Les pesticides nocifs pour la santé des paysans, reconnait la justice

Durée de lecture : 1 minute

1er février 2010 / Confédération paysanne

La justice vient de reconnaitre que l’herbicide Lasso, produit par Monsanto, était dangereux pour les agriculteurs.


La cours d’appel de Bordeaux vient de donner raison à un agriculteur victime d’une intoxication due au lasso, un herbicide de Monsanto. Une action a été par ailleurs engagée devant le TGI de Lyon contre Monsanto pour « faute » sur « le manque de renseignements sur la dangerosité du produit » qui avait déjà été interdit avant 2007 dans d’autres pays que la France.

Au moment où l’INRA écrit qu’il est possible de se passer immédiatement de 20% des produits phytosanitaires, sans préjudice pour les volumes produits ou les revenus des paysans, la Confédération paysanne rappelle que les conséquences de l’utilisation des phytosanitaires concernent l’ensemble de la société avec des effets pervers sur :

1. La santé des utilisateurs que sont les paysans eux-mêmes ainsi que leurs salariés et leur famille : la Confédération paysanne constate qu’enfin les maladies causées par l’utilisation de ces produits toxiques commencent à être officiellement reconnues comme des maladies professionnelles.

2. la santé humaine et animale : développement des cancers, des allergies, baisse de la fertilité humaine et animale, mortalité des insectes pollinisateur,

3. la qualité des produits avec des résidus dans les produits de consommation.

4. l’environnement : pollution, perte de biodiversité et de fertilité des sols.

Ce système subsiste néanmoins alors que ses limites techniques, sanitaires et environnementales sont de plus en plus évidentes. La Confédération paysanne réaffirme que la réduction de l’utilisation des phytosanitaire ne peut pas être subie comme une contrainte mais comme un enjeu à relever.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.confederationpaysanne.fr...

Lire aussi : La culture d’OGM augmente la consommation de pesticides http://www.reporterre.net//spip.php...

DOSSIER    Pesticides

THEMATIQUE    Agriculture Santé
19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police


Dans les mêmes dossiers       Pesticides



Sur les mêmes thèmes       Agriculture Santé





Du même auteur       Confédération paysanne