Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

Panne d’électricité, scarabées, maïs desséché : l’Argentine ploie sous la canicule

Près de Buenos Aires, le 13 janvier 2022.

L’Argentine connaît une canicule historique. Les habitants halètent et les agriculteurs s’inquiètent. « Les pertes à prévoir sont considérables », selon un expert.

Buenos Aires (Argentine), correspondance

Il n’avait jamais fait aussi chaud depuis soixante-cinq ans : mardi 11 janvier, il a fait 41,1 °C à Buenos Aires. Le même jour, le thermomètre affichait 42,5 °C à Córdoba, la deuxième ville du pays. Depuis le début de la semaine, certaines régions d’Argentine se sont situées, pendant quelques heures, parmi les points les plus chauds du globe. De nouveaux records de température pourraient tomber ces jours-ci.

Cette canicule historique, venue chauffer l’été austral, est la conséquence du phénomène météorologique La Niña. Un épisode d’intenses chaleurs qui touche en particulier la capitale, pourtant au bord de l’Atlantique, et plusieurs provinces du centre et du nord du pays.

« Les températures devraient encore augmenter, notamment dans les régions centre et nord, qui sont les principales concernées par la canicule », explique à Reporterre Mariela De Diego, porte-parole du Service météorologique national (SNM). Cette vague de chaleur est « historique », poursuit-elle, pour trois raisons : « Les températures minimales et maximales, la persistance de la vague de chaleur et l’étendue de son impact — depuis le nord de la Patagonie (Rio Negro) jusqu’au nord du Pays (Salta). » Dès ce weekend, toujours selon le SNM, une vague d’humidité provenant du Nord devrait faire diminuer les degrés. L’attention sera alors portée vers la « sensación térmica », la chaleur ressentie, qui risque d’être toujours élevée.

700 000 habitants privés d’électricité

L’Organisation météorologique mondiale (WMO, en anglais) a partagé son inquiétude sur la canicule argentine, via Twitter. « La vague de chaleur d’Argentine a des conséquences sur la santé, les ressources en énergie et en eau, sur l’agriculture (et plus) », a écrit cette institution spécialisée dépendant des Nations unies. Les autorités n’ont pour l’heure pas annoncé de décès lié à la chaleur. Mais elle plombe le quotidien des habitants du grand Buenos Aires. 700 000 habitants de la capitale et de sa périphérie se sont même retrouvés, mardi, privés d’électricité à cause de la rupture d’une ligne haute tension. « Même les feux de circulation ont arrêté de fonctionner, provoquant ainsi le chaos dans la ville », rapporte le correspondant de RFI à Buenos Aires. Seuls les scarabées semblent profiter de la hausse des températures : des milliers d’insectes envahissent certains villages. « Au poste de police, ils ont soulevé la toiture et, dans un local commercial, le plafond. Ils ont bouché les canalisations de la station-service », assure, dans le média Telemundo, le chef de la police d’un village de la province de Pampa.

Autre victime collatérale de cette canicule : l’agriculture argentine (9 % du produit intérieur brut). Celle-ci subissait déjà les conséquences, depuis deux mois, des fortes sécheresses. « Les pertes à prévoir sont considérables, surtout dans le cas du maïs, dont on calcule qu’un tiers de la production pourrait être affecté », explique à Reporterre le consultant en agriculture Federico Bert.

Pour éviter d’affronter la sécheresse et l’été en même temps, les agriculteurs choisissent de plus en plus souvent de planter leur maïs en décembre plutôt qu’en septembre. « Aujourd’hui, le maïs tardif atteint la moitié de la production nationale alors qu’on n’en cultivait pas il y a dix ans, poursuit le consultant. C’est le fruit de l’adaptation des producteurs aux changements climatiques, permis grâce au maïs transgénique. » En somme : du maïs transgénique semé en retard pour faire face aux sécheresses provoquées par le réchauffement climatique.

Ce dernier est aussi responsable d’une hausse, en fréquence et en intensité, des incendies. Ainsi, mercredi 13 janvier, le gouvernement a déclaré pour un an « l’état d’urgence incendies » : comme plusieurs pays d’Amérique latine, l’Argentine est touchée par de violents feux de forêts. En Patagonie, durant les fêtes de Noël, des milliers d’hectares ont été engloutis par les flammes.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende