Simonnet-Duflot, la guerre fratricide des gauches écologistes

6 juin 2017 / Marie Astier (Reporterre)



L’union de la gauche a fait long feu. Condensé de cette incapacité à s’allier, la sixième circonscription de Paris voit s’affronter Danielle Simonnet (FI), Cécile Duflot (EELV-PS), Adrien Tiberti (PCF) et Nawel Oumer (socialiste non investie par le PS). Reporterre ausculte sur le terrain la division.

  • Paris, reportage

L’union de la gauche. Ah, on l’a rêvée. Présentée comme une « occasion historique » après la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la Belle Alliance populaire, elle s’est effritée en une multitude de candidatures aux législatives. Dans l’entre-deux tours, David Cormand espérait encore un accord entre EELV, les hamonistes du PS, le Parti communiste français (PCF) et la France insoumise, afin de proposer des candidatures communes et de maximiser le nombre de députés de la gauche écologique et sociale au Parlement. Las, l’alliance ne s’est pas faite. Pour comprendre, Reporterre a battu la campagne dans une circonscription emblématique : la « 6e circo » de Paris, réputée la plus à gauche de la capitale.

Alors que Cécile Duflot, députée sortante soutenue par EELV et le PS, y affronte Danielle Simonnet, bras droit de Jean-Luc Mélenchon à la France insoumise, le combat est emblématique. S’ajoutent d’autres candidats moins connus, Nawel Oumer, PS dissidente désignée par les militants socialistes locaux et Adrien Tiberti, élu municipal du PCF. Récit d’une semaine dans les rues des 20e et 11e arrondissements de Paris, sur les talons de ces quatre candidats et de leurs militants.

Mercredi 24 mai, place de Ménilmontant avec la France insoumise

Surélevée sur son estrade, micro à la main, veste rouge, Danielle Simonnet s’adresse à l’assemblée : « Est-ce que vous trouvez que la loi Duflot, elle a permis de faire baisser vos loyers ? » « Non ! » répond-elle en chœur avec la foule. « Il est hors de question de laisser les pleins pouvoirs à Macron ! » poursuit la représentante de la France insoumise, avant de laisser la place à Jean-Luc Mélenchon, en tournée de soutien aux candidats de son mouvement. « Nous avons plus de candidats dans tout le pays que la République en marche ! [REM] et François Bayrou, se félicite-t-il. Il faut une étiquette dans tout le pays : je suis la marque, et le programme, c’est l’Avenir en commun ! »

Tables, affiches de campagne et chapiteau ont été déballés à la sortie du métro de Ménilmontant. Un petit groupe de musique met une ambiance de fête populaire. Des militants servent à boire aux 100, 200 personnes écrasées par la chaleur — on cherche un peu d’ombre sous les quelques arbres de la place. Alors que Jean-Luc Mélenchon s’échappe par la bouche de métro, les discussions reprennent.

Danielle Simonnet (France insoumise), place de Ménilmontant, le 24 mai.

Danielle Simonnet s’était déjà présentée en 2012, elle avait échoué face à Cécile Duflot, qui était portée par l’accord EELV-PS. Rebelote cette année : l’écologiste se présente à sa propre succession à l’Assemblée nationale, toujours avec les deux logos sur ses tracts. Mais cette fois-ci, elle ne passera pas, espère-t-on à la France insoumise. « Danielle passe à la télé, elle a la tchatche, et elle est implantée dans le quartier depuis des années, les gens la connaissent, explique Emmanuel Auray, du groupe des Insoumis de la circonscription. Alors que Duflot n’a pas d’implantation locale. » « J’ai fait une soirée spectacle au Zèbre de Belleville, c’était plein à craquer. Le même soir, Cécile Duflot réunissait moins d’une vingtaine de personnes en réunion publique », assure Danielle Simonnet.

En plus des traditionnels tractages, réunions publiques et porte-à-porte, l’équipe de campagne multiplie les « prises de place », comme l’événement du jour, et l’insoumise fait des conférences gesticulées — sortes de conférences-spectacle militantes. « Cette législative, on va la gagner », lance-t-elle avec assurance. Même discours quand on parle de l’échelle nationale. Quand Reporterre lui demande combien de députés vise la France insoumise, la porte-parole de Jean-Luc Mélenchon refuse de donner un chiffre. « La majorité absolue », répond-elle. Ignorant les sondages qui placent son mouvement autour de 11 % des intentions de vote, le seul objectif affiché est résolument optimiste : c’est la victoire.

Le discours tranche, alors que la multiplication des candidatures de gauche fait craindre que de nombreuses circonscriptions basculent et passent à la REM. La France insoumise n’a même pas trouvé d’accord avec le PCF, alors qu’ils soutenaient le même candidat aux présidentielles. Le mouvement de Jean-Luc Mélenchon sera présent dans 567 circonscriptions. Seuls des arrangements locaux ont permis de limiter les candidats dans certaines circonscriptions, avec des désistements de candidats soit du PCF, soit de la France insoumise. Les accords avec EELV sont encore plus rares. Ceux avec le PS, quasi inexistants : à notre connaissance, seule Isabelle Attard, dans la 5e circonscription du Calvados, a réussi à réunir autour d’elle PS, EELV, PCF et France insoumise. Mais elle n’affiche aucun logo : elle est candidate citoyenne. François Ruffin, lui, a réussi l’union des mêmes sauf du PS. Il se présente sous la bannière Picardie debout dans la première circonscription de la Somme.

Tous les candidats ayant le soutien de la France insoumise ont l’obligation d’avoir signé la « charte des candidat.e.s ». Un gage de cohérence, pour Danielle Simonnet : « On a élaboré un programme à partir de contributions très nombreuses, on mène une campagne pour le défendre, à la présidentielle comme aux législatives. Cela ne se marchande pas. Notre stratégie, c’est de fédérer le peuple, pas les appareils. 80 % des 7 millions d’électeurs qui ont voté pour Mélenchon ont fait un vote d’adhésion. » Elle estime que son mouvement a les moyens de gagner, malgré l’absence d’alliance à gauche.

« On a fait ce qu’on pouvait pour s’ouvrir aux autres, estime Alexandre, un jeune militant de 26 ans. Le PCF a rapidement fermé la porte et le PS a passé à la trappe une bonne partie du programme de Hamon pour les législatives... Alors que nous, on a investi des écolos, des communistes, des membres de la nouvelle gauche socialiste. » La conversation attire d’autres militants. « Le cas de Benoît Hamon et d’EELV montre qu’additionner les partis, ça ne permet pas de gagner », ajoute Simon, dans la même tranche d’âge. Et Antoine, lui aussi fraîchement entré dans le militantisme politique, de reprendre : « On n’est pas à cinq députés près. Il vaut mieux être une force politique cohérente pour s’imposer comme la véritable opposition à Macron. »

Reporterre demande une photo au petit groupe. « Danielle, tu viens avec nous ? » Elle s’ajoute, puis un, puis deux, puis d’autres. La bande lâche en cœur un sourire motivé, avant de remballer tables et affiches alors que point la soirée.

Lundi 29 mai, sortie du métro Faidherbe-Chaligny avec le PCF

Ils se sont répartis les sorties. Au débouché de l’escalator du métro, avec un militant de chaque côté, impossible d’échapper au tract qui vous est tendu. « Vous êtes avec Mélenchon ? » demande un passant. Pas tout à fait. Adrien Tiberti, avec la section locale du PCF, a bien fait la campagne de Jean-Luc Mélenchon ces derniers mois. En 2012, déjà, il était le suppléant de Danielle Simonnet, sous la bannière du Front de gauche. Cette fois-ci, le militant de longue date du PCF se présente, en dehors de toute alliance, sous les couleurs de son parti.

Adrien Tiberti (PCF), à la sortie du métro Faidherbe-Chaligny, le 29 mai.

Il aurait pourtant été prêt à réitérer cette candidature commune. Mais les alliés d’hier ne le sont plus aujourd’hui. « On a proposé une discussion à l’échelle de Paris, Danielle Simonnet n’a jamais répondu aux coups de fil, regrette-t-il. On l’a dit et redit, sans nous Mélenchon n’aurait pas pu être candidat, il n’aurait pas eu les 500 signatures nécessaires. Il a fait 7 millions de voix à la présidentielle, on lui propose de faire des candidatures communes pour que ces gens-là soient représentés et lui, il répond non, il garde tout pour lui. Il a mis des candidats quasiment partout, y compris contre des députés communistes sortants qui ont un très bon bilan ! »

Régulièrement, les flots de voyageurs sortent en grappes de l’escalier. Le paquet de tracts diminue vite. Parfois, un habitant s’arrête pour claquer la bise aux deux vaillants militants. Le parti est bien implanté dans le quartier. « Nous, la différence avec les autres, c’est qu’on est là toute l’année, pas qu’en période d’élections », assure Adrien Tiberti.

Parmi ces fidèles, Bradley Smith, Franco-Anglais au doux accent et à la grammaire parfaite, avoue son ressentiment : « J’ai l’impression que la France insoumise m’a instrumentalisé. Dans le 11e arrondissement, on s’est organisés avec eux et Ensemble pour faire un tract, une campagne commune, et maintenant, plus rien. Il n’y a pas eu le moindre message de remerciement aux militants du PCF qui ont fait la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Visiblement, il veut être à la tête d’un nouveau pôle de gauche et s’il faut faire péter le PCF sur son chemin, tant pis. »

Adrien Tiberti ajoute une autre explication, plus prosaïque. « La loi de financement des partis politiques pousse à présenter un maximum de candidats », estime-il. Une partie des subventions publiques dépend du score réalisé par le parti aux législatives. À condition qu’il ait un minimum de 50 candidats ayant obtenu au moins 1 % des voix, il reçoit environ 1,42 euro par voix (cela diminue quand le parti ne respecte pas la parité). Grâce à cela, le PS a reçu 10 millions d’euros de l’État en 2015, l’UMP 6 millions, le FN presque 5 millions, EELV 2 millions d’euros. « Résultat, dans cette circonscription, on a 26 candidats, c’est délirant », observe l’élu, tout en rangeant ses tracts. 20 h, il est temps de rentrer pour ce prof’ d’histoire-géo qui a aussi des copies à corriger.

Mardi 30 mai, au marché de Belleville avec Cécile Duflot (EELV et PS)

« Vous avez tracté toute votre vie ? Je vous trouve bien courageuse ! » lance une passante à Cécile Duflot. Un autre prend un selfie avec elle. Un troisième, un brin provocateur, s’arrête. « Content de vous voir », dit-il, sous-entendant qu’elle n’a pas été souvent présente dans sa circonscription pendant son mandat. La députée, pas démontée, a déjà affûté sa réponse : « Je pense que le travail du parlementaire se fait avant tout à l’Assemblée. Je ne fais pas du présentiel pour du présentiel. »

En cette matinée de marché, les tracts verts partent comme des petits pains, accompagnés du flyer invitant à un meeting commun avec Benoît Hamon. Sur les documents, la rose du PS figure aux côtés du logo EELV. « Je fais la campagne depuis janvier, puis je suis passée en mode intensif après le deuxième tour, explique l’élue écologiste. La probabilité la plus élevée est que je perde cette élection. Je ne me leurre pas. D’autant qu’il y a visiblement un objectif partagé par la plupart de mes concurrents, c’est d’œuvrer à la défaite. » Selon elle, le candidat de la République en marche !, Pierre Person, est celui qui a le plus de chances de l’emporter.

Cécile Duflot (EELV et PS) le 30 mai, au marché de Belleville.

« Dans cette circonscription, En Marche ! est arrivé en tête à la présidentielle, suivi de Jean-Luc Mélenchon, et Benoît Hamon a fait son meilleur score de France métropolitaine. Mais c’est aussi celle qui donne les meilleurs résultats écologistes en France depuis des années », analyse-t-elle, posée dans un café après plus d’une heure de tractage.

Difficile de lui arracher quelques phrases sur cet éclatement des candidatures à gauche. « On aurait pu réfléchir à une alliance, mais cela s’est heurté à une fin de non-recevoir assez ferme, résume-t-elle. Jean-Luc Mélenchon n’a aucune volonté de rassemblement, il veut remplacer le PS. Je l’ai compris assez vite. Il y a eu un petit moment de flottement juste après la désignation de Benoît Hamon, puis cela s’est très vite refermé. Alors, je me suis dit que je n’allais pas m’épuiser dans des discussions entre les uns et les autres. Je veux parler aux citoyens. »

Sa campagne, elle la mène « sur [s]on nom », accompagnée d’une cinquantaine de militants actifs. « Les militants écologistes sont contents de tracter leurs couleurs », confie Jérôme Gleizes, conseiller EELV de Paris.

Il a participé aux discussions parisiennes entre les partis de la majorité municipale — PS, EELV, PCF — et la France insoumise. Le but était d’aboutir sinon à des candidatures communes, au moins à des désistements. « La France insoumise n’a voulu discuter avec personne, raconte-t-il un brin amer. Il fallait absolument signer leur charte, ils ont voulu optimiser leur logo. Cette logique hégémonique est dommageable pour tout le monde. Pour EELV et le PCF, on n’a réussi à conclure qu’un seul accord : on s’est mis derrière Caroline de Haas contre Myriam El Khomri [1]. On aurait pu en faire plus, mais dans le chaos politique français et l’urgence, cela n’a pas abouti. »

Les militants qui accompagnent Cécile Duflot ce jour-là. À gauche, David Dobbels, le suppléant de Cécile Duflot.

Une situation qui nuit à tout le monde, selon lui. « Je le vois bien, je participe à tenir un bureau de vote. Quand les gens se retrouvent devant 26 bulletins, il y a un effet de sidération. Ils sont en colère et ne comprennent pas, cela fait augmenter l’abstention », pense-t-il. Le suppléant (PS) de Mme Duflot, David Dobbels, n’est guère plus optimiste. « C’est la première fois qu’il y a un risque qu’il n’y ait ni groupe PS, ni vert, ni communiste à l’Assemblée. Si on continue, les gens vont penser que la gauche est incapable de les protéger et vont se détourner. »

Mercredi 31 mai, devant le Monoprix de la rue du Faubourg-du-Temple

En cette heure de sortie des bureaux, il y a la queue aux caisses. Une dame franchit les portes coulissantes, les bras encombrés de sacs. « Je vous glisse le tract dans le sac ? » demande l’un des membres de l’équipe du soir. Hop, le « quatre pages » de présentation du programme est glissé entre les victuailles. « Nawel Oumer, une députée socialiste pour la circonscription », annonce le document. Mais le logo au poing et à la rose n’y figure pas. L’avocate et militante PS n’a pas été investie par son parti, victime de l’accord tardif entre le PS et EELV.

Nawel Oumer (PS, non investie), le 31 mai, rue du Faubourg-du-Temple.

« Les militants de la circonscription m’ont choisie fin 2016, j’ai été investie par le Conseil national du PS en décembre, détaille la candidate. Puis en février, il y a eu l’accord entre EELV et Hamon, et cette circonscription faisait partie de l’accord. Je n’avais plus l’investiture, alors la question a été posée de me retirer. Avec les militants, on a décidé que non. »

À ses côtés pour tracter, une dame toute de bleu vêtue, Danielle Hoffman-Rispal, députée de la circonscription de 2002 à 2012. « En 2007, j’étais la socialiste la mieux élue de l’Assemblée ! » rappelle-t-elle. En 2012, l’accord PS-EELV l’a obligée à laisser sa place à Cécile Duflot, elle n’étant que suppléante. Cette fois-ci, elle fait la campagne comme simple militante, derrière Nawel Oumer. « Je soutiens la jeune fille choisie par les militants, pas celle choisie par les accords d’appareil », explique-t-elle, tout en signalant que, malgré ses désaccords politiques avec Cécile Duflot, elle apprécie la personne.

La principale différence entre Nawel Oumer et les autres principaux candidats de gauche est qu’elle n’entend pas être une opposante radicale du gouvernement. « On verra en fonction des propositions. Par exemple, [Emmanuel Macron] propose de mettre un maître pour douze élèves en CP, dans les établissements en zone d’éducation prioritaire. C’est très bien. Après il faut voir comment ils comptent faire cela et en même temps baisser le nombre de fonctionnaires. »

Sur l’échec de l’union de la gauche, la candidate socialiste offre également un tout autre point de vue. Pour elle, c’était raté dès les primaires. « Le PS a proposé une primaire ouverte. Tous les partis de gauche pouvaient y défendre leur candidat »,, rappelle-t-elle.

« L’éclatement à gauche, oui ça me pose problème, ajoute Danièle Hoffman-Rispal entre deux programmes distribués. Mais l’union de la gauche, je ne sais plus ce que ça veut dire. À titre personnel, je ne me sens rien de commun avec M. Mélenchon. Et s’il n’a pas réussi à se mettre d’accord avec le PCF, ce n’est pas la faute du PS ! »

Les deux socialistes espèrent récupérer des voix à l’occasion des législatives, perdues à cause du vote utile à la présidentielle. Mais, elles se gardent de tout pronostic. « Rien n’a fonctionné comme prévu dans cette séquence politique, analyse Nawel Oumer. Alors je ne vois pas ce que l’on peut anticiper. »

Au moins un point sur lequel elles sont d’accord avec Jean-Luc Mélenchon. « La vérité vraie et ultime, c’est que personne n’arrive à chiffrer quoi que ce soit. Parce que les repères précédents ne fonctionnent pas », assurait-il le 30 mai dernier en conférence de presse à Paris. Le suspense va encore durer quelques jours.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.


[1À noter que Caroline de Haas est aussi soutenue par Ensemble ! et Nouvelle
Donne.


Lire aussi : Pas d’accord aux législatives entre la France insoumise et le PC

Source : Marie Astier pour Reporterre

Photos : © Marie Astier/Reporterre

DOSSIER    Elections 2017

THEMATIQUE    Politique
21 juillet 2017
La science n’est pas réservée aux scientifiques
Tribune
22 juillet 2017
Les riches sont majoritairement responsables du désastre climatique qu’est l’aviation
Tribune
22 juillet 2017
5 questions, 5 réponses pour comprendre la multiplication des feux de forêt
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Elections 2017



Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)