Faire un don
47394 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
59 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Près de 100.000 morts à cause des feux de forêt en Indonésie

Durée de lecture : 2 minutes

20 septembre 2016 / Élisabeth Schneiter (Reporterre)

Chaque année, la forêt indonésienne brûle, victime d’un défrichage sauvage pour faire place nette aux cultures, notamment de palmier à huile. Les feux de l’an dernier ont été particulièrement dévastateurs, leurs fumées toxiques causant la mort de près de 100.000 personnes, selon une étude états-unienne.

Une étude des universités de Harvard et de Columbia vient de montrer que les incendies de 2015 en Indonésie (Sumatra et Kalimantan), qui ont produit des niveaux dangereux de pollution par la fumée dans une grande partie de l’Asie équatoriale, auraient causé 100.300 décès prématurés au niveau régional, cinquante fois plus que l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans en 2005, pour un désastre entièrement causé par l’homme. Ces chiffres ridiculisent l’estimation précédente, fournie par les gouvernements et les entreprises de déforestation, qui parlaient d’environ 19 morts.

Les forêts tropicales de l’Indonésie sont défrichées pour faire place à des cultures vivrières et à la monoculture de bois de plantation et de palmier à huile, asséchant la tourbe qui a pris feu en 2015, alors qu’El Niño affligeait l’archipel. Les incendies en résultant ont contribué pour 3 % de la totalité des émissions mondiales de gaz à effet de serre pour 2015, coûté à l’économie indonésienne environ 16 milliards de dollars, et détruit une partie de l’habitat des orangs-outans.

Des efforts de prévention des incendies 

L’étude couvre trois pays : l’Indonésie, la Malaisie et Singapour, qui auraient enregistré, en 2015, 91.600 décès supplémentaires en Indonésie, 6.500 en Malaisie et 2.200 à Singapour. Cette étude pourrait permettre de prouver les dommages causés par la déforestation et la responsabilité des entreprises, en vue de poursuites, au civil et au pénal, par les justices indonésienne, singapourienne et malaisienne.

Image satellitaire de la Nasa montrant l’étendue des fumées dues aux feux de la forêt indonésienne le 24 septembre 2015.

Erik Meijaard, coordinateur de l’association Borneo Futures Initiative, rapporte dans un article publié fin juin 2016, sur le site Mongabay, qu’il n’a vu qu’un unique petit feu dans le Kalimantan, la partie indonésienne de l’île de Bornéo, lors d’un récent passage. Le chef du département des Forêts et de l’Agriculture du district de l’East Kotawaringin lui aurait expliqué que cela est dû aux directives du gouvernement, qui a menacé de destitution immédiate tout officier de police ou responsable municipal qui aurait un incendie dans son périmètre de responsabilité. Depuis janvier, l’Indonésie affirme que plus de 450 personnes ont été arrêtées et que neuf entreprises sont mises en examen, dans le cadre de ses efforts de prévention des incendies de forêt cette année.

Mais un nouveau territoire est touché, la Papouasie. Une enquête menée par plusieurs groupes environnementaux montre que la pratique de défrichage des forêts par des feux pour les plantations de palmiers à huile pourrait s’étendre à la Papouasie, encore en grande partie intacte, avec pour conséquence, une nouvelle aggravation possible de la brume annuelle qui afflige de vastes étendues de l’Asie du Sud-Est.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Incendies en Indonésie : le lobby de l’huile de palme enfin visé par le président

Source : Élisabeth Schneiter pour Reporterre

Photos :
. chapô : Des croyants devant la Grande-Mosquée de Pekanbaru, à Sumatra, en plein brouillard dû aux incendies, en septembre 2015. Wikipedia (Rina/domaine public)
. carte : Wikipedia (Adam Voiland (NASA Earth Observatory) and Jeff Schmaltz (LANCE MODIS Rapid Response)/Domaine public)

DOSSIER    Forêts tropicales

13 décembre 2019
Face au changement climatique, des jardiniers et maraîchers cultivent les semences paysannes
Alternative
12 décembre 2019
La bataille pour les retraites est une bataille écologique
Tribune
12 décembre 2019
À la COP25, les États sont divisés, les négociations patinent
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales





Du même auteur       Élisabeth Schneiter (Reporterre)