Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

En bref — Climat

Les Européens s’engagent à réduire leurs émissions de 55 % d’ici à 2030

Vendredi 11 décembre, après des négociations interrompues et prolongées tard dans la nuit, au Conseil européen, les vingt-sept États membres de l’Union Européenne se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’« au moins 55 % » d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990, contre – 40 % précédemment, afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

« À la veille du 5e anniversaire de l’accord de Paris, nous, Européens, nous engageons à réduire d’au moins 55 % nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, s’est félicité M. Macron sur Twitter. 10 ans, c’est demain. Alors mettons tout en œuvre pour réussir. Maintenant. Tous ensemble. Car il n’y a pas de plan B ! »

« Emmanuel Macron aura beau qualifier cet accord d’historique, le nouvel objectif déterminé pour l’Union européenne implique en réalité une réduction des émissions de gaz à effet de serre très éloignée des recommandations scientifiques, et trop peu d’efforts supplémentaires », a rétorqué Clément Sénéchal, chargé de campagne climat à Greenpeace France. Pour l’ONG, « une baisse d’au moins 65 % serait nécessaire pour respecter l’Accord de Paris, selon les dernières données scientifiques ». En octobre, le Parlement européen avait voté un objectif de 60 %.

Par ailleurs, la France et plusieurs pays d’Europe centrale et de l’est ont poussé pour inclure des références telles que « technologies de transition », favorable au gaz et potentiellement au nucléaire comme énergies de transition. « Alliée aux mauvais élèves européens, la France a affaibli la bonne tenue des négociations par son obstination à promouvoir le nucléaire », a regretté Clément Sénéchal.

Le Réseau action climat (RAC) a salué « une étape indispensable dans la lutte contre le dérèglement climatique », mais fustigé une ambition en « trompe-l’œil qui devra être corrigée dans la mise en œuvre » : « Les dirigeants européens ont inclus les puits carbone dans l’objectif, comptant ainsi sur l’absorption du CO2 par les forêts et les sols, plutôt que sur des efforts secteur par secteur pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », dénonce le RAC.

Les ministres européens de l’environnement se réuniront le 17 décembre pour formaliser l’objectif et le soumettre à l’organe directeur de l’accord de Paris sur le climat. En juin 2021, la Commission devrait publier un ensemble de mesures politiques pour mettre en œuvre l’objectif de 55 %.

  • Source : Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende