Le village où les habitants gèrent eux-mêmes l’énergie du soleil

Durée de lecture : 4 minutes

15 juillet 2015 / Clément Chassot (Le Ravi)

A Puy-Saint-André, une société d’économie mixte co-financée par les habitants produit de l’électricité « propre ». Reportage, réalisé par le mensuel le Ravi, dans ce petit village alpin où l’utopie prend forme…


- Puy-Saint-André (Hautes-Alpes), reportage

Le ciel est d’un bleu éclatant, les montagnes aussi verdoyantes que majestueuses. Mais le fond de l’air est frais. Perché à 1 400 mètres d’altitude au-dessus de Briançon, le petit village du Puy-Saint-André, à peine 500 âmes, ne paie pas de mine. Sauf à lever les yeux pour remarquer qu’ici, les toitures de tôle ont tendance à être remplacées par des panneaux solaires. En 2008 déjà, Puy-Saint-André recevait le prix de la troisième commune la plus équipée en solaire thermique.

Renaud Néroux a installé sur son toit des capteurs solaires pour se chauffer : « Avec 300 jours de soleil par an, il serait bête de ne pas en profiter. » 2008 coïncide aussi avec l’élection de l’écologiste Pierre Leroy à la mairie. Il fait vite parler de lui grâce au montage d’un projet innovant, revendiqué comme unique en France à son lancement en 2010 : le SEML SEVE pour « Société d’économie mixte locale Soleil eau vent énergie ». A la base rien de sorcier : créer une structure publique d’investissement dédiée à la production d’énergies renouvelables. L’originalité vient de la possibilité pour les particuliers, du village mais aussi d’ailleurs, d’entrer au capital en achetant des actions à 300 euros l’unité. A la création, une trentaine de foyers ont joué le jeu en détenant près de 10 % de la SEM. Cinq ans et une recapitalisation plus tard, ils sont désormais 54.

Énergie citoyenne

Faire, imaginer avec les citoyens, « les collectivités en ont rarement l’habitude et les SEM n’ont pas envie de se compliquer la vie avec la gestion de particuliers », commente Arno Foulon, animateur en Paca du mouvement Énergie partagée, qui milite pour une « énergie citoyenne » et actionnaire de la SEM SEVE. Bénéficiaire après seulement deux ans d’activité, la société exploite aujourd’hui quinze centrales solaires édifiées sur des bâtiments publics qui produisent par an 365 megawatts-heure, revendus à EDF. L’équivalent de la consommation de 150 foyers.

Et pour l’instant, tous les bénéfices sont réinvestis. La SEM a dû aussi rapidement se recapitaliser, en 2013, pour faire face à de nouveaux investissements. De 100 000 euros, le capital est passé à 870 000 euros avec l’entrée de deux communes voisines mais surtout de la communauté de communes du Briançonnais, à hauteur de 250 000 euros.

Toiture photovoltaïque de l’école de Mi-chaussée à Briançon

Car c’est là le tour de force qu’a réussi Pierre Leroy : essaimer sa bonne idée participative sur le territoire. Une croissance qui a aussi posé des interrogations auprès de quelques citoyens actionnaires : « Certains se sont demandés où allait la SEM, si elle n’était pas en train de devenir un gros machin plutôt qu’une petite structure qui resterait cantonnée au village, explique Jacquie Houdoin, représentant des actionnaires citoyens. Mais c’est bien de pouvoir en débattre et de faire remonter ces choses-là. Car il n’y avait pas d’obligation statutaire à représenter les citoyens. Nous avons notre mot à dire. »

La SEM a d’autres projets de production d’énergie, notamment le turbinage d’eau potable. « Nous avons démarré sur les panneaux solaires car cela nous permettait d’être rentable assez rapidement mais c’est tout de même loin d’être la panacée : les matériaux nécessaires à leur construction sont rares et pas vraiment durables... Et on insiste sur la production d’électricité mais ce sont d’abord vers les économies d’énergie qu’il faut se concentrer », commente Pierre Leroy.

Volonté politique

Ancien cadre de santé, il a tout lâché pour l’action publique. L’écolo « militant », comme il se décrit lui-même, a su se faire respecter des responsables politiques locaux. En témoigne sa nomination à la présidence du Pays du grand Briançonnais, un échelon administratif qui regroupe quatre communautés de communes et récent lauréat de l’appel d’offre national « Territoire à énergie positive » qui ouvre la porte à des subventions de l’Etat. « C’est un écologiste pragmatique, rigole Joël Giraud, député-maire de l’Argentière-la-Bessée, commune actionnaire de la SEML SEVE. Il a une expérience locale, une crédibilité personnelle, il est sérieux et convaincant... donc bien perçu par tout le monde. »

Une volonté politique qui selon le principal intéressé est à la base de ce projet local et citoyen de production d’énergie renouvelable, encore très rare en France. Il oublie une particularité du territoire : le producteur et distributeur d’électricité du coin, l’EDSB, qui détient 35 % du capital de la SEML SEVE, est détenu à plus de 50 % par la mairie de Briançon, le reste par EDF. Ce qui facilite beaucoup les choses au plan technique.

« C’est vrai que sans cela, le projet aurait été plus compliqué à monter, acquiesce Jacquie Houdoin. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas être inventif, on essaie d’aider des copains ailleurs en France qui ne peuvent pas s’appuyer sur une structure comme l’EDSB. Il est primordial que nous tous, localement, participions à la gestion de l’énergie, que nous nous approprions cette question. » L’énergie par le peuple, pour le peuple.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : La transition énergétique sera citoyenne ou ne sera pas

Source : Article transmis amicalement par le mensuel Le Ravi.

Dessin : © Red ! pour Le Ravi
. Photo école : Mairie Puy Saint André

THEMATIQUE    Énergie
20 novembre 2019
« Face au catastrophisme, c’est à partir du local qu’on aura du positif »
20 novembre 2019
Froid, insalubre et désolé : le quotidien de 450 jeunes exilés dans un collège lyonnais
20 novembre 2019
Les plastiques sont-ils toujours toxiques pour les organismes marins ?


Sur les mêmes thèmes       Énergie





Du même auteur       Clément Chassot (Le Ravi)