Le procès du vigneron bio pose le délicat problème du traitement de la flavescence dorée

Durée de lecture : 3 minutes

8 avril 2014 / Pascale Solana (Reporterre)

Emmanuel Giboulot, vigneron en Bourgogne, a été condamné à 500 euros d’amende pour avoir refusé un traitement pesticide chimique contre la cicadelle. Il va faire appel. La polémique pose la question du bon traitement d’une nuisance réelle.


Viticulteur en biodynamie depuis plus de 40 ans en Côte d’Or, Emmanuel Giboulot avait refusé en 2013 de traiter ses vignes préventivement avec des pesticides de synthèse contre la flavescence dorée, maladie de la vigne. Pour sa désobéissance, il encourait jusqu’à six mois de prison, 30 000 euros d’amende et déclenchait des soutiens en chaîne via les réseaux sociaux. Le 24 février, le parquet de Dijon avait demandé en première audience une peine de mille euros d’amende dont cinq cents avec sursis. C’est la condamnation retenue par le tribunal correctionnel de Dijon le 7 avril et contre laquelle le viticulteur devrait faire appel.

Symbolique, la peine n’en demeure pas moins injuste selon le viticulteur et les associations mobilisées sur les dangers des pesticides et sur le projet de la loi d’avenir agricole pour l’alimentation et la forêt qui sera discuté au Sénat. Ainsi Agir pour l’environnement dénonce les enjeux économiques cachés derrière les arrêtés préfectoraux du type de celui ayant rendu obligatoire le traitement auquel M. Giboulot s’est soustrait : « A raison d’un à trois (…) pour un coût avoisinant 15 euros/hectares, ce traitement contre la flavescence (…) aura accru le chiffre d’affaires de l’industrie pesticide d’environ 1,5 million d’euros ».

Pour Générations futures, « le recours "préventif" à base de lutte chimique systématique ne peut être la seule réponse (…) à la cicadelle (…). Les traitements curatifs ne pourront venir à bout de ce problème tant qu’on n’aura pas une vision systémique de l’agriculture, et non pas uniquement basée sur une lutte chimique comme toute réponse au moindre problème ».

Ce à quoi le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne, qui n’a pas souhaité commenter la décision de justice, répond que la lutte contre la flavescence dorée ne repose pas uniquement sur l’emploi de produits phytosanitaires et qu’elle s’appuie aussi «  sur trois autres piliers (prospection, arrachage des pieds malades, traitement à l’eau chaude des plants de vigne), dont le principal est bien la surveillance du vignoble ». Recherche et surveillance sont deux points sur lesquels tout le monde s’accorde au moins face à cette « maladie épidémique et mortelle pour la vigne (…) qui reste un enjeu majeur pour le vignoble bourguignon ».

Au-delà de l’émotion et de la médiatisation du procès, la lutte contre la flavescence dorée est un sujet complexe. Pour éviter la tentation du manichéisme et y voir un peu plus clair on peut lire la synthèse de l’association de défense de l’agriculture bio Bioconsom’acteurs.

L’affaire aura néanmoins permis de lancer un débat et d’insister sur la nécessité de pluralisme dans la prévention et dans la recherche.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Pascale Solana pour Reporterre.

Lire aussi : En procès pour avoir refusé... de polluer !.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

DOSSIER    Pesticides

THEMATIQUE    Agriculture
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie


Dans les mêmes dossiers       Pesticides



Sur les mêmes thèmes       Agriculture





Du même auteur       Pascale Solana (Reporterre)