Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefPollutions

Le gouvernement assure avoir « tiré les leçons » de l’incendie de Lubrizol

Jeudi 24 septembre, à la veille du premier anniversaire de l’incendie de Lubrizol, la ministre de la Transition écologique et le ministre de l’Intérieur se sont rendus à Rouen afin de faire le point sur les mesures prises depuis la catastrophe.

Barbara Pompili a assuré que le gouvernement souhaitait « tout faire pour qu’un incendie de cette ampleur ne se reproduise plus ». La ministre a notamment confirmé des annonces déjà faites précédemment, et détaillé les mesures prises :

  • Les prescriptions applicables en matière de stockage de matières dangereuses ont été « drastiquement » augmentées depuis l’incendie de l’usine Lubrizol ;
  • pour limiter tout risque de propagation d’incendie entre des sites voisins par effet domino, les inspections des sites classés dans un rayon de 100 m des zones Seveso seront dorénavant systématiques ;
  • des exercices incendies devraient désormais être faits tous les ans sur les sites Seveso seuil haut ;
  • les inspections de terrain devraient augmenter de 50 % d’ici la fin du quinquennat ;
  • un bureau enquête accident semblable à celui existant pour les accidents d’avion va être créé.

« Ces nouvelles obligations concrètes seront publiées dans les prochains jours », a affirmé Barbara Pompili.

Le ministre de l’Intérieur a de son côté annoncé la mise en place de nouveaux outils pour alerter la population en cas de catastrophes naturelles de tout types, notamment via SMS.

Des mesures qui apparaissent encore insuffisantes à certains, notamment au collectif d’autodéfense populaire Notre maison brûle, qui rappelle qu’elles ne concernent qu’une toute petite partie des sites classés pour la protection de l’environnement (41.000) et que les « 459.000 sites restants échappent à toute inspection et leurs données ne sont pas publiques ».

France Nature Environnement (FNE) constate de son côté qu’un an après l’incendie de Lubrizol, il n’y a « pas d’amélioration dans la gestion des sites industriels » et que « le nombre d’accidents industriels a bondi de plus de 34% en deux ans ». L’association rappelle également que pour contrôler ces sites, il faudrait « de véritables moyens humains et financiers, et une réelle indépendance de l’inspection ».

  • Photo : L’usine Lubrizol de Rouen, le 18 septembre 2020. © NnoMan/Reporterre

Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront de nombreuses avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende