Faire un don
27785 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
35 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Pesticides : on peut s’en passer !

Durée de lecture : 2 minutes

18 mars 2015 / Clara Griot (Reporterre)

La France reste toujours grande consommatrice de pesticides. Et pourtant, on peut s’en passer : c’est ce que va montrer la Semaine pour les alternatives aux pesticides, qui commence le 20 mars. Elle se concluera par une Rencontre de Reporterre, en partenariat avec Générations futures.

Avec 5,5% de ses surfaces en bio, la France est devenue, en février, la troisième surface agricole biologique d’Europe. Mais le pays est aussi le champion d’Europe en terme d’utilisation de pesticides.

Entre le plan Ecophyto de 2008, visant à réduire le recours aux pesticides, qui n’a pas atteint les objectifs espérés et la menace du traité transatlantique européen, le contexte n’est pas favorable aux questions liant agriculture et santé. Face à ce constat, l’association Générations Futures organise, du 20 au 30 mars, la 10e semaine pour les alternatives aux pesticides. L’objectif ? Favoriser le recours à des alternatives biologiques, dans les champs jusque dans les assiettes.

Pour François Veillerette, porte-parole de l’association Générations Futures, tout reste à faire dans ce domaine : « Il y a eu le Grenelle de l’environnement, puis des mesures comme Ecophyto, mais aujourd’hui les pesticides augmentent encore. » Selon l’association, les solutions face aux pesticides doivent d’abord passer des politiques financières incitatives. François Veillerette expose ainsi un mécanisme combinant récompenses et amendes : « Il s’agit de créer une aide pour ceux qui baissent leur utilisation de pesticides et de taxer ceux qui polluent. Les amendes récoltées constitueraient ainsi un fond d’aide ».

Du côté des consommateurs, le réseau de magasins Biocoop s’est investi avec la semaine pour les alternatives et propose un jus de pomme « militant ». Issu des vergers bios de quatre grandes régions fruitières, ce jus est transformé par des entreprises locales et vendu à proximité des exploitations. En plus de promouvoir le développement local et la consommation de produits bios, la coopérative reversera, pour chaque bouteille achetée, 0,15€ à Générations futures.

Les internautes sont aussi sollicités pour lutter contre la pollution. Selon Christophe Lebel, responsable communication de l’association des Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF), « seulement 0,3% des 2,5 millions de tonnes de pesticides déversés chaque année dans le monde atteint réellement sa cible ». La majeure partie des produits finit dans les sols ou l’air, faisait croitre les risques de maladies.

Pour promouvoir ces alternatives, la Semaine pour les alternatives aux pesticides se déroulera du 20 au 30 mars. Au programme dans toute la France : projections de films, débats et formations pour découvrir l’impact des produits phytosanitaires et les solutions pour s’en passer.

- Pour tous les détails, télécharger le dossier de presse

La carte de France des activités

Dernière étape lundi 30 mars à l’Hôtel de ville de Paris, pour une Rencontre de Reporterre, en partenariat avec Générations futures.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : J’ai tenté de vivre une semaine sans pesticides

Source : Clara Griot pour Reporterre

Dessin : Forum social mondial en Provence

DOSSIER    Pesticides

28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
7 décembre 2019
Le Brésil est toujours en flammes, mais la police harcèle les écolos
Info
7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info


Dans les mêmes dossiers       Pesticides





Du même auteur       Clara Griot (Reporterre)