Le gouvernement veut libérer dans l’environnement les déchets à très faible radioactivité

Durée de lecture : 4 minutes

22 février 2020



Le gouvernement prévoit une évolution du « cadre réglementaire applicable à la gestion des déchets de très faible activité, afin d’introduire une nouvelle possibilité de dérogations ciblées ». En clair, il pourrait être bientôt possible de revaloriser des métaux légèrement radioactifs, « après fusion et décontamination », alors que ces derniers étaient jusqu’à présent automatiquement considérés comme des déchets radioactifs et traités comme tel. Un premier pas vers l’introduction d’un « seuil de libération » pour les déchets radioactifs de très faible activité, revendication de longue date des acteurs de la filière nucléaire ?

En outre, le gouvernement veut poursuivre le projet de nouvelle piscine centralisée pour l’entreposage des déchets radioactifs, dont Reporterre avait révélé qu’elle pourrait être construite dans la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire.

Décision consécutive au débat public dans le cadre de la préparation de la cinquième édition du plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs

Ces nouveautés émanent des décisions envisagées dans le cadre du Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), dévoilées par Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, et par Bernard Doroszczuk, président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), vendredi 21 février. Cette étape supplémentaire vers la définition d’un nouveau plan fait suite au débat public qui s’est déroulé en 2019, dont les conclusions ont été présentées par la commission particulière du débat public le 25 novembre 2019.

Les autres points à retenir sont :

- Un changement dans la temporalité du PNGMDR : le gouvernement et l’ASN proposent que le PNGMDR couvre une période de cinq ans au lieu de trois jusqu’à présent.

- Une évolution de la gouvernance de la gestion des matières et des déchets radioactifs, qui pourrait être élargie « aux élus de la nation, à la société civile, et aux représentants des collectivités territoriales, en complément de la participation des associations de protection de l’environnement ».

- Les matières radioactives actuellement inutilisées – combustible MOX usé, combustible URE usé, etc. – ne seront pas reclassées en déchets, comme le réclamaient les associations antinucléaires. MM. Borne et Doroszczuk se contentent de proposer un renforcement du contrôle de leur caractère valorisable, « au regard notamment des perspectives envisagées et des volumes en jeu, par la définition de plans d’action, comportant des jalons engageant les industriels,et qui seront périodiquement réévalués ».

- Concernant le projet d’enfouissement des déchets les plus radioactifs Cigéo, à Bure, le PNGMDR devra préciser « les conditions de mise en œuvre de la réversibilité du stockage, en particulier en matière de récupérabilité des colis, les jalons décisionnels du projet Cigéo ainsi que la gouvernance à mettre en œuvre afin de pouvoir réinterroger les choix effectués ». Nouveauté, il devra piloter le soutien public à la recherche d’alternatives à l’enfouissement géologique profond.

- Source : Reporterre

- Photo : À Bar-le-Duc (Meuse), le 20 juin 2019 (© Emilie Massemin/Reporterre)


Puisque vous êtes ici…
… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.
Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.






Lire aussi : CARTE EXCLUSIVE — Les déchets radioactifs s’entassent partout en France


Documents disponibles

  Décision consécutive au débat public dans le cadre de la préparation de la cinquième édition du plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs

23 février 2021
Incendie de Rouen : Lubrizol tente d’éviter son procès
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
La nouvelle piscine d’entreposage des combustibles usés d’EDF coûtera 1,25 milliard d’euros
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
La Zad de Gonesse expulsée
Lire sur reporterre.net
22 février 2021
Israël souillé par une marée noire de grande ampleur
Lire sur reporterre.net
22 février 2021
Origine du Covid : les experts de l’OMS recommandent d’enquêter sur les visons et animaux à fourrure
Lire sur reporterre.net
20 février 2021
Les militants anti-Cigéo enfin libres de vivre normalement
Lire sur reporterre.net
19 février 2021
Le tribunal ordonne l’expulsion de la Zad de Gonesse
Lire sur reporterre.net
19 février 2021
Plan cancer : la santé environnementale marginalisée
Lire sur reporterre.net
18 février 2021
Selon l’OMS, les élevages de visons en Europe représentent un « risque élevé » de propagation du Covid-19
Lire sur reporterre.net
icon-bullhorn*****Sur le vif 18 février 2021
Des résultats positifs en trompe-l’œil pour EDF
Lire sur reporterre.net
18 février 2021
Au Groenland, les débats autour d’une mine d’uranium font tomber le gouvernement
Lire sur reporterre.net
18 février 2021
Un recours déposé contre les travaux d’extension du Grand Port maritime de Nantes-Saint-Nazaire
Lire sur reporterre.net
18 février 2021
À Bagnolet, la bergerie craint encore pour son avenir
Lire sur reporterre.net
17 février 2021
FNE saisit la justice pour forcer le gouvernement à protéger les dauphins victimes de la pêche
Lire sur reporterre.net
17 février 2021
Projet de loi Climat : l’examen à l’Assemblée nationale en passe d’être bâclé
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Déchets nucléaires

24 février 2021
À Gonesse, la Zad expulsée mais la lutte renforcée
Info
24 février 2021
Menus sans viande à Lyon : les contre-vérités des politiques
Info
17 février 2021
Nouvelle-Calédonie : en mer de Corail, une biodiversité mal protégée
Info


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires