Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Pesticides

Le purin d’ortie ne subira plus d’entrave administrative

C’est une affaire qui dure depuis 2002 : le purin d’ortie - et les autres préparations naturelles à base de plantes utilisées en agriculture - doivent-ils passer par les mêmes processus d’homologation que les pesticides de l’agriculture conventionnelle ?

Un décret d’application de la loi d’avenir agricole, paru le 30 avril, permet à une centaine de plantes médicinales d’échapper à cette formalité administrative qui peut coûter plus de 10.000 euros. Ail, menthe, ortie, sauge, thym, ou encore tilleul, quand ils sont préparés en décoctions ou en poudre, pourront donc être fabriqués, utilisés et commercialisés plus facilement. Ils sont désormais classés comme « biostimulants » des plantes et non plus comme « produits à usage phytopharmaceutique », c’est-à-dire pesticides.

Mais la liste reste restrictive, regrettent les utilisateurs de ces « Préparations naturelles non préoccupantes ».

-  Source : Actu Environnement

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende