Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
58636
COLLECTÉS
49 %

Ménageant chèvre et chou, la loi sur la biodiversité présente un bilan mitigé

28 janvier 2016 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Après une semaine d’examen, le projet de loi sur la biodiversité quitte le Sénat. Entre recul sur le chalutage ou avancée contre le biopiratage, c’est néanmoins un texte respectant « les fondamentaux » qui va retrouver l’Assemblée nationale.

C’est un texte en demi-teinte mardi 26 janvier qu’ont adopté les sénateurs par 263 voix pour et 32 contre. Après quatre jours de débat et l’examen de plus de 600 amendements, le projet de loi sur la biodiversité contente tout le monde sans vraiment satisfaire. Un sentiment mitigé qu’exprime l’écologiste Joël Labbé : « Les lobbies ont souvent bloqué de nécessaires articles mais il y aussi de réelles avancées. » Chantal Jouanno (UDI) parle elle d’un « étrange compromis » autour d’un texte « attendu depuis trop longtemps ».

Exemple de ce compromis avec les néonicotinoïdes. Ces pesticides high-tech atteignent le système nerveux des insectes, dont les abeilles, provoquant de « sévères effets négatifs », d’après l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, l’Anses. Les écologistes espéraient l’adoption d’un moratoire, en vain. Mais le gouvernement devra, par voie réglementaire, limiter l’usage de ces substances, notamment en pulvérisation après floraison. Une « progression énorme », saluée par la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, mais qui laisse un goût de regret pour les défenseurs des abeilles.

Pour autant, Christophe Aubel, de l’association Humanité et biodiversité, salue « un bon texte, qui respecte les fondamentaux ». Principe de solidarité écologique, réaffirmation du triptyque « ERC, éviter, réduire compenser », mise en place de stratégies régionales pour la biodiversité. « C’est une bonne base, tout dépendra ensuite de ce qu’en fera le gouvernement. »

Le texte va retourner à l’Assemblée nationale, pour une adoption définitive prévue avant l’été 2016.

- Complément d’info : Le texte de la loi dans sa version votée par le Sénat



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Avec les « réserves d’actifs naturels », la loi sur la biodiversité facilite la marchandisation de la nature

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos :
. chapô : Flickr (Domaine public)

THEMATIQUE    Nature
1er juin 2018
Les fermes-usines se multiplient en France, favorisées par la réglementation
Info
2 mai 2018
Des pêcheurs bloquent plusieurs ports européens pour s’opposer à la pêche électrique
Info
18 juin 2018
Que conclut l’IRSN sur l’entreposage à sec des combustibles nucléaires usés ?
Une minute - Une question


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Nature





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)