La privatisation d’Aéroports de Paris, un enjeu majeur de démocratie et d’écologie

Durée de lecture : 4 minutes

23 janvier 2020 / Victor Chaix (Reporterre)



Le projet de loi pour la tenue d’un référendum sur la privatisation, ou non, du groupe ADP, a jusqu’au 12 mars 2020 pour recueillir 4,7 millions de signatures. L’enjeu démocratique est majeur, comme l’enjeu écologique, alors que le trafic aérien continue de croître.

Le miracle arrivera-t-il, à presque 50 jours de la fin du recueil des signatures pour lancer le référendum d’initiative partagée sur la privatisation des aéroports de Paris (ADP) ? À la conférence-débat « Peut-on empêcher la privatisation d’ADP ? », organisée par le collectif des Économistes atterrés à l’université Paris 1 mardi 14 janvier 2020, l’humeur était morose.

La conférence a été menée par Paul Cassia, professeur de droit à la même université, David Cayla, économiste à l’université d’Angers et membre des Économistes atterrés et Martine Orange, journaliste économique à Mediapart. Tous les trois sont engagés en faveur du référendum d’initiative partagée (RIP) et contre la privatisation du groupe ADP, anciennement Aéroports de Paris — le numéro un mondial de la gestion aéroportuaire en nombre de passagers (aujourd’hui, l’État est actionnaire majoritaire à 50,6 %). Ils ont dressé un bilan navré de ce nouvel exercice démocratique et de l’avenir des infrastructures aéroportuaires franciliennes.

Lancée le 9 avril 2019 par 185 représentants de tous les groupes parlementaires, cette première utilisation du RIP — inscrite dans la constitution depuis 2008 — vise « à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris ». La procédure, qui se termine le 12 mars 2020, doit rassembler un dixième du corps électoral, soit 4.717.396 signatures pour aboutir à un référendum. Ce chiffre était, le 17 janvier 2020, de 1.069.600 environ — un peu plus de 20 % des soutiens nécessaires.

« Tout est fait pour que ça ne fonctionne pas » 

Paul Cassia a regretté ce soutien insuffisant. « Les chiffres sont très en deçà des espérances. C’est surprenant, alors que le pouvoir est aujourd’hui contesté de toutes parts : ce référendum d’initiative parlementaire est un moyen de lui dire “merde” [sic].Peut-on empêcher la privatisation d’ADP ? La réponse est oui. La question est plutôt pourquoi nous ne le faisons pas. » Il émet deux hypothèses : « Soit le peuple est indifférent, soit il n’en voit pas les enjeux. »

Le site de récolte des soutiens lui-même ne facilite pas l’obtention des soutiens nécessaires, a estimé Paul Cassia. « Le site a été mis en œuvre le 13 juin 2019 et a coûté environ 300.000 euros. Il n’a pas été créé pour être fonctionnel : l’exécutif n’a aucun intérêt à ce que cela soit facile de déposer un soutien. » Lors du débat, une personne s’est plainte ainsi d’un « site qui beugue » et sur lequel « tout est fait pour que ça ne fonctionne pas ». Une autre personne, plus âgée, déplore que soutenir le RIP « se fasse uniquement par voie informatique ».

Mardi 14 janvier 2020, à l’université Paris 1.

Pour David Cayla, le manque de signatures relève plutôt d’un phénomène courant dans les formes d’engagement politique. « Aujourd’hui, les pétitions ou les votes ne dépassent pas vraiment les cercles militants. Il s’agit alimenter la préoccupation des gens sur ce sujet, qui reste bien souvent en arrière-plan. » Malgré le fait que la procédure du RIP a été déposée par des représentants de tous les groupes parlementaires, un membre du public a estimé que seule la gauche s’est engagée sur cette question.

Par ailleurs, a dit Martine Orange, cette privatisation serait inconstitutionnelle. « Dans la Constitution, il est interdit de privatiser tout monopole physique. Or, le Conseil d’État a décidé que c’était possible, vu qu’ADP ne desservait pas l’ensemble des territoires et que ses aéroports étaient en concurrence avec ceux de Londres, Marseille… » Le groupe ADP représente pourtant 85 % du trafic aérien français, et serait « décisif pour les communautés locales », selon Martine Orange.

« Comment fera-t-on pour réorganiser les flux de transport ? » 

Pour David Cayla, le groupe ADP est d’une importance stratégique dans la politique climatique nationale. Le livrer totalement au privé priverait l’État d’un levier d’action climatique majeur. « Comment fera-t-on pour réorganiser les flux de transport face à un acteur qui fera du lobbying et cherchera à contrecarrer toute entrave à sa croissance ? Les projets ne seront pas menés dans une logique de réaménagement du territoire mais de rentabilité. »

C’est un argument que, dans un livre publié récemment, Pouvoir dire stop, le journaliste Daniel Schneidermann a développé. « Outil d’aménagement du territoire, un aéroport est aussi un outil de politique climatique. Il pourrait éventuellement demain inciter ADP à favoriser les avions moins gourmands en kérosène, ou utilisant davantage de biocarburants. Autant de leviers de politique écologique qui seront plus lourds à manier, en cas de privatisation, si chaque détail n’a pas été explicitement prévu dans le contrat de concession », explique-t-il à Reporterre.

En tout cas, la bataille n’est pas perdue. Selon Martine Orange, « un million de soutiens, c’est déjà extraordinaire. Il faut se battre jusqu’au bout » et « profiter des municipales pour titiller les maires franciliens sur cette question, qui les concerne directement ».





Lire aussi : Au mépris du climat et des riverains, l’aéroport de Roissy veut 40 millions de passagers supplémentaires

Source : Victor Chaix pour Reporterre

Photos :
. chapô : mobilisation en faveur du référendum d’initiative partagée, le 16 janvier 2020, à Paris. © NnoMan Cadoret/Reporterre
. Sorbonne : © Victor Chaix/Reporterre

DOSSIER    Transports

THEMATIQUE    Luttes Politique
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
26 octobre 2020
Interdire l’école à la maison, « un pas de plus vers la normalisation de la société »
Enquête
26 octobre 2020
Avec l’instruction en famille, « on a redécouvert notre enfant »
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Transports



Sur les mêmes thèmes       Luttes Politique





Du même auteur       Victor Chaix (Reporterre)