La mort de Rémi Fraisse était immédiatement connue des gendarmes

Durée de lecture : 1 minute

14 novembre 2014 / Grégoire Souchay (Reporterre)

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, se retranche derrière les enquêtes et refuse d’assumer une responsabilité dans le drame qui a coûté la vie à Rémi Fraisse.


Comme Reporterre l’indiquait dès le lendemain du drame, la mort du jeune manifestant sur la zone humide du Testet, dimanche matin 26 octobre, est due à un tir de grenade offensive par des policiers. De plus, ceux-ci savaient quelques minutes après le drame la cause de la mort du jeune homme. Mercredi 12 novembre, Mediapart et Le Monde ont révélé des documents internes à la gendarmerie qui attestent de ces éléments.

Interrogé sur France Inter, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a dénié toute responsabilité et erreur dans ce qui s’est passé, se retranchant derrière les enquêtes administrative et judiciaire.

Il a annoncé l’interdiction totale de l’usage des grenades offensives et a précisé que l’usage des grenades lacrymogènes instantanées sera restreint et obligatoirement réalisé en binôme de gendarmes « afin d’avoir le recul nécessaire pour évaluer la situation et guider l’opération ». En revanche, le ministre n’a fait aucune annonce concernant l’usage des flashballs qui sont à l’origine de nombreuses blessures dans les affrontements ayant pris place au Testet depuis deux mois.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Grégoire Souchay pour Reporterre.

Ecouter aussi : Il casse tout, mais il n’est responsable de rien


Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Sivens

17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info
17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Sivens





Du même auteur       Grégoire Souchay (Reporterre)