Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Politique

Le Parti communiste rejoint EELV et les Insoumis pour les législatives

Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel.

Et de trois. Après deux semaines de discussion, le Parti communiste français (PCF) a annoncé mardi 3 mai avoir trouvé un accord avec Europe Écologie-Les Verts (EELV) et La France insoumise (LFI) pour les élections législatives des 12 et 19 juin. Le parti rejoint la « nouvelle union populaire écologiste et sociale » scellée la veille. Objectif : créer une coalition à gauche afin « d’empêcher Emmanuel Macron de poursuivre sa politique injuste et brutale » et battre l’extrême droite.

Dans un communiqué, le PCF a précisé que la majorité que les trois partis souhaitent mettre en place reposerait sur « des groupes parlementaires de chacune des composantes », chapeautés par un intergroupe. Un programme complet, centré autour de plusieurs centaines de propositions communes, est attendu dans les prochains jours. Parmi ses objectifs : la hausse du Smic à 1 400 euros, la construction de logements publics aux normes écologiques, la renationalisation d’EDF, d’Engie, des autoroutes et des aéroports, la planification écologique et l’application de la « règle verte » chères à Jean-Luc Mélenchon.

Écolos et Insoumis se sont immédiatement félicités de ce ralliement. « La victoire est au bout de l’union. On y est presque », s’est réjouie l’écoféministe Sandrine Rousseau sur Twitter. « En ce jour anniversaire du Front populaire, nous écrivons l’histoire », a estimé Manon Aubry, l’une des chevilles ouvrières des négociations. Reste un obstacle de taille avant la victoire totale : convaincre le Parti socialiste (PS) de rejoindre l’équipage avant minuit. Le projet ne semble pas faire consensus au sein du parti. Dans un message publié sur Facebook, l’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve a critiqué les négociations en cours, et prévenu qu’il quitterait les socialistes en cas d’accord. « Je ne pourrai, en conscience et en responsabilité, demeurer dans le parti dont les dirigeants auront oublié ce qui le fonde et perdu leur boussole », a-t-il écrit.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende