Stockage de déchets à Belleville : EDF ne dément pas, les élus réagissent

Durée de lecture : 4 minutes

13 février 2018



La révélation par Reporterre mardi 13 février, qu’EDF étudiait la création d’un stockage sous eau de déchets radioactifs à Belleville-sur-Loire (Cher), a été largement reprise par de nombreux médias (France Inter, RTL, France Bleu, France Info, France Culture, Libération,...).

En fin de matinée, EDF a publié un communiqué affirmant que « plusieurs sites sont actuellement à l’étude pour l’implantation de ce projet, aucune décision n’est prise pour le moment ». Ces termes reprennent mot pour mot le courriel adressé à Reporterre le 27 décembre dernier et que nous avions cité dans l’article. Quant à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), elle a indiqué qu’elle n’avait pas de précision sur la localisation du projet, cet élément n’apparaissant pas dans le dossier d’options de sûreté en cours d’instruction à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) — ce que nous précisions dans notre enquête.

Des précisions de l’entreprise nationale ont été apportées par Sylvain Granger, le directeur de la déconstruction et des déchets du groupe EDF : « Aujourd’hui on a une bonne dizaine de sites qui pourraient a priori satisfaire, Belleville fait bien partie de ces sites, a-t-il indiqué à France Bleu Berry. Cette installation ne se fera pas sans concertation du public, et cette concertation se fera quand le projet sera suffisamment mûr ».

Pensé comme remède à la saturation des piscines de La Hague, la « piscine d’entreposage centralisé » pourra accueillir plusieurs milliers de tonnes de combustibles usés en provenance de toute la France. Y sera en particulier stocké du MOx, un combustible composé d’uranium et de plutonium très dangereux à cause de la chaleur intense qu’il dégage.

« Ça ne va pas du tout se passer comme ça »

Benoît Faucheux, vice-président EELV de la région Centre-Val de Loire délégué à la Transition écologique et à l’environnement, a déclaré à Reporterre qu’il n’avait « aucune information sur ce projet ». En revanche, un service de l’Etat lui a affirmé mardi matin qu’il avait « vaguement entendu parler d’un projet mais qui était plutôt pour du stockage temporaire ».

En découvrant l’article, nous dit-il, « j’ai tout de suite pensé qu’il y aurait une Zad. Et je crois qu’à la fédération socialiste du Cher, ça ne va pas du tout se passer comme ça. On n’est plus dans la même période, chez les socialistes, concernant le nucléaire. (...) Quand on a des débats en session plénière à l’assemblée régionale, la majorité est clairement divisée sur le sujet. Il n’y a pas que les écologistes qui s’expriment sur une sortie du nucléaire. »

Il appelle de ses voeux une transition vers les énergies renouvelables. « On a travaillé avec l’association Négawatt pour voir si l’objectif d’approvisionner la région Centre-Val de Loire avec 100 % d’énergies renouvelables en 2050 était possible, et on a bien identifié les conditions pour y arriver. On ne peut pas dire qu’il y a unanimité de la majorité sur ce sujet, mais je pense qu’on peut mettre la région sur cette trajectoire. Après, ça ne règle pas le problème du nucléaire, parce que la région n’est pas décisionnaire sur ce sujet. »

Réactions contrastées d’élus dans la presse locale

D’autres élus se sont exprimés dans les médias locaux. « En tant que maire, je n’ai pas eu l’information, a déclaré à France 3 Centre-Val de Loire Patrick Bagot, maire de la commune de Belleville-sur-Loire et président de la Commission locale d’information (Cli) de sa centrale nucléaire. Les informations que j’ai actuellement sont celles de la construction d’un nouveau bassin temporaire, plus grand, mais comme il en existe dans toutes les centrales nucléaires, pour entreposer les crayons qui sortent du réacteur nucléaire, en attendant qu’ils soient traités ou déplacés. Si on parle d’un stockage définitif, non seulement je n’ai pas eu l’information, mais je n’y suis pas favorable. »

La députée (La République en marche) de la Nièvre et ex-cadre à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire Perrine Goulet, interviewée par Le Berry républicain, n’avait pas non plus eu connaissance du projet avant mardi matin mais s’y est montrée favorable au projet au motif que « pour les entreprises du bâtiment, dans le coin, cela offrirait du travail ».

  • Source : Reporterre
  • Photo : La centrale de Belleville-sur-Loire (Flickr




Lire aussi : EXCLUSIF - EDF veut construire une piscine géante de déchets nucléaires à Belleville-sur-Loire


23 octobre 2020
Le Colorado ravagé par le plus grand incendie de son histoire
Lire sur reporterre.net
23 octobre 2020
Face au déclin du vivant, des scientifiques demandent aux dirigeants de prendre des engagements plus ambitieux
Lire sur reporterre.net
23 octobre 2020
Le Parlement européen veut mettre fin à la déforestation mondiale provoquée par l’UE
Lire sur reporterre.net
23 octobre 2020
Sénateurs et députés s’accordent sur la loi Asap, une nouvelle entaille dans le droit de l’environnement
Lire sur reporterre.net
23 octobre 2020
Changement d’heure : des ONG demandent un retour à « l’heure naturelle »
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
À Montpellier, la « Maison de l’écologie et des résistances » expulsée
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Attentat de Conflans : associations et syndicats appellent à plus de solidarité et de justice sociale
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Aux États-Unis, les opérateurs de gaz de schiste laissent fuir le méthane, suite au Covid
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Des inondations ont tué au moins 111 personnes au Vietnam
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Monsanto définitivement reconnu coupable des dommages causés à l’agriculteur Paul François
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
L’entreprise Nokia va déployer la 4G sur la Lune
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Le gouvernement suspend l’utilisation des masques Dim
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Avec l’uranium appauvri, le volume des déchets radioactifs français grossit encore, estime l’ASN
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
La pollution de l’air coûte 943 euros par an et par Français
Lire sur reporterre.net
20 octobre 2020
Agriculture, urbanisation : le déclin de la biodiversité se poursuit en Europe
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Déchets nucléaires

22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
12 octobre 2020
Les voitures SUV roulent à contresens de l’histoire
Enquête
24 octobre 2020
La 5G, un gouffre énergétique programmé
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires