Le transport à la voile, alternative au pétrole, prend la mer le 19 juin

Durée de lecture : 2 minutes

3 juin 2014 / Enerzine

En Bretagne, la société TransOceanic Wind Transport expérimente le transport à la voile des marchandises.


C’est à bord de « Notre Dame De Rumengol » (photo), le plus gros bateau de charge traditionnel en activité de France, que TOWT – Transport à la voile s’apprête à effectuer à nouveau un transport autour de la Bretagne du 19 juin au 13 juillet 2014.

En fonction d’un cahier des charges précis, quelque 700 milles (soit 1 126 km) seront parcourus, en une quinzaine d’escales, pour livrer cent-cinquante références de produits locaux bretons à des partenaires distributeurs, de la Vendée au Trégor. Les derniers kilomètres des livraisons seront effectués avec un utilitaire électrique.

Brest, Camaret, Audierne, Concarneau, Lorient, Belle-Île, Yeu, Pornic, Noirmoutier, Nantes, le Crouesty, Lorient, Concarneau, Roscoff, Morlaix, l’Aber Wrac’h, Camaret, Brest, Plougastel et Landerneau, autant d’escales où seront chargées et livrées plus d’une vingtaine de tonnes de produits tels que des vins, du sel, des produits de la ferme, des conserves de légumes, de poissons, de fruits de mer, ou de porc, des cidres, du safran, du miel, des tisanes, des confitures, des algues, des bières, des pâtes ou des pommes de terre.

Il sera possible d’embarquer dans cette « expérience bretonne », pour une ou plusieurs escales, pour vivre, en compagnie du capitaine et de son équipage, entre chargements et déchargements, des moments de navigation exceptionnels.

Ce transport en cabotage permettra de réduire l’impact carbone d’une bouteille livrée dans le Finistère par cinq environ. L’ensemble de la navigation, en fonction des commandes et des conditions météorologiques, devrait permettre d’économiser en tout une à deux tonnes d’émissions de CO2.

Tous les produits livrés seront labellisés « Transporté à la voile – dans le respect de l’environnement », labels qui comporteront un code-suivi qui contiendra l’ensemble des informations afférentes au transport, afin que le consommateur final puisse s’informer sur la logistique du transport organisé par TOWT.

TOWT, la propulsion vélique pour le futur

L’objectif de TOWT – Transport à la voile est de multiplier les transports de marchandises à la voile en anticipant la transition énergétique, de prouver leur viabilité et de développer un label de transport maritime propre, afin de permettre la construction de cargos modernes à voiles à court terme.

Transportant du temps de son activité de gabare : bois, oignons, fraises, sel et vin, Notre Dame de Rumengol, ce travailleur de la mer, est un témoin de sa mission première au 21e siècle.

Propriété de l’association An Test, le bateau transmet une culture, un patrimoine. Une souscription spéciale, pour la restauration du bateau est lancée auprès du grand public et des entreprises.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Enerzine

Photo : Ouest-France

Lire aussi : En Bretagne, on transporte les marchandises en voilier

DOSSIER    Transports

18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Transports





Du même auteur       Enerzine