« Les héros de l’environnement sont pour la plupart méconnus »

28 septembre 2018 / Élisabeth Schneiter

Deux cent sept militants écologiques ont été tués dans le monde en 2017, soit près de quatre personnes par semaine. Qui sont-ils ? Des fous ? La journaliste Élisabeth Schneiter raconte ces gens simples qui s’élèvent contre des mégaprojets industriels au risque de leur vie. Son livre « Les Héros de l’environnement » est sorti jeudi 20 septembre aux éditions Seuil/Reporterre. Le journal « 20minutes » l’a interrogée.

  • Entretien avec l’autrice du livre par 20minutes :

Selon l’ONG Global Witness, 207 militants écologiques ont été tués en 2017 dans le monde. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter, observe la journaliste Élisabeth Schneiter, qui suit ces sujets pour le magazine en ligne Reporterre.

Dans Les Héros de l’environnement, la journaliste raconte les guerres silencieuses de ces gens simples, « horrifiés par un projet qui les menace tout d’un coup et qui se mettent alors à se battre sans parfois avoir conscience qu’ils s’attaquent à de puissants industriels ».

Deux cent sept militants écologiques ont été tués dans le monde en 2017, soit près de quatre personnes par semaine. Qui sont-ils ? Des fous ? La journaliste Élisabeth Schneiter raconte ces gens simples qui s’élèvent contre des mégaprojets industriels au risque de leur vie. Son livre Les héros de l’environnement est sorti jeudi 20 septembre aux éditions Seuil/Reporterre.

Élisabeth Schneiter a répondu aux questions de 20minutes.


20minutes — Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?

Élisabeth Schneiter — Depuis cinq ans maintenant, je fais une veille pour Reporterre sur tout ce qui se passe dans le domaine de la résistance environnementale, sur ces combats que mènent à travers le monde des activistes contre des projets industriels détruisant les ressources communes de la planète. Le constat est vite devenu évident. D’un côté, le nombre de ces activistes écologiques tués chaque année ne cesse d’augmenter et la violence des conflits s’intensifie à mesure que nos ressources naturelles s’épuisent. De l’autre, je me rendais compte que ces héros de l’environnement étaient pour la plupart méconnus. La plupart de mes amis ont une vague idée de qui était Chico Mendes [syndicaliste brésilien grand défenseur de la forêt amazonienne tué en 1988] ou Dian Fossey [primatologue connue pour ses travaux sur les gorilles et assassinée en 1985 au Rwanda]. Mais ils ne connaissent pas ceux qui se battent aujourd’hui, au péril de leur vie, pour préserver les ressources naturelles qui sont communes et utiles à tous. Je voulais raconter ces guerres silencieuses.



Comment avez-vous choisi les héros que vous mentionnez dans votre livre ?

Ce livre n’est pas seulement une compilation de portraits mais se veut plus une analyse de ce qu’est aujourd’hui le combat environnementaliste. Chaque thématique est illustrée par des exemples de héros avec qui j’ai été davantage en contact ou pour lesquels j’ai trouvé suffisamment d’informations. Je commence ce livre par Berta Cáceres, dont je raconte l’histoire en détail. Cette Hondurienne s’est battue bec et ongles contre Agua Zarca, un grand projet de quatre barrages porté par l’entreprise Desa qui devaient être construits sur une rivière dont dépend le peuple Lenca pour vivre. Cette femme m’a beaucoup touchée et, même deux ans après son assassinat, elle me hante toujours. Je ne suis pas la seule. Encore aujourd’hui, au Honduras, il n’est pas rare de voir une pancarte « Berta est vivante » dans le cortège des manifestants.



Un profil type du militant écologiste se dessine-t-il au fur et à mesure de ces portraits ?

Non, les profils sont très variés. On trouve des hommes, des femmes, des jeunes et des moins jeunes, des travailleurs pauvres, des syndicalistes, des avocats, des cols blancs… Bien souvent, ces militants sont au départ des citoyens lambda horrifiés par un projet qui les menace tout d’un coup. Ils se mettent à se battre sans parfois avoir conscience qu’ils s’attaquent à de puissants industriels. Gillian Kelly est un bon exemple. Cette retraitée britannique est devenue une opposante très active à un projet de fracturation hydraulique près de Blackpool (Lancashire). Si ce projet la préoccupait beaucoup, elle n’a pas tout de suite participé aux campagnes de protestation ni signé les premières pétitions. Mais, indignée par l’entêtement du gouvernement britannique à maintenir le projet, elle s’est rendue à des manifestations et s’est tout de suite sentie en phase avec les militants. C’est bien souvent ce dégoût qui vous fait se lever et dire non, parfois au risque de votre vie.



Ce chiffre de 207 activistes tués en 2017 parce qu’ils défendaient la nature, comment évolue-t-il ?

À la hausse. L’ONG Global Witness dresse le bilan chaque année. Elle comptabilisait 197 activistes écologistes tués en 2016, 147 en 2012. Avec 49 activistes assassinés en 2016 et 46 en 2017, le Brésil reste le pays le plus meurtrier du monde pour les défenseurs de l’environnement.

Certains vous diront que si la tendance est à la hausse, c’est parce que ces assassinats sont mieux recensés. Peut-être, mais il faut préciser alors que de nombreux autres meurtres échappent aux statistiques. Nous n’avons que peu de données sur la répression des militants dans certains pays. Les assassinats ne sont pas non plus la seule technique utilisée contre les défenseurs de l’environnement. Il y a aussi les intimidations diverses, les menaces de mort, les arrestations et emprisonnements arbitraires, les diffamations… Et, de plus en plus aujourd’hui, les « poursuites baillons ». Celles-ci n’ont pas tant pour but de gagner devant les tribunaux que de créer un effet dissuasif et d’inonder les militants de procédures judiciaires longues et coûteuses.



Vous évoquez l’existence d’ONG qui tentent de protéger les activistes à travers le monde ou encore le prix Goldman, qui met en lumière chaque année les combats de défenseurs de l’environnement… Malgré tout, ces derniers restent toujours autant vulnérables ?

Il existe de nombreuses organisations qui plaident pour le respect de la nature et des activistes. Mais peu peuvent fournir une aide directe, souvent pour permettre aux militants menacés de se mettre à l’abri. Mais cette protection reste difficile à assurer dans la durée. Le Mexicain Isidro Baldonegro, qui luttait contre la déforestation illégale et le vol des terres dans son pays, avait ainsi été contraint à l’exil. Il est revenu dans sa ville le 15 janvier 2017 après des années d’absence. Il a été tué le jour même.

Quant au prix Goldman, il est à double tranchant. Il a été créé par un couple d’Étasuniens indigné par la mort de Chico Mendez et récompense chaque année depuis 1989 six héros environnementaux pour leur combat. Mais ce prix ne protège pas des assassinats. Berta Cáceres et Isidro Baldonegro ont eu ce prix, par exemple. La crainte est que ces récompenses exposent un peu plus encore les lauréats. C’est une autre stratégie des opposants : tuer une cible forte, médiatisée, pour faire peur à tous les autres en montrant que personne n’est à l’abri.



Ces héros de l’environnement mènent-ils des combats perdus d’avance ?

Non, il y a des victoires. De nombreuses mobilisations de citoyens sont parvenues à mettre fin ou à retarder des mégaprojets industriels. À ce jour par exemple, les Lenca sont parvenus à sauver leur rivière : le projet Agua Zarca est au point mort. Mais ces victoires sont souvent fragiles. Quelques années plus tard, ces projets industriels contestés peuvent revenir sur le tapis, quelque peu modifiés ou situés un peu plus loin. Parfois aussi, les entreprises font tout pour ne pas avoir à appliquer des décisions de justice en leur faveur. En 1993 par exemple, trois avocats ont intenté un procès collectif contre Texaco au nom de 30.000 paysans équatoriens pour pollution en Amazonie. En 2011, après presque vingt ans de litige, le tribunal équatorien statua en faveur des paysans et condamna Chevron [qui avait entre-temps racheté Texaco] à payer 9,5 milliards de dollars de dommages et intérêts. Chevron s’était au préalable engagé à respecter le verdict. Elle n’a pas tenu sa promesse et a demandé à plusieurs tribunaux [dont la cour permanente d’arbitrage de La Haye] d’invalider les jugements rendus en Équateur contre elle, prétendant qu’ils auraient été obtenus par des moyens frauduleux.



Il n’y a pas de héros de l’environnement français dans votre livre…

J’évoque Claire Nouvian, présidente de l’association Bloom, lauréate 2018 du prix Goldman pour avoir obtenu l’interdiction du chalutage de fonds à plus de 800 mètres dans les eaux européennes. C’est vrai qu’il y a sinon peu de Français dans ce livre. Et heureusement : je parle essentiellement dans ce livre des militants qui s’exposent à des meurtres. En France, cela ne va pas aussi loin même si on peut constater une augmentation des violences lors des dernières évacuations de Zad. Celle par exemple qui s’est montée contre le contournement autoroutier de Strasbourg et qui a été évacuée le 10 septembre dernier.





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : « Les Héros de l’environnement », le nouveau livre de la collection Reporterre
THEMATIQUE    Luttes
22 octobre 2018
Croire, malgré elle, à la justice
Édito
22 octobre 2018
Peut-on faire du vélo lors d’un pic de pollution ?
Une minute - Une question
22 octobre 2018
Des victimes de la grenade GLI-F4 - dont une journaliste de Reporterre - lancent une procédure judiciaire
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Élisabeth Schneiter