Ménageant chèvre et chou, la loi sur la biodiversité présente un bilan mitigé

Durée de lecture : 1 minute

28 janvier 2016 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Après une semaine d’examen, le projet de loi sur la biodiversité quitte le Sénat. Entre recul sur le chalutage ou avancée contre le biopiratage, c’est néanmoins un texte respectant « les fondamentaux » qui va retrouver l’Assemblée nationale.

C’est un texte en demi-teinte mardi 26 janvier qu’ont adopté les sénateurs par 263 voix pour et 32 contre. Après quatre jours de débat et l’examen de plus de 600 amendements, le projet de loi sur la biodiversité contente tout le monde sans vraiment satisfaire. Un sentiment mitigé qu’exprime l’écologiste Joël Labbé : « Les lobbies ont souvent bloqué de nécessaires articles mais il y aussi de réelles avancées. » Chantal Jouanno (UDI) parle elle d’un « étrange compromis » autour d’un texte « attendu depuis trop longtemps ».

Exemple de ce compromis avec les néonicotinoïdes. Ces pesticides high-tech atteignent le système nerveux des insectes, dont les abeilles, provoquant de « sévères effets négatifs », d’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, l’Anses. Les écologistes espéraient l’adoption d’un moratoire, en vain. Mais le gouvernement devra, par voie réglementaire, limiter l’usage de ces substances, notamment en pulvérisation après floraison. Une « progression énorme », saluée par la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, mais qui laisse un goût de regret pour les défenseurs des abeilles.

Pour autant, Christophe Aubel, de l’association Humanité et biodiversité, salue « un bon texte, qui respecte les fondamentaux ». Principe de solidarité écologique, réaffirmation du triptyque « ERC, éviter, réduire compenser », mise en place de stratégies régionales pour la biodiversité. « C’est une bonne base, tout dépendra ensuite de ce qu’en fera le gouvernement. »

Le texte va retourner à l’Assemblée nationale, pour une adoption définitive prévue avant l’été 2016.

- Complément d’info : Le texte de la loi dans sa version votée par le Sénat


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Avec les « réserves d’actifs naturels », la loi sur la biodiversité facilite la marchandisation de la nature

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos :
. chapô : Flickr (Domaine public)

THEMATIQUE    Nature
18 février 2020
Après le blocage de BlackRock : nous sommes fiers de cette jeunesse !
Tribune
18 février 2020
Extinction Rebellion dénonce le BTP « climaticide » en bloquant une cimenterie
Reportage
17 février 2020
Au Pays basque, les paysans ont créé leur chambre d’agriculture alternative
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Nature





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)