Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Climat

Publicité trompeuse : TotalÉnergies assigné en justice

Raffinerie TotalÉnergies à Grandpuits, en Seine-et-Marne.

Greenpeace France, Notre affaire à tous et Les Amis de la Terre France ont assigné en justice TotalÉnergies, le 2 mars. Les trois associations accusent le groupe français d’avoir recours à des « pratiques commerciales trompeuses ».

Lors de son changement de nom (de Total à TotalÉnergies) en mai 2021, le pétrolier avait investi dans une campagne publicitaire massive. Il y affirmait vouloir atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

C’est impossible, rétorquent les associations de défense de l’environnement. Dans ses calculs, TotalÉnergies ne retient que les émissions de ses propres opérations industrielles (dans ses usines, par exemple) et écarte les émissions des produits consommés par ses clients (le carburant utilisé dans les voitures, par exemple). Or cette catégorie représente 85 à 90 % de ses émissions totales, relèvent les trois associations.

Interrogé par France 2, le groupe TotalÉnergies a répondu qu’il ne faisait pas de greenwashing, et que ses émissions indirectes dépendent des choix de ses clients.

Pour une « communication honnête et fiable »

En outre, d’après le scénario « zéro émission nette en 2050 » de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), atteindre la neutralité carbone supposerait (notamment) une augmentation des énergies renouvelables et l’arrêt des explorations fossiles. Or « TotalÉnergies multiplie les mégaprojets pétroliers et gaziers en Ouganda, au Mozambique ou encore même en Arctique russe », relève Juliette Renaud, des Amis de la Terre France, dans un communiqué.

« Cette vaste opération de communication est un écran de fumée derrière lequel TotalÉnergies tente de cacher la réalité : les énergies fossiles représentent encore 90 % de son activité et 80 % de ses investissements, poursuit Clara Gonzales, juriste à Greenpeace France. Ce ne sont pas les slogans publicitaires qui empêcheront le réchauffement climatique, mais bien les réductions d’émissions. Le droit de la consommation impose une communication honnête et fiable en matière climatique et environnementale pour protéger les consommateurs. »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende