Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Agriculture

Pas d’inquiétude pour l’instant sur le niveau des nappes phréatiques

La situation n’est pas catastrophique, mais « spéciale », indique à Reporterre Philippe Vigouroux, hydrogéologue au BRGM (Bureau de recherche géologique et minière). « Plus de la moitié des points de contrôle présentent des niveaux inférieurs à la moyenne. » Chaque année, l’institution fait le point au moment de recharge normalement maximale des nappes d’eaux souterraines, quand les pluies d’hiver les ont rechargées et que la végétation n’a pas encore complètement repris.

Bilan : « Les niveaux sont plutôt bas à cause d’un déficit pluviométrique ces derniers mois », explique le BRGM. Si le pourtour méditerranéen s’en tire bien, la vallée du Rhône, certains points de la côte aquitaine, ainsi que le bassin normand et le Nord présentent pour leur part des niveaux « modérément bas ». Localement, on commence donc déjà à redouter la sécheresse estivale. Ainsi, en Ille-et-Vilaine, l’alerte sécheresse est déclarée depuis le mois de février par le préfet, avec la mise en place de restrictions d’usage.

« Mais il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour l’agriculture pour l’instant », tempère Philippe Vigouroux. La période de pluies semble s’être décalée, et beaucoup de nappes sont encore en phase de recharge. « Les deux prochains mois vont être importants », souligne l’hydrogéologue, qui nous donne rendez-vous dans un mois.

-  Complément d’info : communiqué et rapport du BRGM

  • Source : Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende