d’affaire. « Bolloré a 38,7 % dans Socfin et on ne devrait pas en parler ? », s’offusque l’avocat de la défense, insistant sur le fait que le groupe est l’actionnaire principal de l’entreprise.

Me Baratelli rebondit : « Vincent Bolloré est quelqu’un de fantastique. C’est un mec bien, jamais il ne ferait ça », s’exclame-t-il sous le regard médusé des prévenus, qui rient. « Oui vous pouvez rire, vous qui êtes plein de vos certitudes de journalistes altermondialistes ». Ambiance.

L’avocat de la défense, Me Antoine Comte, prend la parole à son tour : « Me Baratelli nous vend le mythe de la justice méchante envers les riches et gentille avec les pauvres. Arrêtons ! » « On a eu le même type d’argumentaire lors de la première instance, qui voudrait nous faire croire que Bolloré est maltraité par la presse. C’est grotesque », poursuivra-t-il à la fin de l’audience.

« Ce qui pose problème, c’est que les affaires de Bolloré deviennent un sujet tabou »

Le groupe, en la personne de Me Baratelli, se défend aussi férocement qu’il se dit attaqué. Jusqu’à l’absurde ? Deux des prévenus, Thierry Lamireau et Laurent Ménard, ont réclamé un préjudice moral de plusieurs milliers d’euros. Durant leur interrogatoire, les deux hommes ne semblaient toujours pas bien comprendre ce qu’ils faisaient là. Le premier a juste relayé l’article sur son blog quand le second n’a découvert que lors de sa convocation, soit un an plus tard, que l’article avait été posté sur la page de son association. Il ne l’avait alors jamais encore lu. « Je trouve que cette situation est totalement disproportionnée et je ne comprends pas très bien ce que je fais là. L’article n’a été consulté que 7 fois sur mon site en un an et a été tout de suite supprimé après ma convocation. »

« La manière dont sont traitées des personnes qui ont juste relayé un texte est simplement arrogante et méprisant », se désole Me Comte. Un jusqu’au-boutisme qui inquiète les journalistes. « Une partie des médias, notamment ceux dépendants de la pub s’autocensurent. Les affaires de Bolloré sont devenues un sujet tabou. On ne peut plus en parler sans avoir une plainte », explique Agnès Rousseaux, journaliste à Bastamag.

Nadia Djebali, elle, quitte la salle d’audience la conscience tranquille. « J’ai fait mon boulot. Quand j’ai commencé, j’avais 100 méga de document écrit. Je n’allais pas tout publier », sourit-elle.

Le délibéré a été mis au 9 février.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Vincent Bolloré désigné comme accapareur de terres et censeur d’internet au Palais de justice de Paris

Source : Laure Hänggi pour Reporterre

Photo : Protestation de paysans africains contre le groupe Bolloré en juin 2016 (Farmland)

THEMATIQUE    Libertés
28 mars 2017
« La FNSEA a un discours schizophrène »
Entretien
28 mars 2017
Ce bar est alternatif, bienvenue à l’Alternatibar, à Lyon
Alternative
23 mars 2017
Des villages du Gard démontrent que l’accueil des réfugiés est possible et vitalisant
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Libertés





Du même auteur       Laure Hanggi (Reporterre)