Faire un don
48211 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
60 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

La situation du nucléaire français inquiète l’Autorité de sûreté

Durée de lecture : 5 minutes

21 janvier 2016 / Barnabé Binctin (Reporterre)

Le gendarme du nucléaire français sonne l’alarme. Le vieillissement des centrales, les difficultés d’EDF et d’Areva, le manque de moyens, les anomalie de l’EPR, le coût élevé de Cigeo : autant de motifs d’inquiétude.

« Le contexte en matière de sûreté et de radioprotection est particulièrement préoccupant. » Pierre-Franck Chevet, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), n’a pas mâché ses mots à l’occasion de ses vœux à la presse, mercredi 20 janvier. Il a dressé un constat alarmiste de l’état du nucléaire en France, dans un discours d’une trentaine de minutes autour de trois motifs d’inquiétudes principaux.

Pierre-Franck Chevet, le président de l’ASN, est très inquiet de la situation du nucléaire

Le premier concerne ce qu’il qualifie d’« enjeux sans précédents », dont l’épineux dossier de la prolongation de durée de fonctionnement des réacteurs au-delà de 40 ans. Une prolongation dont le gendarme du nucléaire français a rappelé qu’elle n’était « pas acquise »« on est loin d’avoir décidé des conditions » – mais dont l’échéance se rapproche, avec une première visite décennale fixée à Tricastin I en 2019. Alors qu’un avis de l’ASN sur cette éventuelle prolongation est attendu pour 2018, une première « décision » – sorte de document de prescription fixant les grandes orientations – est annoncée pour les prochaines semaines. Sur ce sujet, Pierre-Franck Chevet a d’ailleurs manifesté le souhait d’« organiser la participation du public », « pas prévue par la loi mais nécessaire au vu des enjeux ».

Les mystères du coût de Cigeo

Deuxième source du tracas, la situation de l’industrie nucléaire. Visant sans les nommer EDF et Areva, il a déploré leurs « grandes difficultés économiques et techniques », soulignant que si « le gouvernement a pris une bonne décision en réorganisant la filière à l’été dernier », « il y a encore beaucoup de temps qui va s’écouler et nous sommes dans cette zone de transition où les organigrammes ne sont pas complètement arrêtés et où les capacités financières ne sont pas là, ou certainement pas à la hauteur des enjeux à traiter, et c’est pour moi un sujet de préoccupation majeure ». L’ASN sera « extrêmement vigilante et rigoureuse » pour s’assurer que les compétences humaines essentielles ainsi que les investissements nécessaires pour la sûreté soient maintenues.

Troisième motif d’inquiétude, le manque de moyens accordés à l’ASN pour faire face à tous ces enjeux. Alors qu’elle demandait 200 postes supplémentaires – soit une augmentation de 20 % de ses effectifs – seule une trentaine d’embauches aurait été obtenue. « J’en appelle à une réforme de nos systèmes de financement de manière à ce que l’on puisse avoir durablement les moyens dont nous avons besoin », a déclaré Pierre-Franck Chevet à l’intention du gouvernement. Conséquence du manque de moyens, le patron de l’ASN se dit obligé de prendre « des décisions de priorisation » : c’est ainsi que le contrôle sur les installations en fonctionnement prime sur les infrastructures nouvelles.

À l’arrière-plan des tranchées, des foreuses posent des bornes pour les études géotechniques à Bure, dans la Meuse, sur le site du projet CIgéo, en novembre 2015.

Or c’est sur deux installations en projet que la séance de questions-réponses avec les journalistes s’est finalement attardée. Sur Cigéo, d’une part. Le projet de centre d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure (Meuse) est revenu dans l’actualité avec le débat sur son coût prévisible. La ministre de l’Ecologie l’a fixé par arrêté à 25 milliards d’euro. Le chiffre semble loin des projections de l’ASN qui avait pour sa part jugé « optimiste » le montant calculé par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), l’opérateur chargé de la construction du site, et qui évaluait le coût à… 32,8 milliards d’euros.

M. Chevet s’est pourtant refusé à commenter le chiffre, exprimant simplement sa confiance « dans les calculs très savants des services du ministère », calculs dont il a par ailleurs indiqué ne pas avoir le détail – tout comme ceux des exploitants, qui avancent le chiffre de 20 milliards, mais sans publier le détail de leur estimation. Le patron de l’ASN s’est contenté de rappeler que ce chiffrage ne pouvait être considéré comme définitif, au vu de la durée – 140 ans – sur laquelle porte cette évaluation…

EPR : « La question de savoir s’il n’y a pas eu d’autres anomalies »

Sur l’EPR de Flamanville, d’autre part, le responsable des gendarmes du nucléaire s’est montré plus loquace. Après avoir confirmé le caractère sérieux des anomalies identifiées sur la cuve du réacteur en avril dernier, ainsi que celles identifiées sur les soupapes qu’avait révélées Le Journal de l’énergie, Pierre-Franck Chevet s’en est inquiété : « Cela arrive qu’il y ait des anomalies. Mais dans les deux cas, ces anomalies ont été largement identifiées sous l’impulsion de l’ASN et de son appui technique. Elles n’ont pas été découvertes naturellement par les systèmes de contrôle de l’exploitant. En ça, cela me paraît relativement préoccupant et cela pose immédiatement la question de savoir s’il n’y a pas eu d’autres anomalies qui n’auraient pas été détectées. »

Conséquence, il en appelle à « un réexamen systématique de la qualité des fabrications passées », un réexamen en cours actuellement sur l’usine d’Areva au Creusot, qui a fabriqué les cuves de l’EPR. L’ASN a aussi confirmé qu’elle allait mener de nouvelles recherches sur de possibles autres anomalies à Flamanville. Une décision sur ce problème est attendue d’ici la fin de l’année 2016, à l’issue de l’instruction qui se poursuit et des essais qui doivent y être menés.

Pour le directeur de l’ASN, le niveau de gravité employé dans cet exercice de communication se voulait probablement le gage de conscience de la responsabilité qui incombe aujourd’hui l’ensemble de la filière, lui qui rappelait ainsi au détour d’une phrase que « si un accident type Fukushima survenait, et on ne peut l’exclure, ce serait plusieurs pays européens qui seraient concernés ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Les centrales nucléaires belges, à bout de souffle, menacent les pays voisins

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photos :
. Chapô : le chantier de l’EPR européen à Flamanville, dans la Manche. Wikipedia (schoella - panoramio/CC BY 3.0)
. M. Chevet lors de ses voeux à la presse le 20 janvier 2016 : ASN
. Cigéo : © Pierre Bonneau et Gaspard D’Allens/Reporterre

DOSSIER    Déchets nucléaires Nucléaire

12 décembre 2019
À la COP25, les États sont divisés, les négociations patinent
Reportage
13 décembre 2019
Face au changement climatique, des jardiniers et maraîchers cultivent les semences paysannes
Alternative
13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires Nucléaire





Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)