Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Eau et rivières

Qualité des eaux : des politiques déficientes

La rivière La Nive à Bayonne, en 2014.

Face à la dégradation de nos rivières, l’ambition politique est tombée à l’eau. C’est le constat dressé par l’Autorité environnementale (AE) dans son rapport annuel, publié le 11 avril.

Comme le racontait Reporterre en mars, la plupart de nos cours et plans d’eau sont pollués et en mauvaise santé. L’autorité indépendante a ainsi analysé les plans d’action de chaque bassin versant pour améliorer la qualité de leurs fleuves, lacs, nappes et littoraux. Ces schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) détaillent précisément les mesures à prendre pour les cinq prochaines années afin d’atteindre le « bon état des eaux ». Et à l’exception de celui de Corse, « aucun projet de SDAGE ne prévoit l’atteinte du bon état des masses d’eau en totalité en 2027 », a regretté l’AE.

En cause, selon les experts de l’AE, des ambitions trop « modestes », surtout en matière de transition agricole : « Dans l’ensemble des bassins, il est constaté que les pesticides constitueront un paramètre déclassant en fin de cycle [1]. Bien que les SDAGE reconnaissent l’enjeu majeur, pour la qualité des eaux, de la lutte contre les pollutions diffuses agricoles, l’AE a recommandé de renforcer ces actions, trop souvent incitatives et insuffisamment prescriptives. »

Autre réserve, l’insuffisante prise en compte des effets du changement climatique. « L’absence de visibilité sur les volumes d’eau mobilisables pour l’ensemble des activités rend incertaines les prévisions sur le bon état quantitatif, chimique ou écologique des masses d’eau », a remarqué l’AE. En clair, les sécheresses récurrentes et les demandes toujours soutenues en eau pour l’agriculture, la production d’électricité ou les activités industrielles risquent de mettre encore plus à mal les nappes et les rivières.

Plus généralement, l’AE a regretté que la question de l’eau ne soit pas suffisamment intégrée dans toutes les politiques publiques, notamment la Politique agricole commune (PAC).

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende