Le quotidien du climat
OBJECTIF :
70 000 €
38271 € COLLECTÉS
55 %
Je fais un don

Non, l’humanité n’a pas toujours détruit l’environnement

3 octobre 2018 / Nicolas Casaux et Ana Minski

L’homme serait-il un destructeur invétéré, ne laissant à la Terre qu’une perspective d’anéantissement ? Les auteurs de cette tribune contestent cette vision fataliste et réductrice, qui ignore la diversité des sociétés humaines et qui légitime « l’idéologie capitaliste dominante ».

 Ana Minski est artiste ; Nicolas Casaux est traducteur aux éditions Libre et membre de l’organisation écologiste Deep Green Resistance.


De plus en plus d’individus hissés au rang de personnalités du mouvement écologiste par le système médiatique propagent une vision particulièrement réductrice et nuisible de l’espèce humaine. De l’astrophysicien Aurélien Barrau à Vincent Mignerot et son association Adrastia, l’idée selon laquelle l’être humain a toujours été un destructeur (« L’homme, ce tueur en série », ainsi que le titre Le Point) ne cesse de gagner en popularité. S’ils n’en tirent pas exactement les mêmes conclusions, il n’en reste pas moins que ce que cela suggère est problématique pour de multiples raisons.

L’association Adrastia affirme, dans son manifeste, que « la protection de l’environnement » est « incompatible avec l’existence humaine ». Vincent Mignerot, son fondateur, écrit [1] que : « Nous participons à un processus destructeur, mais ça n’est pas de notre faute et, contrairement à ce que nous croyons parfois, nous n’y pouvons rien. » Ainsi, selon lui, « toute tentative de protection active de l’environnement est vaine », « toute pensée, même une pensée optimiste sur l’avenir, ne peut que participer à la destruction de l’équilibre écologique vital et à la disparition de l’humain à terme ». En outre, « un objet “écologique” fabriqué par l’humain ou une action humaine respectueuse de l’équilibre écologique vital, ça n’existe pas et ça n’est pas possible », et « humanité et écologie sont rationnellement incompatibles ». Il affirme également que l’être humain nuit au monde vivant depuis au moins 800.000 ans [2].

La mort est nécessaire à la vie, qui est une circulation de « forces vitales » 

Malgré ses avertissements, nous choisissons de penser. Et nous constatons que ce qu’il affirme est absurde et faux. Pour commencer, un niveau de vie neutre, cela n’existe pas, ni pour les hominidés ni pour les laitues. Une telle affirmation révèle un refus de la vie terrestre : la mort est nécessaire à la vie, qui est une circulation de « forces vitales ». Façonner des outils de pierre pour chasser et se vêtir n’est pas destructeur. En revanche, ce qui est destructeur, c’est d’extraire des quantités monstrueuses de pétrole pour se déplacer toujours plus et plus vite.

Affirmer que l’espèce humaine a toujours été destructrice, c’est nier la complexité des relations qui existent entre les différentes espèces et leur milieu. C’est nier la diversité des cultures qui ont jalonné la préhistoire et l’histoire de l’humanité. C’est ignorer les cultures humaines non civilisées [3] qui existent encore et subissent chaque jour les violences de la civilisation industrielle, l’inexorable expansion de sa technosphère impulsée par le système économique capitaliste.

Mignerot n’est pas le seul à affirmer ce genre de choses. Pour Aurélien Barrau, la destructivité de la civilisation industrielle est « endémique à ce que nous sommes », puisque les chasseurs-cueilleurs, partout où ils seraient allés, auraient détruit la mégafaune. La vision mortifère de la nature humaine de ces deux auteurs s’appuie, entre autres choses, sur les travaux de Laurent Testot, et sur les propos [4] de l’anthropologue évolutionniste et finaliste [5] (c’est-à-dire qui défend, justifie et rationalise le développement technocapitaliste actuel) Jean-Jacques Hublin :

La sixième extinction des espèces animales, dont on parle beaucoup aujourd’hui, n’a pas commencé voilà un ou deux siècles, mais il y a 50.000 ans quand Sapiens a commencé à se répandre hors d’Afrique [6]. Même si c’est politiquement incorrect de le dire, disons-le : quand les hommes sont arrivés, surtout dans des régions où il n’y avait pas eu de peuplement humain auparavant, comme en Australie et en Amérique, ils ont eu un impact énorme sur l’environnement et sur la faune. C’est un fantasme d’intello de la fin du XXe siècle que de vouloir croire que le monde du passé est un monde pacifique et bienfaisant. »

« La fuite devant le mammouth ». Œuvre de Paul Joseph Jamin (1853-1903), exposée au Musée de l’Homme, à Paris.

Les cultures autres que la civilisation industrielle sont ou étaient autant d’exemples de natures humaines foncièrement différentes

Aucune étude archéologique ne permet d’affirmer une chose pareille. Mais, en bon intello du début du XXIe siècle, Hublin s’en moque et assène sans scrupule d’énormes simplifications historiques. Parce qu’une telle perspective historique, considérant que l’espèce humaine a toujours été destructrice, relève évidemment d’un réductionnisme fallacieux. Si l’idéalisation du passé est un écueil à éviter, les promoteurs de cette idée tombent dans l’excès inverse.

Ils suggèrent ainsi que les exterminations hypothétiquement d’origine anthropique de la mégafaune préhistorique relèvent du même type de destruction que celle dont la civilisation industrielle est actuellement responsable et que nous pouvons véritablement constater. Il est simpliste et irresponsable d’insinuer que tout cela découle de quelque chose d’intrinsèque à l’être humain, d’« endémique à ce que nous sommes », pour reprendre les propos d’Aurélien Barrau ! Voilà une manière confortable d’occulter les différences fondamentales entre les organisations sociales des peuples du passé, des peuples actuels non industrialisés, et le fonctionnement de l’organisation sociale technocapitaliste de notre civilisation. Il est facile de définir une seule nature humaine, qui serait destructrice, lorsqu’on ignore la pluralité des cultures et sociétés. Carl Sagan, un autre astrophysicien qui était aussi à la mode en son temps, s’insurgeait face à cette idée réductrice selon laquelle il n’y aurait « qu’une seule nature humaine ». À juste titre, puisque les cultures autres que la civilisation industrielle qui existent encore aujourd’hui (et toutes celles qui existaient auparavant, avant qu’on ne les détruise) sont ou étaient autant d’exemples de natures humaines foncièrement différentes de celle dont témoigne l’être humain civilisé. Les peuples de chasseurs-cueilleurs, par exemple, sont généralement organisés selon des modalités et régis par des valeurs fondamentalement différentes — voire opposées — à celles qui dominent la civilisation industrielle.

Idéologie fataliste et excessivement réductrice de notre passé commun 

Par ailleurs, cette vison de la nature humaine ethnocentrée et mensongère nie des réalités étudiées concernant les peuples non civilisés qui subsistent encore aujourd’hui. Loin de le détruire, certains d’entre eux enrichissent leur milieu naturel, en témoignent les travaux de l’ethnoécologue Serge Bahuchet, du biologiste Madhav Gadgil ou encore de l’écologue Charles M. Peters.

Les seuls exemples de sociétés humaines véritablement soutenables que nous connaissons appartiennent à cette catégorie des sociétés non industrialisées, non civilisées. L’occulter nous condamne à ignorer la seule manière pour l’être humain de vivre sur la planète Terre sans la détruire.

Cette projection de la destructivité dont fait montre la civilisation industrielle sur toutes les cultures et tous les peuples qui composent et qui ont de tout temps composé l’humanité n’est qu’une autre manière de rationaliser et de naturaliser l’idéologie capitaliste dominante. Elle s’inscrit dans la même veine que l’affirmation de certains selon laquelle la compétition est l’unique moteur de l’évolution. L’idéologie capitaliste ainsi projetée sur le monde naturel, le capitalisme hérite d’une justification naturelle. Tandis que de Pierre Kropotkine à Pablo Servigne [7] en passant par Lynn Margulis et beaucoup d’autres, nombre de scientifiques affirment depuis longtemps déjà que la compétition n’est ni le principal ni le seul moteur de l’évolution, et que la coopération pourrait bien être une force tout aussi voire davantage motrice. Le capitalisme n’a rien de naturel.

Le mouvement écologiste ne doit pas se laisser envahir par cette idéologie fataliste et excessivement réductrice de notre passé commun. Homo sapiens ne détruit pas la planète depuis des centaines de milliers d’années, il n’est pas non plus intrinsèquement destructeur. 50.000 ans après le premier peuplement humain de Bornéo, l’île était encore recouverte d’une forêt luxuriante. La destruction de la forêt de Bornéo a véritablement commencé au XXe siècle, avec l’exploitation induite par la civilisation industrielle. Ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui encore 80 % des zones les plus riches en biodiversité sont des territoires où vivent des peuples autochtones. En matière de relations avec le milieu naturel, nous avons énormément à apprendre de notre passé et des cultures non industrialisées et non civilisées qui subsistent encore aujourd’hui, malgré l’incessante expansion de la civilisation industrielle, cette monoculture mortifère. Nous ne devons pas les laisser disparaître. Par éthique et solidarité avant tout, bien sûr, mais aussi pour notre propre futur. Elles emporteraient avec elles une grande partie de ce qu’il nous faut réapprendre.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1Dans son livre Le Piège de l’existence (éd. Solo, 2014).

[2Il écrit, toujours dans son livre Le Piège de l’existence : « Pour rappel, un mode de relation à l’environnement pour l’humain qui serait régulé au mieux par la vie et n’aurait ainsi pas d’impact négatif sur elle, définissant ainsi un “niveau de vie neutre” de référence correspondrait à celui que nos ancêtres hominidés ont eu au début de la période du Paléolithique inférieur, il y a plus de 800.000 ans. »

[3Pour comprendre ce que nous entendons par civilisation, vous pouvez lire cet article et celui là.

[4Propos cités dans l’article « L’homme, ce tueur en série », publié sur le site du journal Le Point en 2012.

[5Jean-Jacques Hublin affirme par exemple, dans sa leçon inaugurale « Biologie de la culture », que : « La modification constante et parfois inquiétante de notre environnement, la manipulation du génome d’autres êtres vivants commencée par les premiers fermiers néolithiques, le temps de plus en plus long que nous prenons pour apprendre à devenir adultes, et le temps de plus en plus long que nous prenons pour nous reproduire, enfin, l’externalisation de plus en plus poussée de la reproduction humaine vers des systèmes techniques, ce ne sont pas les errements malheureux de sociétés post-industrielles, c’est bien la continuation logique, inexorable, d’une évolution commencée il y a 2,5 millions d’années. » Pour des critiques de l’évolutionnisme et de son finalisme téléologique, vous pouvez lire ici et .

[6Sapiens a quitté l’Afrique il y a au moins 150.000 ans, ce qui nous donne donc, au minimum, une petite erreur de datation de 100.000 ans. Jean-Jacques Hublin le sait d’ailleurs mieux que quiconque vu que les découvertes de son équipe, en 2017, font partie de celles qui nous ont permis de repousser cette date de la sortie d’Homo sapiens hors du continent africain.


Lire aussi : Quand les temps deviennent difficiles, une seule solution : l’entraide

Source : Courriel à Reporterre

Dessin : © Berth/Reporterre

Photo :
. mammouth : Flickr (Jean-Pierre Dalbéra/CC BY 2.0)

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

THEMATIQUE    Culture et idées
8 décembre 2018
Jour 6 : Alerte à la climatisation
Reportage
8 décembre 2018
Sur les ronds-points, les Gilets jaunes refont la démocratie
Reportage
7 décembre 2018
En Haute-Savoie, les agriculteurs cherchent les solutions face au changement climatique
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Culture et idées