Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

Tribune — Transports

La course de voitures électriques à Paris est une imbécillité

La crise climatique ne fait pas reculer l’industrie automobile, estime l’auteur de cette tribune. Pour preuve, l’organisation ce samedi en plein Paris d’une course de voitures électriques, alors que cette énergie n’est en rien vertueuse écologiquement.

Yves Heuillard est rédacteur en chef de DD Magazine.


Place Vauban, devant l’édifice grandiose de la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides, les goudronneurs vont bon train. Le 23 avril aura lieu en plein Paris, autour des Invalides, le grand prix de France de Formule E. Organisée par la Fédération internationale de l’automobile, c’est une course à la manière d’un grand prix de Formule 1, mais les voitures, des bolides de 270 chevaux, sont électriques.

Tout est bon pour promouvoir la voiture électrique et, avec elle, l’imbécillité de la voiture individuelle, de la puissance et de la vitesse dans les zones urbaines, quitte à recouvrir d’un goudron lisse et noir les pavés de la perspective magistrale voulue par l’architecte Hardouin-Mansart au XVIIe siècle.

Le bitume a recouvert les pavés devant les Invalides, en avril.

Le goudron réussira-t-il à obscurcir nos esprits et à faire oublier que la voiture électrique, dans un monde où l’électricité est produite aux deux tiers par des combustibles fossiles, ne résout pas davantage les problème de pollution, du moins globalement, que les problèmes de circulation ? Faut-il rappeler que la production électrique a généré 12,1 milliards de tonnes de CO2 en 2014, deux fois plus qu’en 1990, 38 % des émissions mondiales contre 30 % en 1990 ?

Londres récompense les concepteurs de véhicules très économiques 

Malgré la problématique climatique, l’industrie automobile rêve de continuer à vendre des engins de 1.500 kg, de plusieurs centaines de chevaux et d’un luxe inouï pour transporter nos quelques dizaines de kilos sur des infrastructures encombrées, construites et entretenues (quand elles le sont encore) à grands frais par la collectivité. C’est ce rêve qu’on vendra encore ce week-end autour de l’Hôtel des Invalides. 

Londres, plus intelligente, organisera du 30 juin au 3 juillet prochain le Shell Eco-Marathon, qui vise à récompenser les concepteurs de véhicules très économiques (moins d’un dixième de litre aux cent kilomètres pour les modèles à essence !).

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende