David Cormand : « La France insoumise a le pouvoir d’empêcher que Macron soit majoritaire à l’Assemblée »

28 avril 2017 / Entretien avec David Cormand



Pour la première fois depuis 1974, aucun candidat écologiste n’a participé à l’élection présidentielle et le candidat soutenu par le parti écologiste a fait un mauvais score. Le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts revient sur cet échec et explique comment il entend préparer l’avenir. En appelant la France insoumise à une alliance pour les législatives.

David Cormand est le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts (EELV).


Reporterre — Après le résultat du premier tour de la présidentielle, ne regrettez-vous pas le retrait de Yannick Jadot et l’alliance avec Benoît Hamon ?

David Cormand — Non, car notre décision de construire un rassemblement avec Benoît Hamon ne reposait pas sur une logique d’opportunité électorale. Elle reposait sur une logique politique. Après le résultat de la primaire organisée par le Parti socialiste qui a vu la surprise de la désignation de Benoît Hamon sur un projet très écologiste, nous avons considéré qu’on ne pouvait pas faire comme si rien ne s’était passé. Ce résultat de la primaire soldait, de fait, la ligne politique du quinquennat qui avait été soutenue par l’appareil du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis et bien entendu François Hollande.

Notre conviction est que le paysage politique est en mutation. Il y a une recomposition qui ne correspond plus aux périmètres des vieux partis et se configure de la façon suivante : il y a d’abord une offre d’extrême droite, populiste, réactionnaire, nationaliste. Elle comprend évidemment le Front national, vers lequel glisse de plus en plus une partie de la droite dite républicaine. La campagne de Fillon, aux relents « trumpistes », illustre parfaitement cela.

Ensuite, il y a une offre politique que l’on a vu se matérialiser pendant le dernier quinquennat, mais qui est le fruit d’une longue dérive. C’est le camp de l’accompagnement, « le cercle de la raison »... Ce sont ceux qui pensent qu’il n’y a qu’une seule politique possible, Macron, avec une partie de la droite et du Parti socialiste. Ils ne diffèrent qu’à la marge sur le degré de libéralisme acceptable par notre modèle social et supportable pour la planète.

Et il y a un troisième camp, celui de la transformation. La spécificité française par rapport à l’Europe, c’est que ce camp, contrairement à Podemos en Espagne, à Syriza en Grèce, à Jeremy Corbyn au Royaume-Uni, a en commun la conversion écologique.

Nous souhaitons que ce camp de la transformation construise une convergence politique écologiste, autour de trois axes : l’environnement bien sûr, l’Europe et une société ouverte.

Considérant cela, notre rôle en tant qu’écolos était-il de maintenir une candidature isolée ? Alors que, d’une part il y avait Jean-Luc Mélenchon avec un programme écolo, et que d’autre part Benoît Hamon gagnait une primaire populaire avec 1.200.000 voix sur un projet écologiste ? La réponse est non.

Nous avons donc travaillé à ce rassemblement. Celui qui a tendu la main, tout de suite après la primaire, c’est Benoît Hamon.


Pourquoi n’avez-vous pas réussi à vous rapprocher de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon ?

C’est la malédiction de la Ve République : il n’y a qu’un seul nom sur le bulletin de vote... C’est cela qui a bloqué. Ni Benoît Hamon, ni Jean-Luc Mélenchon n’entendaient s’effacer devant l’autre. On a eu affaire à deux dynamiques, à mon avis compatibles, mais qui, à aucun moment, n’ont envisagé sincèrement et de bonne foi de converger. Et il y a aussi des divergences de fond que nous n’avons pas réussi à dépasser : sur l’Europe et l’international par exemple.

« Emmanuel Macron me fait penser à Justin Trudeau : quand il a été élu au Canada, tout le monde le trouvait très sympathique, moderne. »


Il fallait donc choisir. Mais pourquoi Benoît Hamon plutôt que la France insoumise ?

Pour deux raisons. La première est que la France insoumise n’a jamais proposé de rassemblement. Elle propose – je vais être provocateur - une soumission, c’est-à-dire de se fondre dans la France insoumise. Je comprends et je respecte leur logique, mais EELV est une formation politique mais qui a une histoire, des fondamentaux. On souhaite donc avoir des discussions sur le fond et que cette identité soit respectée, reconnue.

Mais il y a une autre raison plus fondamentale. Je ne suis pas d’accord avec le concept de ’dégagisme’. C’est un des piliers du récit politique de la France insoumise, parce que l’objectif, louable, de Jean-Luc Mélenchon est de convaincre un électorat qui s’est laissé gagner par l’extrême droite. Pour cela, il incarne la colère tribunicienne et parle un langage de rupture qui, selon lui, peut ramener « le peuple » dans son champ politique. Le moteur de cette stratégie du peuple contre la caste, c’est la volonté de sortir les tenants du système.

Je ne suis pas convaincu par ce récit. Pour plusieurs raisons. Le dégagisme n’est pas une fin en soi, comme le montrent par exemple les difficultés post printemps arabe rencontrées par les sociétés qui ont vu naître ce concept. La volonté populaire est multiple, contradictoire, et les courants qui la composent ne sont pas tous porteurs d’avancées sociales. Je ne mythifie pas le peuple. J’ajoute que substituer l’acteur « peuple » à l’acteur « gauche » ouvre la porte à toutes les aventures. Mélenchon est un républicain irréprochable ; mais qu’il prenne garde que les digues qu’il ouvre ne portent un flot incontrôlable. Il a tiré beaucoup de leçons de l’écologie, mais néglige les enseignements les plus basiques de l’écosophie : il faut certes assumer les conflictualités qui existent dans la société, pointer les intérêts qui divergent, mais il faut chercher à les dépasser par le compromis davantage que par le fracas. Je ne pense pas qu’il soit souhaitable de contribuer à la brutalisation du débat. Au contraire, ce qui m’a beaucoup séduit dans la campagne de Benoît Hamon, est qu’il était sur le thème de «  il n’y a pas une personne qui a les solutions, mais on va faire ensemble ».


Mais vous vous êtes retrouvés dans une alliance avec le PS, qui porte une lourde responsabilité. Il n’a pas écouté les classes populaires et les a poussées vers le Front national…

C’est pour cela qu’on a quitté le gouvernement, je vous le rappelle. Ce n’était pas une décision neutre. Nous avons assumé de rompre avec la ligne du PS gouvernemental. Mais quand cette ligne politique a été mise en minorité à la primaire, nous avons souhaité encourager cette rupture pour accélérer la recomposition politique nécessaire autour d’un projet écologiste. Je ne veux pas considérer que tous ceux qui ont approché de près ou de loin le Parti socialiste seraient « contaminés ». Ce serait profondément injuste pour nombre de militants sincères qui ont été aussi déçus que nous l’avons été par ce quinquennat.

L’ alliance que nous avons construite était sur le projet de Benoît Hamon et sur le nôtre, pas sur le bilan du quinquennat. La suite de la campagne a d’ailleurs démontré que celles et ceux, au Parti Socialiste, qui sont favorables à une ligne « sociale-libérale » avaient rejoint Emmanuel Macron...

Vous avez appelé à voter Emmanuel Macron au second tour. Que pensez-vous de son projet en matière d’écologie ?

Il est ambivalent, et pas à la hauteur des enjeux. Mais il faudra juger au cas par cas : sur la réduction de la part du nucléaire à 50 % dans la production d’électricité, s’il le fait, ce sera le premier gouvernement en France, depuis qu’on a commencé à construire des centrales nucléaires, à en fermer. Sur la fiscalité diesel, il sera le premier à l’augmenter de façon importante. Ce n’est pas aussi ambitieux que ce qui est nécessaire, mais ce n’est pas ce qu’aurait fait François Fillon ni ce que ferait Marine Le Pen. Il faut avoir la lucidité de le dire. En même temps, Emmanuel Macron ne veut pas s’attaquer aux lobbies et aux puissances installées. Il a même été le VRP principal de la vente des réacteurs nucléaires EPR d’Hinkley Point, en Grande-Bretagne. En même temps, il peut être capable de ne pas faire Notre-Dame-des-Landes parce que cela n’a pas de sens d’un point de vue économique... En fait, son libéralisme est un obstacle à sa compréhension des enjeux écologiques. Mais je ne pense pas que la posture qui consiste à dire : "Le Pen-Fillon-Macron, c’est pareil", soit une bonne posture. Tout ne vaut pas tout.


Vous vous voyez dans l’opposition à Macron ?

Oui.

« La logique est d’appeler à une coalition avec le PC, EELV, les Insoumis et les frondeurs du PS. On peut créer une dynamique pour que cette coalition soit qualifiée la plupart du temps au deuxième tour des législatives. »


Pour constituer cette opposition, comment préparez-vous les législatives ?

A la vue des résultats du premier tour de la présidentielle, la question appartient largement à la France insoumise. C’est le propre de la force majoritaire dans un camp de disposer des coalitions. D’ailleurs, je vois une incohérence assez saisissante entre l’hésitation de la France insoumise à appeler à voter pour Macron, avec comme argument que la politique qu’il va mettre en œuvre est celle qui prépare l’arrivée de l’extrême droite, et en même temps, à ne pas s’organiser pour qu’aux législatives, Macron n’ait pas de majorité à l’Assemblée.

Aujourd’hui la France Insoumise a théoriquement le pouvoir d’empêcher que Macron soit majoritaire tout seul à l’Assemblée.


Où en êtes-vous alors ?

Je les ai sollicités. Nous avons peu de temps pour essayer de bâtir une plate-forme cohérente qui constitue une offre politique désirable. La logique est d’appeler à une coalition avec le PC, EELV, les Insoumis et les socialistes qui se reconnaissent sincèrement dans le projet de Benoît Hamon. On peut créer une dynamique pour que cette coalition soit qualifiée au deuxième tour des législatives dans le plus de circonscriptions possibles. Soit contre le FN, soit contre Les Républicains, soit contre Macron...


En avez-vous déjà discuté avec Benoît Hamon ?

Avec Benoît Hamon, ce à quoi on réfléchit, c’est qu’il y ait une lisibilité aux législatives pour celles et ceux qui partageaient notre ligne politique. Qu’il n’y ait pas de confusion entre les socialistes qui souhaitent rejoindre la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron, et ceux qui veulent réinventer une vraie politique de transformation sociale et écologiste.


Mais on risque des circonscriptions avec quatre, voire cinq candidats de gauche : PC, Insoumis, EELV, PS courant hamoniste, PS courant vallsiste…

Aujourd’hui, oui. Si rien ne bouge, il y aura très peu de députés de gauche. Et c’est la droite, le FN et Macron qui en bénéficieront.


Mais la France insoumise ne vous répond pas ?

Je pense qu’ils réfléchissent. Ils ont le choix entre une stratégie d’autonomie stricte, qui aurait le mérite de garder une forme de cohérence interne, mais qui aurait pour effet de dégager tout le monde à gauche, y compris eux... Et une ligne qui consiste à assumer leur nouveau leadership à gauche en construisant une coalition qui pourrait créer la surprise aux législatives. Cela implique d’accepter un rassemblement qui a du sens sur le fond, mais qui nécessite des candidatures qui ne seraient pas toutes 100 % insoumises...


Et le FN ? 80 députés ?

Non, il n’en aurait pas tant. La difficulté du FN, c’est qu’il perd en duel.


Beaucoup disent que Macron ne tiendra pas sa majorité ?

On est dans la Ve République. Regardez Hollande, qui a perdu toutes les élections intermédiaires, il a toujours su tenir sa majorité. Pour une raison simple, c’est que dans la Ve République, le Président dispose d’un bouton « eject ». Si les députés bronchent, l’Assemblée nationale peut être dissoute. Ça calme tout le monde. Par ailleurs, si il y a une division de la gauche écologiste, il a toutes les chances d’obtenir une majorité absolue.

« On pourrait inventer quelque chose où l’on fait à la fois de l’éducation populaire - ce que les partis politiques ne font plus -, et où l’on crée de la pensée, du projet. »


Et après les législatives, quel avenir voyez-vous pour EELV, et l’écologie politique ?

Je suis persuadé que l’écologie va structurer les clivages dans les décennies qui viennent. Mais l’enseignement de cette présidentielle 2017, c’est que parmi les quatre candidats en tête au premier tour, trois n’ont pas de parti. Le FN est un parti croupion au service de la dynastie Le Pen. En marche ! est un mouvement au service de Macron. Et la France insoumise est un collectif autour de Jean-Luc Mélenchon. Donc on a aujourd’hui le choix entre les vieux partis et des formules extrêmement verticales. À leurs têtes, il y a quelques personnes qui décident, et cela descend directement à une base qui, en gros, suit le mouvement et participe en faisant campagne sur les réseaux sociaux. Comment réinventer l’engagement et la participation militante sans retomber dans les vieux appareils et sans acter ces nouveaux fonctionnements verticaux ? C’est le sujet.


Comment imaginez-vous l’avenir d’EELV ?

Les écolos ont toujours été novateurs sur comment faire de la politique autrement. La question qu’on se pose est : « Où est-on le plus utiles pour faire gagner nos idées ? » On pourrait inventer quelque chose où l’on fait à la fois de l’éducation populaire - ce que les partis politiques ne font plus -, et où l’on crée de la pensée, du projet. C’est une des pertes du mouvement écologiste depuis 30 ans. Au début chez les écolos, il y avait des intellectuels, des naturalistes, aujourd’hui, nous restons les inspirateurs d’idées que nous défendons depuis longtemps, mais nous avons perdu en capacité à inventer. Et puis, le boulot que l’on a trop délaissé, c’est la relation avec le mouvement social écolo.

C’est-à-dire les ONG, les collectifs type Les jours heureux, les associations, les Zad. On ne leur parle pas assez. Et ils rejettent la politique alors qu’il en font autant que nous, voir davantage. Ils disent qu’ils ne s’adressent pas au candidats mais aux citoyens. On est comme le soleil et la lune, on n’arrive jamais à se croiser. Sauf qu’à un moment, il faut peser en cherchant a ouvrir un débouché politique qui passe aussi par un rapport de force électoral.


Comment donner envie au mouvement social écolo de refaire de la politique ?

Il faudrait que l’on soit meilleurs, qu’on arrive à démontrer que l’engagement sur le terrain n’est pas contradictoire avec l’engagement politique. Pour cela il faut changer nos pratiques, faire du travail sur le fond plus que sur les aspects électoralistes. C’est paradoxal parce que nos adhérents sont pour la plupart engagés dans des associations locales, des combats locaux, mais ils ont tendance à mettre le drapeau dans leur poche, à dire qu’il ne faut pas mélanger les choses. De plus, en France, il y a une tradition de séparation entre l’engagement syndical et partisan. Ce réflexe a débordé sur l’associatif. Je pense que c’est une erreur. Nous devons tout refonder, et apprendre de nos échecs comme de nos réussites respectives.

  • Propos recueillis par Marie Astier et Hervé Kempf



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La faillite du parti écologiste

Source : Marie Astier et Hervé Kempf pour Reporterre

Photos : © Marie Astier/Reporterre

DOSSIER    Elections 2017

THEMATIQUE    Politique
21 juillet 2017
La science n’est pas réservée aux scientifiques
Tribune
17 juillet 2017
Les piscines naturelles se la coulent douce
Alternative
22 juillet 2017
Balade magnifique au Jardin du Lautaret, trésor de la botanique alpine
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Elections 2017



Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Entretien avec David Cormand