Rapport Oxfam : Les milliardaires français plus ultra-riches que jamais

Durée de lecture : 5 minutes

20 janvier 2020 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Changement climatique, détresse sociale : tout va de mal en pis, entend-on. Mais pas pour tout le monde, rappelle Oxfam. Dans son rapport annuel sur les inégalités mondiales, publié ce lundi 20 janvier, à la veille du Forum économique de Davos, l’ONG rappelle que « que les 1 % les plus riches possèdent désormais plus du double de la richesse de 6,9 milliards de personnes, soit 92 % de la population mondiale ».

Si chaque personne s’asseyait sur ses richesses sous la forme de billets de 100 dollars empilés les uns sur les autres, la plus grande partie de l’humanité serait assise sur le sol. Une personne de la classe moyenne vivant dans un pays riche serait assise à la hauteur d’une chaise. Les deux hommes les plus riches au monde se retrouveraient dans l’espace.

Les milliardaires s’enrichissent tandis que les plus démunis s’appauvrissent. Car à l’autre bout de l’échelle, d’après la Banque mondiale, près de la moitié de la population mondiale essaie de survivre avec 5,50 dollars par jour (ou moins).

La France ne fait pas exception, avec 41 milliardaires, soit quatre fois plus qu’après la crise financière de 2008. « Les milliardaires français ne se sont jamais aussi bien portés, écrit Oxfam. En 2018, leur fortune a augmenté plus vite que les autres milliardaires dans le monde ». Oxfam révèle également que les 7 premiers milliardaires français possèdent plus que les 30 % les plus pauvres.

Le milliardaire Bernard Arnault symbolise l’enrichissement des ultra-riches

Le patron de LVMH, Bernard Arnault, « symbolise à lui seul l’enrichissement des ultra-riches en France », note l’association, en illustrant : « Si quelqu’un avait pu économiser l’équivalent de 8.000 euros par jour depuis la prise de la Bastille, il n’arriverait aujourd’hui qu’à 1 % de la fortune de Bernard Arnault ».

Pourquoi de telles inégalités ? Le rapport d’Oxfam pointe un « modèle économique défaillant [qui] a mis un pouvoir et des richesses considérables entre les mains d’une élite fortunée ». L’ONG insiste particulièrement sur le sexisme de notre système politique et économique, qui maintient dans la pauvreté un très grand nombre de femmes. « Ménage, cuisine, gestion du budget, soin des proches, collecte de bois et d’eau dans les pays du Sud, la valeur monétaire du travail de soin non rémunéré assuré par les femmes âgées de 15 ans ou plus représente au moins 10.800 milliards de dollars chaque année, soit trois fois la valeur du secteur du numérique à l’échelle mondiale », peut-on lire. En France, les femmes consacrent en moyenne 3 h 26 par jour aux tâches domestiques contre 2 h pour les hommes.

Aux racines de ces injustices, le rapport pointe d’importantes défaillances dans les systèmes de redistribution. Car les fortunes des milliardaires – qui proviennent pour un tiers d’héritages – « s’alimentent par elles-mêmes » : il s’agit de choisir les bons placements et d’éviter de payer trop d’impôts. « Les très grandes fortunes se déroberaient à leurs responsabilités fiscales à hauteur de 30 %, rapporte Oxfam. Entre 2011 et 2017, les salaires moyens dans les pays du G7 ont augmenté de 3 %, alors que les dividendes des riches actionnaires ont bondi de 31 %. »

L’inégalité met le système social français en danger

En France, le modèle social est aussi « en danger », selon l’ONG« car notre fiscalité repose de manière croissante sur des impôts régressifs comme la TVA et la CSG, des impôts qui pèsent proportionnellement plus sur les citoyen.ne.s les plus pauvres ». A l"inverse, l’impôt sur les sociétés est en baisse de 23 % depuis 20 ans.

Oxfam dénonce clairement les mesures fiscales prises par le gouvernement de M. Macron : « L’instauration de la flat tax et la suppression de l’ISF [impôt de solidarité sur la fortune] ont accentué cette tendance en diminuant de nouveau la participation des plus riches à notre système de redistribution ». D’après un rapport du Sénat, le top 100 des contribuables qui payaient l’ISF a gagné en moyenne 1,7 millions d’euros chacun grâce à ces mesures, sans impact visible sur l’investissement, qui était pourtant la justification de la réforme.

L’ONG en tacle au passage le projet de réforme des retraites, qui « pourrait pénaliser les carrières hachées qui concernent le plus souvent des femmes ». « Les grand.e.s gagnant.e.s de notre système actuel de retraite sont les plus riches puisqu’ils profitent en moyenne plus longtemps de leur retraite par répartition, avec une espérance de vie de treize ans supérieure à celle des plus pauvres, indique le rapport. Au lieu de les mettre plus à contribution, le projet de réforme actuel prévoit de baisser leurs cotisations au-delà de 10.000 euros de rémunération par mois. »

Pour Pauline Leclère porte-parole d’Oxfam France, « les inégalités indécentes sont au cœur de fractures et de conflits sociaux partout dans le monde car personne n’est dupe : la crise des inégalités traduit la complicité plus que l’impuissance des États à agir pour la combattre. Les inégalités ne sont pas une fatalité, elles sont le résultat de politiques sociales et fiscales qui réduisent la participation des plus riches - entreprises et particuliers - à l’effort de solidarité par l’impôt, et fragilisent le financement des services publics. Transports, éducation, santé, système de retraites…. sont sacrifiés alors qu’ils sont décisifs pour lutter contre la pauvreté. »

Pour lutter contre les inégalités, Oxfam recommande de :
- Reconnaître le travail de soin peu ou non rémunéré effectué principalement par les filles et les femmes comme une forme de travail ou de production apportant une vraie valeur.
- Rétablir une fiscalité plus équitable sur les plus aisé.e.s n, supprimer les niches fiscales qui bénéficient disproportionnément aux grandes entreprises sans bénéfice pour l’économie et lutter efficacement contre l’évasion fiscale.



Lire aussi : VIDÉO - Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes »

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre



14 février 2020
Critiqué, Carrefour retire ses assiettes en plastique faussement « réutilisables »
Lire sur reporterre.net
13 février 2020
Le Parlement européen valide un accord de libre-échange avec le Vietnam
Lire sur reporterre.net
12 février 2020
Le quatrième Conseil de défense écologique se contente de mesurettes
Lire sur reporterre.net
12 février 2020
Des militants de Sea Shepherd France mis en garde à vue
Lire sur reporterre.net
12 février 2020
Pesticides : des fraudes dénoncées dans un laboratoire qui évalue leur toxicité
Lire sur reporterre.net
11 février 2020
Compteurs Linky : Engie et EDF mis en demeure pour leur collecte de données
Lire sur reporterre.net
11 février 2020
Après Lubrizol, les contrôles des sites Seveso vont être renforcés
Lire sur reporterre.net
10 février 2020
Le groupe financier BlackRock a été envahi par des activistes écologistes
Lire sur reporterre.net
10 février 2020
18,3 °C en Antarctique, un record de chaleur
Lire sur reporterre.net
10 février 2020
Le Conseil d’Etat ferme la porte aux « nouveaux OGM »
Lire sur reporterre.net
7 février 2020
Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, poussée vers la sortie
Lire sur reporterre.net
7 février 2020
Bolsonaro veut ouvrir l’Amazonie à l’exploitation minière et aux barrages
Lire sur reporterre.net
5 février 2020
En Corse, un incendie ravage 1.100 hectares
Lire sur reporterre.net
5 février 2020
Convention pour le climat : LREM soumet aux citoyens dix propositions
Lire sur reporterre.net
5 février 2020
La Cour des comptes juge sévèrement l’action de l’État sur les pesticides
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Économie Politique
13 février 2020
Macron, le bouffon de l’écologie
Édito
15 février 2020
Se mobiliser - aussi - pour les municipales, cela a du sens
Tribune
15 février 2020
Eau claire, retour des oiseaux... À Madrid, une rivière redevient un nid de biodiversité
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Économie Politique





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)