La déforestation rapide de l’Amazonie brésilienne pourrait entraîner la prochaine pandémie

Durée de lecture : 3 minutes

23 avril 2020



Les scientifiques avertissent que la prochaine pandémie émergente pourrait provenir de l’Amazonie brésilienne si les politiques du président Jair Bolsonaro continuent de faire grimper les taux de déforestation en Amazonie. L’association Canopée s’est faite l’écho, le 18 avril dernier, d’un article initialement publié sur le site d’information Mongabay.

En 2019, la déforestation en Amazonie brésilienne a atteint son plus haut niveau en dix ans. Les taux de déforestation en Amazonie continuent d’augmenter en 2020, doublant d’août 2019 à mars 2020, par rapport à la même période en 2018-19.

Or, comme le racontait Reporterre, de nouvelles maladies surviennent généralement à la jonction entre la forêt et l’agroindustrie, l’exploitation minière et d’autres développements humains. Plusieurs travaux de recherche corroborent cette hypothèse.

  • Les feux de forêt peuvent favoriser le déclenchement de maladies

À la mi-août 2019, un groupe d’experts internationaux sur les zoonoses (c’est-à-dire les maladies transmises des animaux aux humains), s’est réuni en Colombie pour analyser l’impact des incendies de forêt alors en cours en Amazonie. Dans leur communiqué, ils ont mis en garde : « La région amazonienne du Brésil, endémique à de nombreuses maladies transmissibles ou zoonotiques, peut, après un incendie de forêt, déclencher une sélection pour la survie et, avec elle, changer l’habitat et les comportements de certaines espèces animales. Il peut s’agir de réservoirs de bactéries zoonotiques, de virus et de parasites. »

En 1988, d’énormes incendies en Indonésie ont créé des conditions permettant l’émergence du virus Nipah, qui a un taux de morbidité compris entre 40 % et 70 %. Les chercheurs pensent que le déclenchement des incendies a poussé les chauves-souris frugivores à fuir leurs maisons forestières, à la recherche de nourriture dans les vergers. Ensuite, les porcs ont mangé le fruit que les chauves-souris avaient grignoté, s’infectant avec le virus, infectant finalement les populations locales, qui ont commencé à mourir d’hémorragies cérébrales.

  • Des liens entre maladie et catastrophe environnementale déjà établis au Brésil

Selon le biologiste Márcia Chame, l’éclatement du barrage de résidus des mines de fer de Mariana dans l’État du Minas Gerais en 2015 aurait participé à une forte augmentation des cas de fièvre jaune au Minas Gerais en 2016-2017. Il fait valoir que l’éclatement du barrage et la coulée de boues toxiques ont gravement affecté les animaux dans le bassin versant environnant, les rendant moins résistants aux maladies. M. Chame dit que de nombreux singes du bassin versant de Doce sont tombés malades de la fièvre jaune. Ces singes ont ensuite été piqués par des moustiques, qui à leur tour ont piqué les humains, entraînant la maladie dans les villes de la région.

  • Le paludisme favorisé par la déforestation

La perturbation intense des forêts est déjà connue pour contribuer à l’expansion de maladies connues comme le paludisme : le moustique se porte très bien dans les parcelles de forêt récemment défrichées, en bordure de la forêt restante (où il y a plus d’eau stagnante pour la reproduction, des températures plus élevées...) Deux chercheurs ont ainsi déterminé que la déforestation dans l’ensemble du bassin amazonien avait contribué à une augmentation significative du paludisme.

Malgré tout, au milieu de la crise du Covid-19, le Congrès brésilien est prêt à voter une mesure facilitant la déforestation.





Lire aussi : Pour limiter les pandémies, les humains doivent « décoloniser le monde »


31 juillet 2020
L214 et la Ligue des droits de l’Homme attaquent la cellule Déméter en justice
Lire sur reporterre.net
31 juillet 2020
Le préfet de Seine-Maritime autorise l’abattage de 1.430 renards
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
De plus en plus de cours d’eau s’assèchent en France
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Triste record en 2019 : le plus grand nombre de défenseurs de la terre assassinés en une seule année
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Pesticides : les habitants de Tautavel privés d’eau potable
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
« Autoroute ferroviaire », « train des primeurs » : Jean Castex esquisse un plan de relance du fret
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Trois milliards d’animaux touchés par les feux de forêt en Australie
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
En 46 ans, la population de poissons migrateurs a baissé de 76 %
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Aux Etats-Unis, de grands groupes pétroliers financent la police
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Le Premier ministre Jean Castex dénonce l’ « écologie punitive voire sectaire » et prône la croissance verte
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Convention citoyenne pour le climat : le gouvernement commence à prendre des mesures, mais au rabais
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
À la Réunion, une opposition toujours vive contre la « nouvelle route du littoral »
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Bérangère Abba, Joël Giraud : l’engagement écolo à géométrie variable des nouveaux secrétaires d’État
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Le bruit sismique d’origine humaine a diminué de 50 % pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Une Australienne lance un procès à propos des pertes financières dues au changement climatique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Covid-19

31 juillet 2020
Bâtiments qui se fissurent, routes qui ondulent... L’Arctique russe face à la fonte du pergélisol
Reportage
31 juillet 2020
Malgré ses annonces, l’État pourrait laisser Amazon construire des entrepôts à gogo
Info
1er août 2020
Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été
Info


Dans les mêmes dossiers       Covid-19