Pesticides : on peut s’en passer !

18 mars 2015 / Clara Griot (Reporterre)

La France reste toujours grande consommatrice de pesticides. Et pourtant, on peut s’en passer : c’est ce que va montrer la Semaine pour les alternatives aux pesticides, qui commence le 20 mars. Elle se concluera par une Rencontre de Reporterre, en partenariat avec Générations futures.

Avec 5,5% de ses surfaces en bio, la France est devenue, en février, la troisième surface agricole biologique d’Europe. Mais le pays est aussi le champion d’Europe en terme d’utilisation de pesticides.

Entre le plan Ecophyto de 2008, visant à réduire le recours aux pesticides, qui n’a pas atteint les objectifs espérés et la menace du traité transatlantique européen, le contexte n’est pas favorable aux questions liant agriculture et santé. Face à ce constat, l’association Générations Futures organise, du 20 au 30 mars, la 10e semaine pour les alternatives aux pesticides. L’objectif ? Favoriser le recours à des alternatives biologiques, dans les champs jusque dans les assiettes.

Pour François Veillerette, porte-parole de l’association Générations Futures, tout reste à faire dans ce domaine : « Il y a eu le Grenelle de l’environnement, puis des mesures comme Ecophyto, mais aujourd’hui les pesticides augmentent encore. » Selon l’association, les solutions face aux pesticides doivent d’abord passer des politiques financières incitatives. François Veillerette expose ainsi un mécanisme combinant récompenses et amendes : « Il s’agit de créer une aide pour ceux qui baissent leur utilisation de pesticides et de taxer ceux qui polluent. Les amendes récoltées constitueraient ainsi un fond d’aide ».

Du côté des consommateurs, le réseau de magasins Biocoop s’est investi avec la semaine pour les alternatives et propose un jus de pomme « militant ». Issu des vergers bios de quatre grandes régions fruitières, ce jus est transformé par des entreprises locales et vendu à proximité des exploitations. En plus de promouvoir le développement local et la consommation de produits bios, la coopérative reversera, pour chaque bouteille achetée, 0,15€ à Générations futures.

Les internautes sont aussi sollicités pour lutter contre la pollution. Selon Christophe Lebel, responsable communication de l’association des Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF), « seulement 0,3% des 2,5 millions de tonnes de pesticides déversés chaque année dans le monde atteint réellement sa cible ». La majeure partie des produits finit dans les sols ou l’air, faisait croitre les risques de maladies.

Pour promouvoir ces alternatives, la Semaine pour les alternatives aux pesticides se déroulera du 20 au 30 mars. Au programme dans toute la France : projections de films, débats et formations pour découvrir l’impact des produits phytosanitaires et les solutions pour s’en passer.

- Pour tous les détails, télécharger le dossier de presse

La carte de France des activités

Dernière étape lundi 30 mars à l’Hôtel de ville de Paris, pour une Rencontre de Reporterre, en partenariat avec Générations futures.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : J’ai tenté de vivre une semaine sans pesticides

Source : Clara Griot pour Reporterre

Dessin : Forum social mondial en Provence

DOSSIER    Pesticides

19 février 2019
2e leçon des jeunes au gouvernement : il faut la décroissance énergétique
Tribune
19 février 2019
La réglementation favorise la pêche industrielle
Info
18 février 2019
Rester sous les 1,5 °C : voici comment nos vies pourraient changer
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Pesticides





Du même auteur       Clara Griot (Reporterre)