Les petits trafics intellectuels de Pascal Bruckner

Durée de lecture : 2 minutes

5 octobre 2011 / Hervé Kempf

Les écolos ? Pétainistes, fascistes, maurrassiens, selon M. Bruckner, qui se place sur le marché encombré du pamphlet anti-vert. Mais en trafiquant les textes qu’il cite...

Dans son nouveau livre, Le fanatisme de l’Apocalypse (Grasset, 286 p., 20 €), Pascal Bruckner défend la thèse rabâchée des réactionnaires depuis que Luc Ferry a ouvert le marché : les écologistes sont des écofascistes, des pétainistes, ils veulent nous imposer la pénitence, ils prêchent l’Apocalypse pour nous châtier, etc.

Thèse au succès garanti dans les médias, et de France Inter à L’Express en passant par Le Journal du Dimanche, les micros se tendent pour recueillir la divine parole. Tous ne sont pas dupes, heureusement, tels Daniel Schneidermann ou Les Inrockuptibles

Ce livre présente assez peu d’intérêt et l’on n’a pas le temps de l’analyser ici. Cependant, il recourt comme Luc Ferry à des procédés indignes du débat intellectuel, injures (José Bové est un « maurassien d’extrême-gauche », par exemple), mais aussi citations tronquées et détournées du sens que leur donne le contexte.

Hans Jonas (philosophe auteur du Principe responsabilité) et Naomi Klein (auteure de La stratégie du choc), notamment, sont présentés de manière caricaturale et faussée.

De même, Hervé Kempf, à propos duquel M. Bruckner écrit : « Le tremblement de terre en Haïti en janvier 2010 ? C’est aussi de notre faute puisque nous avons colonisé cette île au XIXe siècle, explique un journaliste. Comment l’ancienne puissance coloniale qui a quitté Haïti en 1825, non sans exiger un tribut inique, c’est vrai, a-t-elle pu provoquer un terrible séisme 185 ans après, mystère ! »

On jugera d’après l’original du texte « Haïti, Sichuan, demain... » que le journaliste en question dit tout autre chose que la bêtise que lui attribue M. Bruckner.

De même, sortant de son contexte ce passage - « Américains et Européens doivent réduire leur consommation matérielle. S’appauvrir, pour parler clair. C’est ce qu’ils commencent à faire, nolens volens, du fait de la crise économique, qui est née de leur oubli de l’environnement par une surconsommation qu’a entretenue un endettement démesuré » -, M. Bruckner affirme que les écologistes s’allient avec les capitalistes pour imposer des politiques d’austérité aux pauvres.

Voici le texte original, qui dit à peu près le contraire, et dont son auteur ne retire pas une virgule : « Le noeud de la crise ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Luc Ferry, un modèle de manipulation intellectuelle

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

THEMATIQUE    Culture et idées
13 septembre 2019
Train de nuit : le réveil se fait attendre
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique


Sur les mêmes thèmes       Culture et idées





Du même auteur       Hervé Kempf