Le collectif Mainstenant fait revivre en beauté les lieux abandonnés - Récit en vidéo

Durée de lecture : 1 minute

23 décembre 2016 / Fanny Laemmel (Reporterre)

Le collectif Mainstenant ouvre des écolieux et des écovillages sur des sites abandonnés. Reporterre vous emmène, en vidéo, sur l’île du Platais, dans les Yvelines, où le collectif développe un de ses projets.

À l’ouest de Paris, sur une île de la Seine, le collectif Mainstenant est en train d’imaginer une « école de la suite du monde ».

Connecter la campagne et la ville, tel est le projet de cette jeune association qui a investi cette île située à Medan, près de Villennes-sur-Seine (Yvelines). À moins de trente minutes de train de la capitale, le lieu proposera entre autres activités une école buissonnière, un fablab, une boulangerie participative ou des jardins en permaculture.

L’association a investi un autre lieu abandonné, à Esbly (Seine-et-Marne). En 2017, l’association remettra un rapport aux maires de France pour inciter à transformer les territoires abandonnés en « oasis de vivre-ensemble ».

En attendant, les membres de Mainstenant se retrouvent régulièrement sur l’île du Platais dans la cabane acquise par l’association, et vont lancer une collecte de financement participatif pour concrétiser ces projets.

Voir la video qui raconte la reconquête

Des écovillages et écolieux connectés aux cités from Reporterre on Vimeo.


Mainstenant est sur Twitter (@Mains_tenant) et Facebook.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Ils ne se connaissaient pas. Ils vivent ensemble dans des logements écologiques et autoconstruits

Source : Fanny Laemmel pour Reporterre

Photo :
. chapô : Nicolas Voisin. © Fanny Laemmel

DOSSIER    Habitat

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito


Dans les mêmes dossiers       Habitat





Du même auteur       Fanny Laemmel (Reporterre)