Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Agriculture

Restriction des épandages agricoles : le Conseil d’État saisi

L’association Respire a déposé mardi 7 avril un référé-liberté [1] au Conseil d’État sur la relation entre pollution de l’air et coronavirus, par l’intermédiaire de son avocate, Corinne Lepage. De nombreuses études montrent en effet une relation entre les deux. « Alors que notre pays est en crise, il est absurde, voire criminel, de ne pas mettre en œuvre tous les moyens dont nous disposons contre le virus. Or, lutter contre la pollution de l’air en fait partie », a déclaré Olivier Blond, directeur de Respire, dans un communiqué.

Car si la pollution atmosphérique due aux transports a diminué du fait du confinement, une autre source d’émission de particules fines demeure : les épandages d’engrais agricoles. Des épisodes de pollution printanière se sont en effet enchaînés ces dernières semaines, en grande partie liés aux épandages agricoles et qui sont susceptibles d’aggraver l’épidémie de Covid-19.

L’association Respire a demandé au Conseil d’État d’enjoindre le gouvernement à étendre le champ d’application de l’arrêté du 7 avril 2016 réglementant les épandages lors des épisodes de pics de pollution : « Nous demandons l’application immédiate des dispositions prévues en cas de pic de pollution, jusqu’à la cessation de l’état d’urgence sanitaire, même en deçà des seuils, en particulier dans le cadre des activités agricoles, qui restent, en ces temps de confinement, cause de pollution »,

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende