La rotation des mandats : une belle idée, difficile à appliquer

Durée de lecture : 5 minutes

30 septembre 2014 / Gaëlle Ronsin (Silence)

Entre 2008 et 2014 a été tentée au sein du conseil municipal de Saint-Nazaire une pratique nouvelle : la rotation des mandats de certains conseillers. Mais la mise en pratique de cette idée n’est pas sans embûches... Thierry Brulavoine, ancien conseiller municipal, témoigne.


Pour réfléchir avant La Rencontre de Reporterre, lundi 6 octobre : L’écologie au cœur de la reconstruction politique


Silence : Comment est né le principe d’une rotation des mandats dans le conseil municipal de Saint-Nazaire ?

Thierry Brulavoine : Il y a sept ans, une liste citoyenne à Saint-Nazaire voit le jour en vue des élections municipales de 2008. Des militants aguerris mais n’appartenant pas à des partis politiques rejoignent la liste intitulée Label Gauche. Le maire de Saint-Nazaire achève alors son cinquième mandat sur un bilan plus que critiquable ! Label Gauche s’inscrit donc en opposition et entend porter une parole écologique forte dans une ville marquée par l’industrie (1).

Je me retrouve à la tête de la liste. Comme je suis le plus décroissant de nous tous, je me dis que si j’acceptais nous avancerions plus vite. On mène alors campagne avec nos petits moyens.

Au premier tour, Label Gauche crée la surprise en dépassant les 10 % de votants, succès qui se confirme au deuxième tour avec 17,87 % des voix et l’obtention de quatre sièges d’élus.

Deux hommes et deux femmes siègent à Saint-Nazaire sous l’étiquette Label Gauche à partir de 2008. Un travail massif de préparation collective des conseils municipaux a lieu entre la vingtaine de citoyens qui composent l’association. Des projets de délibérations sont préparés ensemble, des interventions et des arguments sont ciblés, afin que les élus soient soutenus par le collectif lorsqu’ils siègent au Conseil.

Mais surtout, au sein de l’association Label Gauche, on ne conçoit pas la politique comme un métier. Il faut qu’un maximum d’élus expérimentent la représentation. La liste décide de lutter contre les dérives de la démocratie représentative en inscrivant dans son programme le principe de rotation des mandats. Il est prévu que chaque co-listier siège une durée limitée au Conseil Municipal durant la mandature, avant de céder sa place à un autre co-listier.

Comment la rotation se met-elle en pratique ?

Au bout de deux années, je démissionne donc de mon siège au Conseil et suis remplacé par la personne en cinquième position sur la liste. Mais les trois autres conseillers municipaux de Label Gauche refusent de démissionner. Ils refusent d’appliquer la rotation des mandats au nom de divers arguments : partir du Conseil Municipal signifierait pour eux l’abandon de la maîtrise des dossiers qu’ils connaissent et qu’ils veulent suivre jusqu’au bout.

- A droite, Thierry Brulavoine -

Le principe de rotation n’avait pas été consigné à l’écrit lors de l’engagement sur la liste, ils ont donc repris leur parole. Ces trois élus quittent alors l’association Label Gauche et changent d’étiquette : ils restent dans l’opposition au Conseil Municipal sous l’intitulé Divers Gauche. Je ne m’attendais pas à ça, je pensais qu’ils étaient d’accord pour la rotation.

Mon remplaçant réalise également la rotation pour offrir son poste au sixième de la liste au bout de deux ans. C’est finalement la septième personne de la liste qui accepte la charge. Mais, en raison de divergences intellectuelles, cette dernière quitte l’association Label Gauche pour adhérer au NPA.

Deux rotations ont donc finalement eu lieu durant ces six ans au sein du conseil municipal de Saint-Nazaire et Label Gauche n’a plus d’élu au conseil municipal à partir de fin 2012.

Quelles sont donc les leçons à tirer d’une telle expérience ? Fut-elle un échec ?

Je ne considère pas l’expérience de Label Gauche comme un échec total, c’est plutôt une belle aventure humaine avec tous les éléments de la tragédie. Mais l’intégrité de la liste a bel et bien souffert. Cela a servi à la majorité PS, bien contente d’observer le délitement de la situation.

Le mandat tournant a sûrement été mal réfléchi. Nous n’avons pas assez discuté là-dessus. Le projet de Label Gauche est né en novembre 2007, la liste bouclée début février pour des élections qui se tenaient en mars 2008. Nous avons eu à peine trois mois, cela s’est fait dans la précipitation. On n’avait pas d’expérience dans le montage de liste municipale, et à vrai dire, nous avons concentré notre énergie sur le principe de mixité.

La liste s’est construite avec beaucoup de déçus de la majorité en place et nous n’avions pas d’expérience de travail en commun suffisamment développée. Nous sommes partis du principe que la rotation des mandats était quelque chose d’acquis. Mais, nous aurions eu besoin de nous donner du temps pour en envisager la mise en pratique.

Ce furent six années d’expériences très riches, qui nous ont beaucoup appris et qui m’ont fait réfléchir sur l’engagement politique. Pourquoi entre-t-on sur le terrain politique ? Uniquement pour des idées ? Mon analyse et l’expérience de Saint-Nazaire montre que la cohérence entre les idées et la pratique est problématique.

Certains cherchent à être élus pour satisfaire un besoin de reconnaissance sociale. Conserver son mandat et renoncer à la rotation participe à cette reconnaissance.

- Propos recueillis par Gaëlle Ronsin


NB : Fin 2013, une liste Alternatives Citoyennes tente de se constituer pour les élections municipales de Saint-Nazaire, sur un programme similaire à celui de Label Gauche. Elle échouera à se présenter du fait de dissensions entre militants.


Note

(1) Saint-Nazaire abrite le plus gros chantier naval de France, qui a connu des graves difficultés économiques ces dernières années.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Article transmis amicalement à Reporterre par la revue Silence.

Photos :
. Chapô : Parti de Gauche (Bloëm)
. Photo : Silence

Lire aussi : Sur les terres de l’abstention et du FN, un maire résiste par l’écologie

THEMATIQUE    Politique
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage


Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Gaëlle Ronsin (Silence)