Un typhon majeur va passer pile au-dessus de Fukushima

Durée de lecture : 2 minutes

16 septembre 2013 / lefigaro.fr // twitter



« Man-yi » traverse aujourd’hui le sud du pays, s’abattant sur plusieurs régions placées en « alerte spéciale ». La centrale de Fukushima sera bientôt balayée par des violentes intempérie.


Épargné par les typhons cette année, le Japon subit depuis quelques heures des pluies torentielles d’une ampleur « sans précédent » dans certaines régions.

Le typhon « Man-yi », le 18e de la saison en Asie, a abordé l’île principale de Honshu, au centre-sud du pays, à 7h40 locales (00h40 en France), avant de traverser la région de Tokyo puis de se diriger vers l’océan Pacifique, en traversant la province de Fukushima, plus à l’est.

500.000 personnes appelées à évacuer

Des « alertes spéciales » de niveau maximum ont été émises par l’Agence de météorologie dans plusieurs régions, dont l’ex-capitale impériale Kyoto à l’ouest, à cause de « précipitations jamais expérimentées ».

En milieu de matinée, trois personnes étaient portées disparues dans l’ouest et 29 blessés déplorés, selon la chaîne de télévision NHK. De dizaines de maisons ont été inondées ou endommagées par des glissements de terrains. Des appels à évacuer ont été lancés pour plus d’un demi million de personnes au total, dans plusieurs régions dans le sud-ouest, dont les provinces de Kyoto et Osaka.

Quelques 500 vols au moins sont annulés aujourd’hui, notamment au départ de Tokyo, et les liaisons par trains, dont une partie des lignes à grande vitesse, seront réduites. Ce lundi étant un jour férié, de graves conséquences aux heures habituelles de pointe devraient toutefois être évitées.

La centrale de Fukushima à nouveau menacée

À mesure que « Man-Yi » remonte vers le nord, en s’éloignant un peu du littoral, il se tourne vers la région de Fukushima, qui sera prochainement touchée par la houle. Une situation préoccupante, alors que des vapeurs continuent de s’échapper du réacteur 3 de la centrale nucléaire, gravement endommagée lors du tsunami du 11 mars 2011.

La compagnie exploitante, Tokyo Electric Power (Tepco), a indiqué dimanche 15 septembre avoir renforcé les fixations des équipements cruciaux, comme les conduites d’eau pour le refroidissement des réacteurs ou les pompes. Les grues ont aussi été arrimées et les patrouilles de surveillance renforcées.

Les spécialistes craignent que l’intensification des pluies n’augmente les quantités déjà très importantes d’eau radioactive qui se sont infiltrées dans les sous-sols du complexe atomique en péril. Pour limiter ces rejets, les travailleurs ont déjà commencé à pomper de l’eau de pluie qui s’est accumulée autour de réservoirs de liquide chargé de césium, de tritium et de strontium. L’eau y est déjà contaminée, selon des mesures récentes, parfois à des degrés très élevés.





Source : lefigaro.fr

Carte : Twitter

DOSSIER    Catastrophes nucléaires

3 juillet 2020
Face à l’opposition, EDF déplace son projet de déchets nucléaires de Belleville-sur-Loire à La Hague
Info
4 juillet 2020
Des villes qui suffoquent, des politiques impuissants : témoignages de citadins
Tribune
3 juillet 2020
Sous la « vague verte » des municipales, le surprenant succès des listes citoyennes
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Catastrophes nucléaires