Matignon annonce une trêve, les habitants de la Zad dénoncent un « ultimatum » et un « chantage »

Durée de lecture : 4 minutes

26 avril 2018



Ce jeudi 26 avril au matin, le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé sur Europe 1 que le gouvernement suspendait les expulsions jusqu’au 14 mai. D’après lui, « 28 occupants illégaux ont accepté la main tendue de l’État » et déposé des dossiers pour présenter des projets agricoles. Mais les autres « devront avoir quitté les lieux » au 14 mai. C’est la date à laquelle « la préfète va convoquer la première réunion du comité qui a vocation à analyser les dossiers déposés par ceux des occupants illégaux qui veulent rentrer dans le droit chemin, dans le droit commun ».

En réponse à cette déclaration, des habitants de la Zad ainsi que leurs soutiens ont tenu une conférence de presse à 12 h 30 à la Rolandière, où se trouve notamment la bibliothèque rurale du Taslu.

Voici les principaux points qui ont été soulevés :

  • La déclaration d’Édouard Philippe vient fragiliser un début de sortie de crise. « On sort de trois semaines d’extrême tension, même si de nouveaux soutiens sont arrivés, avec la destruction d’habitats en dur, ce qui est terrible pour le bocage et les travaux des champs. On a fait un geste en remettant les formulaires, on avait donc un sentiment d’un début de sortie de crise. » Pour les habitants, le discours du Premier ministre n’engage donc ni un dialogue ni une trêve, « mais un nouvel ultimatum et un chantage au tri des projets. »
  • Les habitants et les soutiens refusent le « tri » que veut instaurer le gouvernement entre projets agricoles et non agricoles. « 41 fiches ont été déposées, mais le volet social et le volet culturel de la Zad ne sont pas pris en compte. Si seuls les projets agricoles sont acceptés, ça ne fonctionnera pas. C’est absurde : à la campagne, il n’y a pas que des agriculteurs ! » Ils comptent donc rester mobilisés pour défendre tous les projets, dans leur dimension collective : « Il n’y a pas de raison d’évacuer les gens, on habite ici, on a défendu le territoire, le gouvernement dit qu’il est déterminé, mais nous le sommes encore plus. Des gens sont mobilisés partout en France, ils veulent défendre un espoir de vivre autrement et pas seulement des projets agricoles normés. »
Conférence de presse ce jeudi midi à la Rolandière.
  • Pour eux, les conditions du dialogue ne sont pas réunies. « On a appris ce matin par voie de presse que le comité de pilotage était avancé de trois semaines. Il devait avoir lieu le 6 juin. Il faut du temps pour aboutir à ces projets. » Ils s’inquiètent également du niveau d’exigence sans cesse relevé pour l’installation agricole : « On a appris que le gouvernement ne voudrait que des cotisants principaux à la MSA [Mutuelle sociale agricole], pas des cotisants solidaires, comme c’est le cas ailleurs. » Et de conclure, « ces négociations sur les formulaires, c’est une manière pour le gouvernement de se débarrasser de nous ».
  • Concernant la présence militaire, les habitants appellent à un retrait des gendarmes mobiles. « On ne peut pas continuer à vivre avec des grenades qui tombent dans nos jardins. C’est un régime de terreur. » Ils appellent également à ce que les routes redeviennent circulantes pour tous, habitants et voisins de la Zad.
  • Quant au coût de l’intervention de 3 semaines, estimé à 5 million d’euros, ils se sont demandés s’ils « méritaient » cela : « On ne leur coûte rien, on vit ici, on construit ici, on cultive ici, on expérimente un mode de vie collectif, solidaire et respectueux de la nature. Si le gouvernement pense que ça mérite 5 millions de dépenses pour y mettre fin, c’est qu’il a un problème. On est là pour créer de la valeur, les militaires sont là pour dépenser l’argent du contribuable. »
  • En guise de conclusion, les habitants et les soutiens ont rappelé leur état d’esprit. « On n’a pas envie de vivre dans un monde où tout est normé, où tout est libéral, où le plus fort gagne. Ça ne nous intéresse pas. On va donc continuer à défendre ce projet collectif sur la Zad, pour nous et pour tous ceux qui ne veulent pas de cette vie là. »

Ce jeudi matin sur la Zad, notre reporter nous a signalé des affrontements autour du carrefour de la Saulce et de la forêt de Rohanne. Des gendarmes ont aussi été déployés autour de la Grée.

Affrontements au carrefour de la Saulce, jeudi 26 avril à 9h.

Hier, mercredi 25 avril, à Matignon, la préfète de Loire-Atlantique et le général Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, ont rencontré Édouard Philippe, trois ministres, deux secrétaires d’État. Il s’agissait d’envisager « la poursuite du processus de retour à l’État de droit » . À savoir continuer ou non les destructions de lieux de vie. À ce jour, 29 ont été rasés. Mais il resterait entre 60 et 70 habitats.

  • Source  : Reporterre
  • Photos : Europe 1 et © Émilie Massemin/Reporterre





24 septembre 2020
Pollution de l’air : l’État français toujours aussi inefficace, selon la Cour des comptes
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
Total va fermer la raffinerie de Grandpuits
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
Convention citoyenne : pas de projet de loi avant la fin de l’année
Lire sur reporterre.net
24 septembre 2020
L’association L214 dévoile les dessous des élevages à gibier pour la chasse
Lire sur reporterre.net
23 septembre 2020
La Chine s’engage à la neutralité carbone d’ici à 2060
Lire sur reporterre.net
23 septembre 2020
Néonicotinoïdes : la mobilisation contre le projet de loi s’intensifie
Lire sur reporterre.net
22 septembre 2020
Néonicotinoïdes : betteraviers et scientifiques cherchent des « solutions alternatives »
Lire sur reporterre.net
22 septembre 2020
À Toulouse, sept personnes en prison pour des tags
Lire sur reporterre.net
22 septembre 2020
La banquise arctique a atteint sa deuxième étendue la plus basse jamais enregistrée
Lire sur reporterre.net
21 septembre 2020
Présidentielles : pas de candidat chez les Verts avant 2021
Lire sur reporterre.net
21 septembre 2020
Casino mis en demeure de ne plus vendre de bœuf issu de la déforestation
Lire sur reporterre.net
21 septembre 2020
Les 1 % les plus riches sont les premiers responsables du changement climatique
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
À Gonesse, une fête pour lutter contre trois projets inutiles
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
Une partie de la forêt de Compiègne « privatisée » pour la chasse à courre
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2020
Zone à faible émission : sept villes sommées de limiter la circultation des véhicules polluants
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

23 septembre 2020
Biodiversité : « Le déclin se poursuit » et la France ne fait (presque) rien
Info
26 septembre 2020
Mobilisation climat : faisons place à la vie
Tribune
24 septembre 2020
Qui s’inquiète de la crise climatique ? Pas (vraiment) les Européens
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes