Stockage de déchets à Belleville : EDF ne dément pas, les élus réagissent

13 février 2018

La révélation par Reporterre mardi 13 février, qu’EDF étudiait la création d’un stockage sous eau de déchets radioactifs à Belleville-sur-Loire (Cher), a été largement reprise par de nombreux médias (France Inter, RTL, France Bleu, France Info, France Culture, Libération,...).

En fin de matinée, EDF a publié un communiqué affirmant que « plusieurs sites sont actuellement à l’étude pour l’implantation de ce projet, aucune décision n’est prise pour le moment ». Ces termes reprennent mot pour mot le courriel adressé à Reporterre le 27 décembre dernier et que nous avions cité dans l’article. Quant à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), elle a indiqué qu’elle n’avait pas de précision sur la localisation du projet, cet élément n’apparaissant pas dans le dossier d’options de sûreté en cours d’instruction à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) — ce que nous précisions dans notre enquête.

Des précisions de l’entreprise nationale ont été apportées par Sylvain Granger, le directeur de la déconstruction et des déchets du groupe EDF : « Aujourd’hui on a une bonne dizaine de sites qui pourraient a priori satisfaire, Belleville fait bien partie de ces sites, a-t-il indiqué à France Bleu Berry. Cette installation ne se fera pas sans concertation du public, et cette concertation se fera quand le projet sera suffisamment mûr ».

Pensé comme remède à la saturation des piscines de La Hague, la « piscine d’entreposage centralisé » pourra accueillir plusieurs milliers de tonnes de combustibles usés en provenance de toute la France. Y sera en particulier stocké du MOx, un combustible composé d’uranium et de plutonium très dangereux à cause de la chaleur intense qu’il dégage.

« Ça ne va pas du tout se passer comme ça »

Benoît Faucheux, vice-président EELV de la région Centre-Val de Loire délégué à la Transition écologique et à l’environnement, a déclaré à Reporterre qu’il n’avait « aucune information sur ce projet ». En revanche, un service de l’Etat lui a affirmé mardi matin qu’il avait « vaguement entendu parler d’un projet mais qui était plutôt pour du stockage temporaire ».

En découvrant l’article, nous dit-il, « j’ai tout de suite pensé qu’il y aurait une Zad. Et je crois qu’à la fédération socialiste du Cher, ça ne va pas du tout se passer comme ça. On n’est plus dans la même période, chez les socialistes, concernant le nucléaire. (...) Quand on a des débats en session plénière à l’assemblée régionale, la majorité est clairement divisée sur le sujet. Il n’y a pas que les écologistes qui s’expriment sur une sortie du nucléaire. »

Il appelle de ses voeux une transition vers les énergies renouvelables. « On a travaillé avec l’association Négawatt pour voir si l’objectif d’approvisionner la région Centre-Val de Loire avec 100 % d’énergies renouvelables en 2050 était possible, et on a bien identifié les conditions pour y arriver. On ne peut pas dire qu’il y a unanimité de la majorité sur ce sujet, mais je pense qu’on peut mettre la région sur cette trajectoire. Après, ça ne règle pas le problème du nucléaire, parce que la région n’est pas décisionnaire sur ce sujet. »

Réactions contrastées d’élus dans la presse locale

D’autres élus se sont exprimés dans les médias locaux. « En tant que maire, je n’ai pas eu l’information, a déclaré à France 3 Centre-Val de Loire Patrick Bagot, maire de la commune de Belleville-sur-Loire et président de la Commission locale d’information (Cli) de sa centrale nucléaire. Les informations que j’ai actuellement sont celles de la construction d’un nouveau bassin temporaire, plus grand, mais comme il en existe dans toutes les centrales nucléaires, pour entreposer les crayons qui sortent du réacteur nucléaire, en attendant qu’ils soient traités ou déplacés. Si on parle d’un stockage définitif, non seulement je n’ai pas eu l’information, mais je n’y suis pas favorable. »

La députée (La République en marche) de la Nièvre et ex-cadre à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Perrine Goulet, interviewée par Le Berry républicain, n’avait pas non plus eu connaissance du projet avant mardi matin mais s’y est montrée favorable au projet au motif que « pour les entreprises du bâtiment, dans le coin, cela offrirait du travail ».

  • Source : Reporterre
  • Photo : La centrale de Belleville-sur-Loire (Flickr



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : EXCLUSIF - EDF veut construire une piscine géante de déchets nucléaires à Belleville-sur-Loire



19 avril 2019
Notre-Dame, site désormais pollué par le plomb ?
Lire sur reporterre.net
19 avril 2019
Un recours au Conseil d’État demande l’interdiction des grenades GLI-F4
Lire sur reporterre.net
18 avril 2019
Le dioxyde de titane, alias E171, sera interdit en janvier 2020
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
La société Arkolia confirme son projet de méga centrale solaire sur le Larzac
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
Un nouvel observatoire pour évaluer l’action des députés européens
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
Blocages à Londres : Extinction Rebellion réclame un « état d’urgence climatique »
Lire sur reporterre.net
16 avril 2019
Plus de 200 perturbateurs endocriniens retrouvés dans nos eaux de surface
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
L’exportation du lait européen en Afrique est nuisible, alerte un collectif d’ONG
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
Le glyphosate interdit au Vietnam
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
La manifestation pour la liberté de manifester brutalement empêchée à Toulouse
Lire sur reporterre.net
13 avril 2019
Appel à manifester pour les libertés samedi 13 avril
Lire sur reporterre.net
10 avril 2019
La fonte des glaciers fait monter le niveau de la mer à un rythme de plus en plus rapide
Lire sur reporterre.net
9 avril 2019
Le tribunal suspend les travaux de la déviation de Beynac, en Dordogne
Lire sur reporterre.net
9 avril 2019
La période d’avril 2018 à mars 2019 est la plus chaude jamais enregistrée en Europe et à l’échelle mondiale
Lire sur reporterre.net
8 avril 2019
Grenouilles et crapauds menacés d’extinction à cause d’un champignon
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Déchets nucléaires

22 avril 2019
Pourquoi soutenez-vous Gaspard Glanz ?
Une minute - Une question
23 avril 2019
Dans la Creuse, une rivière renaît après des années de pollution
À découvrir
22 avril 2019
Le journaliste Gaspard Glanz enfin libre, mais empêché de travailler à Paris
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires