Notre Dame des Landes : témoignage d’un opposant dévêtu, gazé par les gendarmes

Durée de lecture : 3 minutes

29 novembre 2012 / Baptiste Lieutier



Dimanche 24 novembre, plusieurs opposants au projet d’aéroport ont expliqué la raison de leur démarche à des gendarmes occupant la forêt de Rohanne. Ils n’ont pas usé de violence et n’étaient pas menaçants. Ils ont pourtant été massivement aspergés de gaz lacrymogène. Voici le témoignage de l’un d’entre eux.


La vidéo, de 4 minutes montrant le début de la scène est en ligne ici

Pour avoir participé à cette action, je tiens à vous la raconter par écrit, avant de le faire face caméra (on cherche des gens qualifiés pour faire un montage de nos futurs témoignages vidéos car nous sommes plusieurs à vouloir témoigner)

Car les images parlent, mais ne disent pas tout.

Ce que vous ne savez peut être pas :

Nous avons été fortement gazéEs à bout portant : je n’ai jamais « pris » autant de gaz lacrymo, j’ai failli perdre connaissance, aveuglé et suffoquant, et je remercie vivement les copains copines qui m’ont pris par les bras pour m’éloigner des gaz alors que je ne pouvais plus ouvrir les yeux ni respirer... je répète que sans elles et eux, je ne sais pas ce que je serais devenu au milieu des gaz pleuvaient...

J’ai ressenti de très fortes brûlures au visage et sous les bras (muqueuses), aux yeux, pendant de longues minutes... j’ai eu affreusement mal à la gorge, jamais je n’ai ressenti une telle brûlure... j’imagine que quelques dizaines de secondes peuvent suffire à tuer (par exemple si on perd connaissance tout en continuant à respirer des gaz)

Pendant plusieurs heures, ma peau m’a brûlé, dans le dos notamment, ce qu’encore une fois je n’avais jamais ressenti, puisque jamais je ne m’étais fais gazé torse nu.

La cerise sur la gâteau sera la douche du soir... en effet, n’imaginez pas prendre une simple douche pour vous rincer bien au contraire ! rincer vos cheveux pleins de gaz peut s’avérer une torture, puisque les gaz ruissellent sur votre corps, vous brûlent à nouveau yeux et muqueuses, et aussi sexe, parties sensibles, anus, bref, méfiez vous en vous lavant, les gaz vous poursuivent !

De même pour les habits, après m’être rhabillé, j’ai à nouveau été gazé pour rien (ou juste pour être présent dans la forêt) et mes habits se sont donc imprégnés de gaz... j’ai donc eu droit avec ma seule veste à des « retours de gaz » toute la journée, j’ai piqué les yeux et fais éternuer adultes et enfants simplement par ma présence (et celle de ma veste) et même offert des câlins empoisonnés... puisque prendre dans vos bras des amis avec une veste « contaminée » peut piquer la peau de l’autre, ses yeux, son nez, etc.

Il est conseillé par un ami chimiste de laisser aérer plusieurs jours les habits avant de les laver... et je remercie de tout cœur toutes les personnes qui viennent emporter/laver/rapporter nos habits, amener à manger, cuisiner, bricoler, partager, amener des tracteurs, prendre des photos/films/sons et les diffuser, réparer nos vélos, tenir le site internet de la ZAD et tant d’autres blogs, bref toutes et tous celles et ceux qui partagent cette lutte... que nous ne pouvons QUE gagner puisque nous sommes dans le camp de la Justice !

A nous de choisir entre une planète bleue et verte... ou une planète qui peu à peu se noircit, se bétonne, se pollue, se déchire...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Source : Courriel à Reporterre de Baptiste Lieutier, Devenez vous-même clown

Complément d’infos : Lettre de médecins sur les blessures à Notre Dame des Landes

Lire aussi : Des gendarmes déguisés en opposants

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Libertés Luttes
28 mai 2020
Contre les avions et le béton, la bataille repart au nord de Paris
Info
27 mai 2020
En plein déconfinement, la gestion des tests reste bancale
Enquête
28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Libertés Luttes