Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique

Durée de lecture : 8 minutes

20 septembre 2019 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)

En début de semaine, des scientifiques français ont dévoilé leurs prévisions d’évolution du climat d’ici à 2100. Le scénario le plus optimiste, qui suppose une action mondiale concertée immédiate de très grande ampleur, permettrait tout juste de maintenir les températures en dessous de 2 °C de réchauffement à la fin du siècle. Le pire envisage 7 °C de réchauffement.

Grèves pour le climat, marches partout dans le monde, Assemblée générale des Nations unies sur le réchauffement, rapport du Giec sur les océans… À partir du 20 septembre, des événements majeurs marquent la mobilisation pour lutter contre le changement climatique. Un moment essentiel, que Reporterre a décidé d’accompagner par une série d’articles de fond, sous le sigle « Huit jours pour le climat ».


Depuis la fin du XIXe siècle, les gaz à effet de serre émis par les activités humaines ont provoqué un réchauffement climatique mondial de près de 1,2 °C. Ce chiffre cache des périls d’une grande ampleur : de graves sécheresses, des cyclones dévastateurs, la montée du niveau des mers. Les emballements du système Terre, déjà innombrables, n’en sont pourtant qu’à leurs prémices. D’après un travail de simulation réalisé en France, quelle que soit l’évolution des émissions de gaz à effet de serre, la hausse des températures mondiales devrait atteindre les 2 °C d’ici 2040, en raison de l’inertie du système. Après 2040, l’ampleur des dégâts dépendra des politiques mises en œuvre dès maintenant. Selon les modèles climatiques français, si l’humanité fait l’autruche, la température terrestre pourrait atteindre + 7 °C en 2100.

Une centaine de scientifiques français, 500 millions d’heures de calcul effectuées par des supercalculateurs et 20 pétaoctets de données générées : ce sont les ressources qu’il a fallu mobiliser pour arriver à ces résultats. Mardi 17 septembre, lors d’une conférence de presse, des chercheurs ont présenté les deux modèles climatiques français, l’un élaboré au Centre national de recherches météorologiques (CNRM) de Météo-France et l’autre à l’Institut Pierre-Simon-Laplace (IPSL). « Nous avons un degré de confiance élevée envers ces nouveaux modèles. Ce ne sont que des représentations de la réalité, mais ils sont de plus en plus réalistes », a déclaré la climatologue Pascale Braconnot, climatologue et directrice de recherche au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA). « Les travaux de modélisation du climat jouent un rôle particulièrement important pour comprendre les causes des variations passées et surtout pour explorer des futurs physiquement plausibles sur la base de l’état des connaissances scientifiques », a expliqué Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du groupe no 1 du Giec depuis 2015.

Ces modèles s’inscrivent dans une dynamique internationale de simulation du climat passé et futur (CMIP6) et vont être croisés avec plus de soixante-dix autres simulations menées à l’étranger. Les données qui vont saillir nourriront le sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), dont le premier volet sortira en 2021.

En attendant, Reporterre vous présente les résultats de ces deux modèles, qualifiés de « très cohérents par rapport aux modèles étrangers déjà dévoilés » par Olivier Boucher, chercheur du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à l’Institut Pierre-Simon Laplace :

Entre + 2 °C et + 7 °C de réchauffement, la volonté politique

« La température moyenne de la planète à la fin du siècle dépend fortement des politiques climatiques qui seront mises en œuvre dès maintenant et tout au long du XXIe siècle », affirment les scientifiques. Dans un monde dopé aux énergies fossiles, correspondant à la trajectoire la plus « pessimiste » envisagée par les modèles, l’augmentation moyenne de la température terrestre pourrait atteindre de 6,5 à 7 °C en 2100 par rapport à l’ère préindustrielle. C’est 1 °C de plus que dans les précédentes simulations, moins précises.

« Est-ce que la réalité nous dit que nous sommes sur une telle trajectoire », s’interroge Roland Séférian, chercheur au CNRM« Ce n’est pas le cas, dans la mesure où le monde s’efforce progressivement à placer des politiques climatiques ambitieuses », pense le coauteur du « rapport 1,5 » du Giec, paru en 2018. Mais même une hausse de 3 à 4 °C aurait des effets exponentiels. Pour en témoigner, Pascale Braconnot évoque la fin de la dernière glaciation. C’était il y a 10.000 ans, et la Terre était couverte de glace. Or, « cette époque était seulement 3 à 4 °C plus froide qu’actuellement, raconte la chercheuse. On s’oriente vers un changement des températures globales plus élevé que ça, et à une vitesse fulgurante. »

Le scénario le plus optimiste envisagé par les modèles permettrait tout juste de maintenir les températures en dessous de 2 °C de réchauffement à la fin du siècle. Il dépend d’une volonté politique et d’une coopération internationale très fortes. Cette trajectoire n’empêcherait cependant pas un dépassement temporaire des 2 °C au cours du siècle. C’est le seul des huit scénarios examinés permettant de respecter l’Accord de Paris, adopté en 2015 et voué à maintenir les températures « bien en deçà de 2 °C ».

Une telle trajectoire implique des efforts draconiens : « Une diminution immédiate des émissions de CO2 jusqu’à atteindre la neutralité carbone à l’échelle de la planète vers 2060, ainsi qu’une captation de CO2 atmosphérique de l’ordre de 10 à 15 milliards de tonnes par an en 2100 », disent les scientifiques. Mais comment parvenir à « capter » autant de CO2 — l’équivalent de ce qu’émet la Chine en une année — ? En manipulant le climat, expliquent les scientifiques. « Quand on parle d’émissions négatives, ça passe par de la géo-ingénierie, par une captation de CO2 atmosphérique par l’action de l’Homme, dit Olivier Boucher. On plante des arbres, de la biomasse, on la brûle, on récupère le CO2 et on le stocke dans les sous-sols. » Quant à savoir si ces solutions sont souhaitables, les chercheurs ne se prononcent pas.

De fortes disparités régionales, des canicules intenses en Europe de l’Ouest

L’évolution des températures moyennes du globe éclipse d’importantes disparités régionales. Les deux modèles français confirment des tendances déjà bien connues des climatologues : le réchauffement des températures mondiales est plus élevé au niveau des hautes latitudes de l’hémisphère Nord, comme en Arctique. Les modèles prédisent également une augmentation continue de l’intensité et du nombre de jours de canicule en France et en Europe de l’Ouest, « au moins dans les deux décennies qui viennent, quel que soit le scénario considéré ».

Là encore, l’effort d’atténuation du changement climatique est primordial : si les scénarios les plus optimistes permettent de « limiter la sévérité des canicules », les scénarios « intermédiaires et hauts » laissent présager des étés insoutenables dans les années 2050. Dans trois décennies, une période estivale « classique » pourrait ressembler à l’été 2003, gravé dans les mémoires pour sa canicule dévastatrice. En Europe, 70.000 personnes en étaient mortes.

Des régimes de précipitations bouleversés, la Méditerranée à sec

Selon les deux modèles français, les précipitations augmenteront « dans une grande partie du Pacifique tropical, sur les mers australes et dans de nombreuses régions de moyennes et hautes latitudes de l’hémisphère Nord. » Une évolution simulée comparable à celle présentée dans le 5e rapport du Giec, paru en 2014.

À l’image de nombreuses régions semi-arides, le pourtour méditerranéen devrait continuer de s’assécher. « La diminution des précipitations moyennes y sera assez marquée, et ça concernera la France », dit David Salas y Mélia, responsable du groupe de météorologie de grande échelle et climat du CNRM. Le climatologue précise que « c’est un message très récurrent parmi les modèles des autres pays ».

Vers une disparition estivale de la banquise arctique

Les projections des deux modèles pour la fin du siècle convergent vers une disparition complète de la banquise arctique en fin d’été, dans le cas où les rejets de gaz à effet de serre resteraient soutenus. Et même dans les cas où les émissions sont limitées, les glaces marines estivales apparaissent en péril. L’un des modèles simule une quasi-disparition de la banquise, tandis que l’autre montre un très faible englacement.

« La morale de l’histoire, estime Roland Séférian, c’est qu’on ne connaît pas toute l’étendue de ce que l’on risque, mais nous avons la certitude de devoir diminuer drastiquement nos émissions pour rester capables de nous adapter et d’être résilients par rapport aux aléas climatiques à venir. Maintenir l’augmentation des températures à 1,5 °C ou 2 °C, c’est endiguer l’acidification des océans, les risques de canicule, d’événements extrêmes de type sécheresse. Avec l’augmentation des températures, la hausse du niveau de la mer sera plus rapide. Les vies de millions de personnes, sur les traits de côte, en dépendent. Ça va jouer sur les frontières, le fait que certains pays insulaires vont se retrouver rayés de la carte et ça supposera des déplacements de population. Il faut vraiment raisonner en matière d’impacts évités, et ça implique notamment un gros changement dans nos modes de consommation. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photos :
. chapô : Pixabay (CC0)
. graphiques : © CNRM Météo-France, Institut Pierre-Simon-Laplace (IPSL), CEA, CNRS

DOSSIER    Huit jours pour le climat

THEMATIQUE    Climat
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête
18 octobre 2019
La colonisation du monde par les fleurs, une histoire mystérieuse
À découvrir
19 octobre 2019
Rojava kurde : un projet écologique menacé par l’invasion turque
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Huit jours pour le climat



Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)