Pourquoi les ingénieurs ne sont-ils pas plus écolos ?

Durée de lecture : 1 minute

4 mai 2019 / Laurent Castaignède



Laurent Castaignède est auteur de « Airvore ».

« À l’origine, les ingénieurs sont triés par les mathématiques et, finalement, ils sombrent vite dans l’apologie de la technologie pendant leurs études et à leur premier emploi. On a ainsi beaucoup d’étudiants fascinés, en reprenant le langage de Jacques Ellul. Mais comme le bon vin, les ingénieurs se bonifient avec l’âge. Pourvu que cela soit assez rapide, il ne s’agit pas d’attendre la retraite pour se rendre compte qu’ils auraient dû travailler différemment. Mais on peut quand même noter un progrès notable avec le Manifeste pour un réveil écologique, qui a été signé par énormément d’étudiants qui se rendent compte aujourd’hui des excès de notre consommation consumériste et ultraproductiviste. »

Laurent Castaignède interrogé par Reporterre le 14 janvier 2019.





Lire aussi : Des étudiants des grandes écoles lancent un manifeste pour le climat

Ingénieur issu de Centrale, Laurent Castaignède est consultant à Bordeaux. Il a écrit Airvore ou la face obscure des transports.

Première mise en ligne le 16 janvier 2019.



Documents disponibles

  Sans titre
THEMATIQUE    Pédagogie Éducation
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien
19 octobre 2020
« La boule au ventre quand on parle de notre avenir, ça pousse à se mobiliser »
Tribune
12 octobre 2020
Les voitures SUV roulent à contresens de l’histoire
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Pédagogie Éducation





Du même auteur       Laurent Castaignède