La marche pieds nus devient courante en Allemagne

1er avril 2017 / Violette Bonnebas et Sébastien Millard (Reporterre)



Bienfaisante pour le corps et l’esprit, la marche sans chaussures se développe en Allemagne. De plus en plus de piétons l’adoptent, et un réseau de parcs et de sentiers adaptés se met en place.

  • Berlin, correspondance

L’anecdote fait partie des livres d’histoire du sport. En 1960, l’athlète éthiopien Abebe Bikila est devenu champion olympique du marathon à Rome en courant… pieds nus. Il avait eu beau tenter de trouver des chaussures avant l’épreuve, il ne les supportait pas, et surtout, elles nuisaient à ses performances.

Cette histoire, le berlinois Ulrich Conrad la raconte volontiers. Ce quinquagénaire aux petons éprouvés a décidé, il y a trente-deux ans, de laisser ses chaussures au placard pour retrouver un peu de simplicité dans son quotidien. « C’est beaucoup plus pratique, je n’ai pas à choisir telle ou telle paire de chaussures avant de sortir », sourit-il.

Surtout, l’ancien chauffeur de taxi se sent mieux connecté à son environnement. « On a une perception du monde plus forte, de nouveaux sens qui s’éveillent, de nouvelles sensations, dans la nature comme en ville », explique celui qui a créé l’association Pieds nus Berlin-Brandebourg en 2005.

Quelle que soit la saison 

Durant son adolescence, il ressentait de la fascination devant des films comme Fitzcarraldo de Werner Herzog, mettant en scène des Indiens vivant pieds nus. Mais, inquiet du regard des autres, il a longtemps refoulé sa soif de liberté.

Ulrich Conrad n’est pas seul. Au pays de la sandale Birkenstock, il n’est aujourd’hui pas rare de croiser des badauds arpentant la ville déchaussés, quelle que soit la saison. « Cela devient seulement compliqué à partir de - 3 °C, non pas à cause du froid, mais à cause du sel que l’on épand sur les routes et qui brûle les pieds », témoigne Ulrich Conrad.

Depuis qu’il marche pieds nus, le Berlinois Ulrich Conrad se sent mieux connecté à son environnement.

Le phénomène est également visible sur Internet, où fleurissent forums et blogs de passionnés. Contrairement à la France, où la justice a interdit à un touriste de visiter pieds nus la citadelle de Besançon, la pratique n’est pas diabolisée en Allemagne. S’il faut parfois insister un peu pour entrer dans certains musées ou prendre le bus, cela n’est pas proscrit. La randonnée sans chaussure est même recommandée par le ministère fédéral de la Santé dès que les températures atteignent 10 °C.

Depuis 1992, plus de soixante-dix parcs et sentiers de randonnée adaptés (lien en allemand) ont été inaugurés dans le pays. L’un des plus grands parcs, à Dornstetten dans la Forêt-Noire, accueille chaque année 170.000 visiteurs. Ses chemins sont conçus pour varier les sensations plantaires en alternant sable, argile, pommes de pin, mousse, copeaux de bois, galets et même verre poli.

De l’entraînement physique, mais aussi mental

La tendance, commune à l’ensemble de l’espace germanophone, suit les préceptes de Sebastian Kneipp. Le célèbre prêtre bavarois a créé des cures naturelles au XIXe siècle, encourageant notamment la marche pieds nus pour renforcer le système immunitaire, en particulier sur des sols humides ou dans la neige.

Revenir à la marche naturelle de l’être humain a d’autres vertus : elle raffermit la musculature et les articulations, améliore la posture du corps et circulation sanguine et réduit le stress. « Chaque pas effectué pieds nus a un impact fort, non seulement sur les muscles du pied, mais aussi dans toute la jambe, et jusque dans la colonne vertébrale », explique Thomas Schneider, orthopédiste à Fribourg. Ulrich Conrad assure d’ailleurs que ses problèmes de dos se sont atténués depuis qu’il marche ainsi.

Depuis 1992, plus de soixante-dix parcs et sentiers de randonnée adaptés à la marche pieds nus ont été inaugurés en Allemagne.

Comme toute pratique sportive, la marche pieds nus demande de l’entraînement — physique, mais aussi mental, pour lutter contre ses propres préjugés. « Ce n’est ni sale ni dangereux », assure Ulrich Conrad. Pour éviter les crottes de chien et les chewing-gums, « il suffit de regarder où l’on marche comme on le fait avec des chaussures, et de bien se laver les pieds tous les jours ».

Pour les courageux, mais pas téméraires, il reste les « chaussures barefoot », ces chaussures qui promettent une sensation de légèreté, mais Ulrich Conrad ne veut pas en entendre parler. « C’est comme parler de vêtements nudistes, c’est insensé », s’amuse-t-il.

« Ce n’est ni sale ni dangereux » de marcher pieds nus, assure Ulrich Conrad. Pour éviter les crottes de chien et les chewing-gums, « il suffit de regarder où l’on marche comme on le fait avec des chaussures, et de bien se laver les pieds tous les jours ».



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’écopsychologie veut renouer le lien entre les humains et la nature

Source : Violette Bonnebas pour Reporterre

Photos : © Sébastien Millard/Reporterre

THEMATIQUE    Quotidien Santé
21 septembre 2017
Les 3 moyens par lesquels le Ceta va dégrader l’environnement
Info
22 septembre 2017
À Marseille, Macron interpellé sur un projet immobilier menaçant un site antique
Enquête
22 septembre 2017
Des coursiers à vélo veulent dépasser l’ubérisation par la coopération
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Quotidien Santé





Du même auteur       Violette Bonnebas et Sébastien Millard (Reporterre)