Testet : les résultats de l’autopsie, selon le procureur

Durée de lecture : 2 minutes

27 octobre 2014 / Camille Martin (Reporterre)

« La plaie importante située en haut du dos a été causée, selon toute vraisemblance, par une explosion », « la mort a été instantanée ». Le procureur de la République Claude Dérens a communiqué quelques éléments du rapport du médecin légiste sur le décès de Rémi Fraisse.


Lors d’une conférence de presse tenue lundi après-midi à Toulouse, le procureur a diffusé aux journalistes le texte que nous reproduisons ci-dessous. C’est un résumé succinct de l’analyse menée par le médecin légiste sur le corps de Rémi Fraisse, décédé dimanche matin dans la nuit sur le site du Testet. Voici les principaux éléments de ce texte :

"L’autopsie pratiquée en début d’après midi à l’institut de médecine légale de TOULOUSE a révélé un certain nombre de points :

- la plaie importante située en haut du dos de Rémy [sic] a été causée, selon toute vraisemblance, par une explosion ;

- l’objet à l’origine de l’explosion n’a pas entraîné de flamme ; la déflagration a été forte puisque le jeune homme a été projeté au sol de façon violente ;

- selon le médecin légiste, la mort a été instantanée ;

- aucune trace de particule métallique ou plastique n’a été retrouvée dans la plaie ;

- le légiste ne peut ni affirmer ni infirmer, sur la base des lésions anatomiques relevées, que l’origine de la plaie proviendrait d’une grenade lancée depuis la zone où les Gendarmes étaient retranchés. (...)

Des investigations sont actuellement en cours au laboratoire de police scientifique de TOULOUSE pour permettre de découvrir la présence de trace de grenades sur les prélèvements effectués sur la victime."

Ce texte appelle quelques remarques :

Le procureur écrit « Rémy » et non « Rémi », comme est le prénom du jeune homme. Ce manque d’attention laisse songeur sur l’attention aux détails du procureur.

Le texte est anonyme, sans en-tête, ni date. Cette présentation signifie en fait qu’il n’y a pour l’instant aucune base juridique pour apprécier la réalité des faits.

Il parait nécessaire que le rapport du médecin légiste soit publié, afin que les experts en médecine légale et le public puissent juger de ce qui s’est passé.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre.

Document provenant du compte twitter de Philippe Bremaud (@philippe_albigs).

Lire aussi : EXCLUSIF - Testet : Rémi Fraisse a été touché par une grenade ou un flash-ball


Cet article a été réalisé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Sivens

16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
18 novembre 2019
À la convention citoyenne pour le climat, les participants débattent aussi de la justice sociale


Dans les mêmes dossiers       Sivens





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)