Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

En bref — Forêts tropicales

Les feux de l’été ont détruit 4 millions d’hectares de forêt en Bolivie

Il n’y a pas qu’au Brésil que la forêt brûle... Les incendies en Bolivie ont ravagé plus de 4 millions d’hectares depuis le mois d’août, et laissent derrière eux des arbres noircis, des sols forestiers couverts de cendres, des animaux carbonisés sur les terres dévastées et d’autres qui cherchent désespérément de la nourriture et de l’eau.

La majorité des incendies se produisent dans des zones naturelles protégées.
Le bilan de la perte pour la faune est sans précédent : rien que dans le département de Santa Cruz, le plus détruit, on estime que plus de 2,3 millions d’animaux piégés par le feu (jaguars, pumas, ocelots, singes et lamas...) sont morts calcinés.

« La forêt est totalement carbonisée et les dégâts sont irréversibles. Elle ne reviendra jamais à la normale », a déclaré Sandra Quiroga professeure à la Santa Cruz University.

Les écologistes accusent Evo Morales, président de gauche, qui a promulgué des lois encourageant le brûlage de forêts et de pâturages pour développer la production agricole.

Le gouvernement attribue les incendies à la sécheresse et aux vents qui attisent les flammes...

-  Source : Phys.org

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende